• Le patron de l'ADSU de Rodrigues arrêté pour complicité dans une affaire de drogue - L'ACP Dhunraz Gungadin : «Une Maritime Intelligence Cell sera mise sur pied à Rodrigues»
  • Heritage Skin Care Paris : Sheila Dumas et son aventure beauté
  • Swaraj Seetal écope de 37 ans de prison pour avoir tué son épouse deux mois après leur mariage
  • Le Cirque Social de Cité la Chaux : pour aider les enfants à construire leur avenir
  • «Goulous» de Stanley Harmon : dessine-moi l’esclavage 
  • Sortie de route mortelle à Clemencia - Les proches de Ram Appadoo : «Deziem frer nou perdi dan enn aksidan»
  • Jeffrey Epstein et TOUS les autres
  • Projet Métier de Beachcomber : des pépites de l’hôtellerie sacrées
  • Sylvio Isidore sombre dans le coma et meurt après une injection - Sa fille Stéphanie : «A-t-il été victime d’une négligence médicale ?»
  • Allégations de maltraitance infantile : l'enfance saccagée de *Géraldine, 5 ans

Arianda Desmarais, 11 ans, se fracture le crâne en tombant d’un autobus - Ses parents : «Nous espérons qu’elle s’en sortira sans séquelles graves»

Géraldine et sa belle-sœur Fidou prient pour le prompt rétablissement de la petite.

Une fille de 11 ans a été admise dans un état comateux à l’unité des soins intensifs de l’hôpital de Rose-Belle après avoir fait une lourde chute d’un autobus de la Corporation nationale de transport. La petite Arianda Desmarais souffre d’une fracture au crâne. À l’heure où nous mettions sous presse, son pronostic vital n’était toutefois pas encore engagé. Sa famille prie pour son prompt rétablissement. 

Le poids de l’angoisse est souvent plus grand que celui du mal qui la cause. Gérard Desmarais et son épouse Fidou l’ont appris à leurs dépens. Arianda, leur unique enfant, âgée de 11 ans, s’est retrouvée à l’unité des soins intensifs de l’hôpital de Rose-Belle avec une fracture du crâne après avoir fait une chute d’un autobus de la Corporation nationale de transport (CNT), le mercredi 18 janvier.

 

«Li pe kapav koze inpe zordi. Linn koumans konpran. Linn bouz latet. Linn resi koz 1-2 mo tou. Ankor ena laparey ar li. Li ankor feb feb. Nou bizin zwenn ar dokter pou konn gravite so ka», nous explique Gérard lorsque nous le rencontrons le jeudi 19 janvier. La veille, c’est dans un état comateux que sa fille avait été admise à l’hôpital après un grave accident. «Nous espérons qu’elle s’en sortira sans séquelles graves», confie Gérard et Fidou, des habitants de St-Hubert, quelque peu soulagés de voir que l’état de leur fille évolue positivement.

 

Le chauffeur de l’autobus de la CNT dans lequel voyageait Arianda au moment du drame, un habitant de Trois-Boutiques, a été arrêté suivant l’accident. Interrogé par la police, cet homme de 45 ans a déclaré qu’il faisait la route 87 reliant Saint-Hubert à Curepipe lorsqu’une fille est montée à l’arrêt d’autobus se trouvant à proximité du dispensaire de ce village. Il explique que celle-ci s’est assise sur le troisième siège avant mais que peu après, alors qu’il avait déjà démarré et roulé sur environ 50 mètres, elle s’est approchée de la porte d’entrée pour descendre du véhicule. Il allait alors, dit-il, à une vitesse d’environ 35 à 40 km/h. Selon lui, la porte de l’autobus était fermée à ce moment précis et le receveur se trouvait à l’arrière pour distribuer des tickets aux passagers.

 

Le chauffeur de la CNT a raconté aux policiers qu’en voyant la fille à côté de la porte de son autobus, il a freiné. Ce faisant, dit-il, la porte s’est subitement ouverte et la fille est tombée du véhicule après avoir raté la marche inférieure et a atterri sur la route. Il précise avoir alors volé au secours de la petite avec l’aide du receveur et d’autres passagers. Des policiers du poste de Cent-Gaulettes sont arrivés peu après. La fille a, par la suite, été transportée à l’hôpital de Rose-Belle, alors qu’elle était inconsciente.

 

Selon le chauffeur, son receveur a été témoin de toute la scène. Son alcotest s’est révélé négatif. Le quadragénaire a été, par la suite, libéré sur parole après avoir donné sa version des faits. Il a également participé à une reconstitution des faits le lendemain.

 

Les proches d’Arianda donnent cependant une autre version des faits. «Deza, ki vites li ti pe roule pou ki laport bis inn ouver kouma linn pez so frin ?» s’insurge Gérard. Cet homme de 53 ans est d’avis que ce drame aurait pu être évité si le chauffeur avait répondu à l’appel de détresse de sa fille. «Mo tifi, ki an Grade 6, pa ti al lekol sa zour-la parski li ti malad. Mo madam ti pe amenn li konsilte lopital. Nou lakaz lor la rout rwayal mem, an fas bis stop. Bis ti fek vini. Mo tifi inn monte ek linn asize. Mo madam ti ankor pe ferm laport kan sofer-la inn demare. Mo tifi inn dir sofer-la atann mo madam me linn kontign roule.»

 

Gérard souligne que sa fille a alors voulu descendre de l’autobus «me sofer-la inn kontign roule». «Bann dimounn ki ti dan bis dir nou ki mo tifi inn dir sofer-la arete plizir fwa akoz mo madam pa ti resi rant dan bis. Pa ti ena kas ar li nanye dan sa ler-la. Bann temwin dir nou ki mo tifi inn tombe parski laport bis-la ti deza ouver», précise Gérard. En voyant sa fille sur l’asphalte, son épouse Fidou a perdu connaissance.

 

Géraldine Pavaday, la marraine d’Arianda, confie que la police de la localité est arrivée très vite. «Bann piblik ki ti la ti fini lev mama-la ek donn li impe dilo pou bwar. Zis apre, lapolis inn pran mo nies ek mo belser inn al lopital. Mo nies ti san konesans. So latet ti tap ek enn kolonn lalimier avan li tomb lor koltar. Dokter fini dir nou ki ena fraktir krann ek ki so ka impe grav», se désole Géraldine.

 

L’état de santé de la mère d’Ariana – qui est déjà dépressive – s’est aggravé depuis, selon ses proches. «Mo nies ti res ek mo mem. Depi sa aksidan-la, so mama pa pe kapav dormi ditou. Li pe res marse dan lakaz. Sofer bis-la so version pa parey ditou ek seki bann dimounn ki ti dan bis inn dir nou. So laport zame pa ti ferme sa ler-la. Bann pasaze inn ousi dir nou ki li ti pe roul impe vit. Sa aksidan-la zame pa ti pou arive si li ti arete 2-3 segonn pou atann mo belser. Nounn trouv sofer-la ek so kontroler kot stasion lapolis landemin. Li pann mem gagn kouraz pou prezant nou exkiz. Nou pa swet person viv enn maler parey», lâche Géraldine.

 

Cette dernière et les siens comptent sur l’enquête policière pour connaître les circonstances exactes du drame. La direction de la CNT a également déjà initié une enquête interne.