• Championnats d'Afrique : l'athlétisme mauricien en quête de rachat
  • Vidushi Haulooman et sa poésie dans «Afflatus» 
  • Modigadu Govinden, 59 ans, renversé mortellement par une voiture - Ses proches : «Lalwa bizin pli sever»
  • Luchmeeparsad Bhowaneedin, 43 ans, décède après avoir été percuté par le métro - Son entourage : «Il voulait changer de vie et se stabiliser financièrement»
  • Mystère autour du décès de Kevin Sreeneebus, 33 ans, après une sortie de route - Ses proches et amis pleurent «un homme jovial et plein d'ambition»
  • Acquitté dans l’affaire du double drame de Sept-Cascades en 2012 - L’inspecteur Sookur : «Mo pli gran regre se ki mo pann resi sap lavi Nanon ek Binda»
  • Nula Groove et l’après «Mama mo tresor»
  • La lecture partisane et l’indestructible culture politique !
  • Post-Budget : ces espoirs tombés à l’eau
  • Dévoilement d’une statue de sir Anerood Jugnauth : hommage à «enn gran dimounn»

Allégations : Noursing se dit victime de «planting» et de brutalités policières

Le Sudiste montrant les bleus qu’il porte toujours au dos.

Il fait encore parler de lui ! Abdool Noursing, plus connu comme Aslam, a été arrêté le 17 avril pour possession d’héroïne. Des limiers de l’Anti-Drug & Smuggling Unit ont débarqué chez lui ce jour-là pour une fouille et ont découvert 16 doses de cette drogue dans un tiroir de son armoire. 

L’habitant de New-Grove a été remis en liberté quatre jours plus tard, après avoir fourni une caution et signé une reconnaissance de dette. 

 

Toutefois, celui qui avait eu les deux poignets sectionnés lors d’une agression dans le passé nie les accusations portées contre lui et allègue avoir été victime de «planting». Le jeune homme de 34 ans allègue également avoir subi des brutalités policières lors de son arrestation. «Lame mo pena. Ki mo pou fer ek 16 doz ladrog ?» s’insurge Abdool Noursing. Il a porté plainte à l’Independent Police Complaints Commission à cet effet le 27 avril.

 

«2 vann lapolis ti vinn kot mwa sa zour-la. Zot ti fouy mwa anba, divan garaz mo papa. Pa ti gagn nanye ek mwa. Zot inn vinn lao kot mwa apre. Zot inn blok mo papa ek mo mama dan lasam. Enn polisie ladan sipoze inn gagn sa 16 doz-la dan tirwar mo larmwar. Zot inn bat mwa pou mo aksepte sa case-la. Bann lapolis-la dir mwa zot pou met mo bann paran ousi ladan si mo pa pran sarz-la. Mo papa fek oper leker. Zot ti menas pou pran mo 2 garson ki ena 12 ek 9 an ousi. Monn oblize aksepte lerla», affirme le principal concerné.

 

Il affirme que les policiers présents ce jour-là l’ont frappé avec des matraques ainsi que des tasers et des torches électriques. «Ti ena 2 madam parmi. Bann-la ousi inn bat mwa. Monn pas divan mazistra so landemin. Lapolis ti obzekte ek refiz donn mwa kosion. Bann lapolis-la ti anpes mwa koze divan mazistra. Mo mama inn fer demars avoka. Linn al get Mohamed Chambers. Monn resi sorti lavey fet Eid», souligne le Sudiste qui a décidé, précise-t-il, de briser le silence sur cette affaire après avoir reçu d’autres menaces.

 

«Zot ti pe koz enn ponpye ek mwa. Zot dir bizin avoy mwa direk dan prizon ek ki laba, dimounn-la so bann kontak pou travay mwa. Mo ankor tromatize par sa», confie Abdool Noursing. Il dit craindre pour sa sécurité et celle de sa famille.