• Affaire ABAIM vs Claudio Veeraragoo : les poursuites abandonnées
  • Comment retrouver une alimentation équilibrée après les fêtes
  • Judo : les JO, l’Afrique et la formation comme priorité
  • À la table de Kailash Gopaul
  • Ellizenda Vurdapanaicken : Moi, coupeuse de cannes et fière de l’être
  • Noyade : le cauchemar se rejoue quatre ans après pour la famille Jugurnath
  • Suttyhudeo Tengur : «Il faut une école de métiers et d’arts pour que certains élèves puissent se réinventer»
  • Snooker : la Coupe du Président pour démarrer
  • Tey et Cindia Amerally : l’aventure «Perdi ou leker»
  • Swasti Ramsalia, femme battue, poignarde son compagnon Kisnen Veerabudren : quand une mère de famille passe de victime à accusée de meurtre

Agression sanglante à Arsenal : Les proches des agresseurs donnent leur version

Les armes utilisées par les trois suspects ont été saisies par les enquêteurs.

Les images de cette agression sanglante ont fait le buzz sur la Toile. Sur celles-ci, on aperçoit un homme –Yannick Luc, un agent de sécurité de 23 ans – se faire agresser au sabre par trois individus. Arrêtés, ses agresseurs ont comparu en Cour avant d’être libérés sous caution. Jugeshwar Ramburn, l’un des suspects, ainsi que ses proches, ont tenu à donner leur version des faits…

Cette scène d’une violence inouïe s’est déroulée dans un supermarché à Arsenal le samedi 2 novembre. Sur les images des caméras de surveillance, on voit des individus armés d’un sabre et d’une batte de base-ball, s’en prendre à un individu. La victime, Yannick Luc, un agent de sécurité de 23 ans, a dû être hospitalisée car elle a eu une partie du visage arrachée. Ses agresseurs – Jugeshwar Ramburn, 41 ans, Dhirujraj Ramburn, 37 ans, et Selven Mootoocurpen, 28 ans – ont été appréhendés. Ils ont comparu en cour sous une accusation provisoire d’assault with premeditation avant d’être relâchés sous caution ; une libération suscitant l’indignation chez la famille du blessé. Mais les proches des trois suspects – témoins de la scène – ont tenu à s’expliquer sur les raisons ayant conduit à cette agression sanglante.

 

Dans leur version des faits, les membres de la famille de l’agent de sécurité ont déclaré que c’est sur une plage publique de Balaclava qu’avait démarré la dispute entre les deux groupes de pique-niqueurs. Ils allèguent que pendant que les femmes se changeaient dans l’autobus les ayant conduits à la plage, le père des frères Ramburn les aurait épiées. Mais Jugeshwar Ramburn réfute avec insistance ces propos. «Mon père souffre de diabète. Il ne peut pas se retenir lorsqu’il a une envie pressante. Il avait donc été se soulager à l’abri des regards, près de l’autobus. Il n’avait même pas réalisé que des femmes se changeaient dans l’autobus car il souffre de cataracte», explique-t-il. Mais c’est ce «malentendu» qui aurait suscité la colère des proches de Yannick Luc, qui s’en seraient alors pris au vieil homme. «Lorsque ma belle-sœur, qui est enceinte, et ma mère ont tenté de s’interposer, elles ont aussi été malmenées. Cela s’est produit devant mes enfants, qui les avaient accompagnés. Ma mère vient à peine de rentrer à Maurice après avoir subi une opération à l’étranger, cela m’a mis hors de moi lorsque j’ai appris que des personnes lui avaient fait du mal.»

 

Cette altercation ayant eu lieu non loin de chez lui, Jugeshwar Ramburn et d’autres proches n’ont pas tardé à arriver sur place après avoir été informés de l’incident au téléphone. «Ils s’en sont pris à des gens vulnérables. Mes proches s’étaient uniquement rendus à la plage avec nos enfants pour passer un bon moment en famille et pas pour chercher la bagarre. Nous sommes uniquement venus prendre leur défense», avoue-t-il. Et d’ajouter : «Je n’ai jamais voulu menacer les femmes et enfants qui se trouvaient dans cet autobus. J’ai demandé aux hommes ayant malmené mes parents d’en descendre pour que nous réglions cette histoire d’hommes à hommes.» Si les deux groupes de pique-niqueurs ont ensuite quitté les lieux sans en venir aux mains, c’est finalement dans un supermarché de la localité que s’est poursuivie la bagarre.

 

Dans leur déclaration, les proches de Yannick Luc indiquent avoir été suivis par la famille Ramburn et leurs proches. Alors que d’après les suspects, ce sont ces derniers qui les auraient suivis. «L’agent de sécurité est arrivé et nous a menacés, nous ne nous sommes pas laissés faire. J’admets l’avoir agressé au sabre parce que je n’avais pas toléré qu’il s’en soit pris à mes parents mais je ne voulais pas que cela se passe ainsi. Je visais son bras mais c’est au moment où il a glissé que mon arme a heurté sa tête», dit-il. Grièvement blessé, le jeune homme a ensuite été conduit à l’hôpital Sir Seewoosagur Ramgoolam, où il a subi une délicate intervention chirurgicale. D’après la police et les infirmiers, il est à présent hors de danger.

 

Arrêtés après les faits, les trois suspects ont comparu en cour sous une accusation provisoire d’assault with premeditation. Ils ont participé à un exercice de reconstitution des faits lors duquel ils ont montré aux enquêteurs de la brigade criminelle de Terre-Rouge dans quelles circonstances s’était produit l’incident. Ils ont ensuite été relâchés après avoir fourni une caution de Rs 15 000 et signé une reconnaissance de dette de Rs 50 000 chacun.