• Kursley Favory, 43 ans, commet un autre viol après quatre ans - Ginette*, 80 ans : «Monn res fer lapriyer pou ki sa kosmar-la arete...»
  • Décès de Pankaj Udhas : cette voix d’or qui a marqué les Mauriciens
  • Manchester City vs Manchester United : règlement de comptes entre voisins
  • Quand Bruno Raya raconte Morgan Heritage et son chanteur décédé
  • Serge Moorjee : l’homme qui respirait le foot
  • Taekwondo : Sheldon Yan Too Sang aux Jeux d’Afrique
  • Huawei Matebook D16 : tout du bon côté
  • Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois : l’agroécologie, un levier pour une meilleure intégration sociale
  • François Lindemann et sa rencontre musicale où «Tou korek»
  • Ishfaaq Mudhawo : politique, social et... chevaux

Affaire Dilan Éléonore - Me Assad Peeroo : «Il y aura d’importants développements bientôt»

L’avocat et son client envisagent de se rendre à Madagascar pour suivre le procès des présumés assassins de Dilan Éléonore.

Son client devrait enfin voir la lumière au bout du tunnel. Pour cause : les présumés assassins de son fils Dilan seront bientôt traduits devant la justice malgache. Me Assad Peeroo, l’avocat d’Elvis Éléonore, confirme qu’un juge de la Grande-Île mène déjà une enquête. Son client et lui envisagent d’ailleurs de se rendre sur place afin de se constituer partie civile et être ainsi tenus informés du déroulement de la procédure à venir, en plus d’avoir accès aux audiences et au dossier de l’enquête par l’intermédiaire d’un avocat malgache.

«Nous avons déjà demandé une copie des différents rapports en lien avec l’enquête. Selon nos informations, les noms de deux personnes impliquées dans cette affaire n’ont pas été mentionnés dans l’enquête judiciaire. J’ai déjà évoqué le sujet avec Françoise Labelle, ambassadrice de Maurice dans la Grande-Île. L’Attorney General, Maneesh Gobin, et le ministre des Affaires étrangères Alan Ganoo suivent aussi cette affaire. Il y aura d’importants développements bientôt», souligne Me Assad Peeroo.

 

À ce jour, trois Mauriciens et neuf Malgaches sont sur le banc des accusés suivant l’assassinat de Dilan Éléonore. Ce jeune homme de 23 ans, avait trouvé la mort à Antsirabe le 25 novembre 2017. Il était allé à Madagascar pour rendre visite à sa mère qui travaillait là-bas pour une usine de textile. Dans un premier temps, les autorités malgaches avaient déclaré qu’il était mort dans un accident. Mais aucune autopsie n’avait été pratiquée et, plus intrigant encore, la cause du décès sur le certificat officiel était une maladie non-transmissible.

 

Elvis Éléonore avait alors fait rapatrier la dépouille de son fils. Une autopsie avait par la suite été pratiquée à Maurice par le Dr Satish Boolell. Dans son rapport, l’ancien médecin légiste en chef de la police explique que Dilan Éléonore est mort après avoir reçu un violent coup à la tête. Le jeune homme avait également d’autres blessures sur le corps.

 

Cette affaire a connu un véritable rebondissement le 2 décembre 2019 lorsque l’ambassade de Madagascar à Maurice a adressé une lettre au ministère des Affaires étrangères mauricien. Le but était de solliciter l’aide du gouvernement mauricien dans le cadre du procès de deux de nos compatriotes poursuivis pour homicide involontaire devant la justice malgache. L’enquête avait été relancée là-bas quand Elvis Éléonore avait eu vent de l’existence d’un rapport médico-légal établi par un médecin basé au bureau municipal d’hygiène d’Antsirabe. Ce dernier avait examiné la dépouille de Dilan au lendemain du drame et avait, lui aussi, déduit qu’il était mort d’un traumatisme crânien grave.

 

La brigade criminelle de Tananarive a procédé à l’arrestation de deux Mauriciens peu après. Ces derniers, qui travaillaient pour une compagnie de textile dans la Grande-Île, font l’objet d’une charge d’assassinat. La police malgache a, par la suite, arrêté d’autres personnes. Au final, 12 suspects seront traduits devant la justice dans cette affaire. «Je suis soulagé de la tournure que prennent les événements. Je me suis toujours battu pour que la vérité éclate et pour que justice soit rendue à mon fils. J’ai eu raison de ne jamais baisser les bras», précise Elvis Éléonore qui n’arrive toujours pas à faire son deuil. Pas tant que les responsables de la mort de son fils n’auront pas été condamnés.