• Evil West : God of Far West
  • WOW MOM + : une initiative artistique et sociale
  • Sanjana Khoodeeram, 26 ans, tuée par son ex-compagnon - Neermala Devi, sa mère : «Mes petits-enfants pleurent tous les jours son absence»
  • Les soins palliatifs en question
  • COP 27 : pour le meilleur et pour des actions
  • Annie Brien : un peu de l'île Maurice à Miss Germany, le concours révolutionnaire
  • Huawei Nova 10 SE : un petit frère honorable
  • Prakash Bangarigadu avoue avoir poussé sa concubine Reshma dans les escaliers - Mala, la sœur de la victime : «Li ti pou ankor vivan si li ti ekout mwa»
  • Opération antidrogue «douteuse» chez Wayne Attock - Capricia, son épouse : «Akoz bann fos travay l’ADSU, se mo fami ki pe soufer»
  • L'aventure musicale de l'aveugle Yano Boyzblakka

Accusé d’avoir comploté pour faire braquer la bijouterie de son époux - Reeta Moosahur : «Enn polisie inn zwe enn move rol ek mwa»

La bijouterie du couple Moosahur se trouve à Pamplemousses.

Les quatre jours passés en détention policière lui sont restés en travers de la gorge. «Monn pas kat zour martir me monn res for. Mo pann les mwa koule me ena enn zafer kinn mari fatig mwa selma. Enn polisie inn zwe enn move rol ek mwa. Inn rod piez mwa», souligne Reeta Moosahur. Elle envisage de porter plainte à l’Independent Police Complaints Commission à cet effet bientôt.

La police soupçonne cette dame de 47 ans d’avoir comploté pour faire braquer la bijouterie de son époux Soobiraj à Pamplemousses, d’où un butin de plus d’un million de roupies a été emporté par deux malfrats le 23 mars. Ce qu’elle nie catégoriquement. Après son arrestation et sa détention, cette habitante de Congomah a dû fournir, le 13 mai, une caution de Rs 5 000 et signer une reconnaissance de dette de Rs 10 000 pour retrouver la liberté. La police l’avait arrêtée quatre jours plus tôt. «Lapolis inn aret mwa pou nanye», martèle la quadragénaire.

 

Après le braquage, la police avait arrêté quatre suspects. C’est l’un d’eux qui aurait balancé le nom de l’épouse du bijoutier comme étant la commanditaire de ce braquage. «Monn dir bann CID-la plizier fwa ki mo pena nanye a vwar ladan me zot pann pran mwa kont ditou. Zot inn donn limportans parol voler», s’insurge Reeta Moosahur.

 

Cela fait 30 ans, dit-elle, que son époux et elle sont dans le commerce des bijoux. C’est d’ailleurs une histoire de famille chez elle ; son père et ses deux frères sont également bijoutiers. Le couple Moosahur a déjà été victime d’un hold-up il y a cinq ans. «Bann voler ti kokin environ Rs 600 000 bizou. Nou ti dekouraze. Inn gagn 2 an, monn pran loan pou relans nou bizness», avance la quadragénaire. Ses frères et son père l’ont également aidée à se relancer. Le 13 mai, raconte-t-elle, elle se trouvait chez un client à l’arrière de la bijouterie, lorsque les deux malfrats y ont fait irruption : «Zis mo misie ki ti la sa ler-la. Enn vwazin kinn averti mwa apre. Kan monn arive, monn trouv mo misie pe tranble. Li dir mwa voler inn kokin tou bizou. Nounn telefonn lapolis apre. Zot inn pran 50 minit pou vini, alor ki stasion dan kwin lamem.»

 

Le 10 mai, le couple a reçu un appel de la CID de Pamplemousses pour qu’il vienne identifier les bijoux au poste de police. Sur place, les policiers les ont séparés. «Zot inn amenn mwa andan pou fer idantifikasion. Pa ti ena okenn bizou lor ou larzan me zis fantezi», se souvient Soobiraj. Son épouse se trouvait dans une autre pièce. «Zot inn dir mwa bizin pran enn lanket ar mwa. Monn dir zot wi», souligne Reeta.

 

Peu après, un policier lui a expliqué que quatre suspects avaient été arrêtés suite au braquage et qu'ils auraient tous déclaré avoir commis ce braquage sur ses instructions. «Monn gagn enn mari sok. Monn dir li zame. Lerla linn dir mwa "enn puzzle sa madam, ou bizin rant dan zwe la".» Reeta Moosahur affirme avoir nié ces accusations. «Li dir mwa "ou pe gat zwe-la". Monn redir li ki mo pann donn okenn instriksion, mem si linn kontign dir ki kat temwaniaz bann sispe-la parey kont mwa. Linn dimann mwa lerla si mo pou donn statement ou pran avoka. Monn dir li ki mo pou pran avoka. Mo mari ti a kote lamem, li pa ti mem kone ki pe deroule andan sa ler-la», s’insurge Reeta.

 

L’habitante de Congomah a alors appelé ses proches qui ont retenu les services de Me Ashley Gungla. Ce dernier lui a conseillé de ne pas consigner de déposition en son absence. Peu après, Reeta a été présentée devant le tribunal de Pamplemousses où une accusation provisoire de complot a été logée contre elle. Elle a été placée en détention juste après car la police avait objecté à sa remise en liberté sous caution. De retour au poste de police, le policier en question aurait récidivé. «Linn redir mwa "aksepte, pa tro tar pou dir wi". Monn redir li non», explique la quadragénaire.

 

Le soir, elle a été transportée d’urgence à l’hôpital après une baisse de tension artérielle. Avant d'être reconduite en cellule. Elle a consigné sa version des faits le lendemain. «Monn deny. Polisie-la pe dir swa dizan voler pe dir ki mo travay dan bez a koz sa monn rod 3 dimounn pou kokin, lerla lasirans ti pou ranbours kas ek mo ti pou pey zot ek sa. 90 % bizoutie pa asir zot bizou. Lapolis ti ousi pran mo portab pou analize. Serzan-la inn fatig mwa ankor kan mo avoka inn ale, letan ti pe amenn mwa Casernes pou check mo portab», souligne Reeta.

 

Elle a retrouvé la liberté le lendemain après une bail motion de son avocat. «Monn touzour krwar dan seki lao-la. Li pou fer mwa gagn la zistis. Inn rod fer mwa pas pou koupab. Mo 3 zanfan inn bien soufer akoz sa. Sa serzan-la inn bien arsel mwa. Mo repitasion inn gate», regrette Reeta. La police n’a pas souhaité faire de commentaires sur cette affaire pour ne pas pervertir l’enquête en cours.