• Kursley Favory, 43 ans, commet un autre viol après quatre ans - Ginette*, 80 ans : «Monn res fer lapriyer pou ki sa kosmar-la arete...»
  • Décès de Pankaj Udhas : cette voix d’or qui a marqué les Mauriciens
  • Manchester City vs Manchester United : règlement de comptes entre voisins
  • Quand Bruno Raya raconte Morgan Heritage et son chanteur décédé
  • Serge Moorjee : l’homme qui respirait le foot
  • Taekwondo : Sheldon Yan Too Sang aux Jeux d’Afrique
  • Huawei Matebook D16 : tout du bon côté
  • Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois : l’agroécologie, un levier pour une meilleure intégration sociale
  • François Lindemann et sa rencontre musicale où «Tou korek»
  • Ishfaaq Mudhawo : politique, social et... chevaux

Arrêté en mai dernier après le lynchage mortel d’Imraan Hossenbaccus : la liberté conditionnelle accordée au suspect Wazeem Lalloo

Wazeen Lalloo est le seul parmi les quatre suspects appréhendés dans cette affaire, à ce jour, a être libéré sous plusieurs conditions. Cela, notamment, parce qu'il a collaboré pleinement avec la police dans le cadre de l'enquête sur le lynchage mortel d'Imraan Hossenbaccus. Récit.

Il devra fournir deux cautions de Rs 15 000 et signer une reconnaissance de dettes de Rs 2 M ; ce sont-là deux des conditions imposées à Wazeem Lalloo, 33 ans, pour sa remise en liberté  le mardi 31 octobre. Arrêté en mai dernier suite au meurtre d’Imraan Hossenbaccus, un habitant de Vallée-Pitot âgé de 53 ans, le jeune homme avait réclamé sa remise en liberté devant la Bail and Remand Court (BRC) le 26 octobre dernier. Wazeem Lalloo devra également avoir une adresse fixe, se présenter au poste de police de sa localité deux fois par jour, informer les officiers de chacun de ses déplacements et se soumettre à un couvre-feu entre 19 heures et 5 heures.

 

Imraan Hossenbaccus, rappelons-le, est décédé dans la salle de consultation de la Clinique du Nord dans la soirée du samedi 6 mai des suites de ses multiples blessures. Dans sa déclaration à la police, son fils avait expliqué que la veille, cinq personnes s’étaient présentées à son domicile pour lui demander de les suivre. Ces individus auraient conduit son père à Vallée-des-Prêtres dans un 4x4 noir, où ils l’auraient roué de coups et agressé avec une torche électrique, lui reprochant d’avoir épié une fillette de 7 ans et d’avoir fait des gestes obscènes devant elle. Ils l’auraient ensuite ramené chez lui et tabassé à nouveau devant les membres de sa famille, puis l’auraient menacé pour qu’il ne révèle rien à la police.

 

Aux enquêteurs, le suspect Wazeem Lalloo a reconnu avoir conduit la victime et ses complices à Vallée-des-Prêtres dans un 4x4. Il dément, cependant, avoir participé à l’agression, bien qu’il était présent au moment des faits. Si la police a avancé deux points d’objection, soit la possibilité que le suspect puisse interférer avec les suspects ou prendre la fuite, le magistrat a tenu en compte le fait que le trentenaire a été le seul des quatre suspects appréhendés à avoir collaboré pleinement avec les enquêteurs. Cela, bien que son frère Wazeer est aussi impliqué dans cette affaire. Il a également pris en considération le fait que Wazeem Lalloo, marié et papa d’une fillette de 6 ans, était le seul à subvenir aux besoins de sa famille. Sans compter qu’il avait un casier judiciaire vierge jusqu’ici. Pour toutes ces raisons, le tribunal n’a pas objecté à sa demande.

 

À noter que cette enquête n’a pas encore été bouclée jusqu’ici car les enquêteurs sont toujours à la recherche d’un cinquième suspect. Ce dernier, qui s’était envolé pour l’île de la Réunion, est rentré à Maurice depuis mais n’a toujours pas été appréhendé. L’enquête suit son cours.