• Championnats d'Afrique : l'athlétisme mauricien en quête de rachat
  • Vidushi Haulooman et sa poésie dans «Afflatus» 
  • Modigadu Govinden, 59 ans, renversé mortellement par une voiture - Ses proches : «Lalwa bizin pli sever»
  • Luchmeeparsad Bhowaneedin, 43 ans, décède après avoir été percuté par le métro - Son entourage : «Il voulait changer de vie et se stabiliser financièrement»
  • Mystère autour du décès de Kevin Sreeneebus, 33 ans, après une sortie de route - Ses proches et amis pleurent «un homme jovial et plein d'ambition»
  • Acquitté dans l’affaire du double drame de Sept-Cascades en 2012 - L’inspecteur Sookur : «Mo pli gran regre se ki mo pann resi sap lavi Nanon ek Binda»
  • Nula Groove et l’après «Mama mo tresor»
  • La lecture partisane et l’indestructible culture politique !
  • Post-Budget : ces espoirs tombés à l’eau
  • Dévoilement d’une statue de sir Anerood Jugnauth : hommage à «enn gran dimounn»

Agression mortelle du Bangladais Mia Babul à Grand-Baie - Zorino Espiegle, le présumé agresseur : «Sa ler la mo ti ankoler…»

Zorino Espiegle et Franciska Christophe font l’objet d’une charge provisoire de «murder».

Il n'aurait pas supporté que sa copine ait des relations sexuelles avec ce ressortissant étranger. Une bagarre a éclaté durant laquelle il aurait giflé celui-ci. En tombant par terre, le Bangladais se serait blessé mortellement.

Il a été aveuglé par la colère. C’est ce que Zorino Espiegle, le présumé agresseur de Mia Babul, a déclaré aux enquêteurs de la Criminal Investigation Division (CID) de Grand-Baie. Ce maçon de 29 ans, fiché comme récidiviste notoire, a déjà avoué l’agression mortelle de ce Bangladais de 42 ans, qui était en situation irrégulière chez nous. Il dit avoir surpris sa petite-amie Franciska Christophe alors que cette dernière revenait de chez la victime où ils auraient eu des rapports sexuels.

 

«Mo kopinn ti ale ek enn misie ki mo pa konn so nom ek zot ti al gagn relasion kont peyman. Kan monn al zwenn mo 35, monn koumans lev ek li. Linn vir so ledo ek mwa linn ale, lerma monn trouv sa misie-la vinn par deryer mwa. Linn dir mwa bann mo en indien ki mo pann konpran. Mwa dan sa ler-la mo ti ankoler ek mo finn tap li enn kalot ek mo lame drwat lor so lazou gos. Linn tom lor sime.» C’est ce qu'a déclaré Zorino Espiegle aux policiers lors de son arrestation. Après avoir commis son forfait, il a pris la fuite.

 

Cette affaire a éclaté aux petites heures du matin le 28 mai. Sollicitée,les policiers de Grand-Baie se sont rendus à Racket Road, vers 00h45, et ont trouvé un homme allongé sur le dos au milieu de cette route. Il saignait abondamment à la tête et n’avait pas de pouls. La police a vite conclu à un acte malveillant après avoir recueilli les premiers éléments sur place.

 

Les limiers ont résolu cette affaire peu de temps après. Une équipe composée des officiers du Field Intelligence Office et ceux de la CID ont interrogé plusieurs personnes de la région. Ils ont très vite su ce qui s'était passé ce soir-là. La police a ensuite arrêté Zorino Espiegle, un habitant d’Iqbal Road, à Grand-Baie. Franciska Christophe, une habitante de Ste-Croix âgée de 34 ans, a également été arrêtée peu après.

 

Zorino Espiegle n’a pas tardé à cracher le morceau. Il a avoué l’agression mortelle de Mia Babul suivant une vive altercation avec sa petite-amie. Il lui a reproché d’avoir eu des rapports sexuels avec le Bangladais contre paiement d’une somme de Rs 1 000. Le ressortissant étranger a été agressé alors qu’il tentait d’intervenir dans cette discussion très animée. Le maçon l’aurait giflé alors que Franciska Christophe et lui se rendaient à une boutique. Il serait alors tombé par terre et se serait s’est grièvement blessé à la tête.

 

Le rapport d’autopsie indique que Mia Babul a rendu l’âme suite à des «cranio cerebral injuries». Selon la police, cet homme de 42 ans, était  «reported missing» au poste de police de Goodlands depuis le 16 août 2021. Il était en situation irrégulière à Maurice. Il était auparavant employé par la Square Deal Multipurpose Company. À l’époque, il vivait à Goodlands, mais on ne l’y a plus revu après sa disparition. C’est le directeur de cette compagnie qui a procédé à l’identification de sa dépouille.