• Championnats d'Afrique : l'athlétisme mauricien en quête de rachat
  • Vidushi Haulooman et sa poésie dans «Afflatus» 
  • Modigadu Govinden, 59 ans, renversé mortellement par une voiture - Ses proches : «Lalwa bizin pli sever»
  • Luchmeeparsad Bhowaneedin, 43 ans, décède après avoir été percuté par le métro - Son entourage : «Il voulait changer de vie et se stabiliser financièrement»
  • Mystère autour du décès de Kevin Sreeneebus, 33 ans, après une sortie de route - Ses proches et amis pleurent «un homme jovial et plein d'ambition»
  • Acquitté dans l’affaire du double drame de Sept-Cascades en 2012 - L’inspecteur Sookur : «Mo pli gran regre se ki mo pann resi sap lavi Nanon ek Binda»
  • Nula Groove et l’après «Mama mo tresor»
  • La lecture partisane et l’indestructible culture politique !
  • Post-Budget : ces espoirs tombés à l’eau
  • Dévoilement d’une statue de sir Anerood Jugnauth : hommage à «enn gran dimounn»

Sortie ce 23 mars - The Blue Penny : l'excitation et l'angoisse d'un réalisateur

À quelques jours de la sortie du fameux film local (avec une histoire de famille bourgeoise qui va tourner au vinaigre), le réalisateur Jon Rabaud nous donne son ressenti et revient un peu sur cette aventure qui a commencé il y a trois ans…

Mon état d’esprit à quelques jours de la sortie du film

 

«Je suis tout d’abord impatient et excité de montrer le film au plus grand nombre. Et j’espère que l’équipe aimera le résultat de son travail à l’écran. Je suis angoissé aussi, vu l’attente qu’il y a de découvrir ce film, très palpable ici mais aussi ailleurs, avec des gens de la diaspora qui nous demandent où ils peuvent le voir.»

 

L’aventure en quelques mots

 

«Je décrirais cette aventure comme des montagnes russes : des sommets incroyables, des bas très durs aussi. C’est un projet qui, en tout cas, n’a cessé de grandir depuis ses débuts, dans tous les départements, dans tous les sens du terme. Il y a eu des moments de grand doute aussi : est-ce qu’on allait pouvoir aller jusqu’au bout du projet ? Mais ça valait le coup, c’était une aventure tellement excitante. Les difficultés sont claires : faire un film est un défi en soi, vu qu’il comporte tellement d’éléments. Le tout, pour nous, était de maximiser chaque élément, chaque détail, dans chaque département, pour en tirer le meilleur.»

 

Et si quelqu’un d’autre veut faire son «The Blue Penny» ?

 

«Le conseil que j’ai toujours suivi est d’apprendre tout le processus pour faire un film, learn the craft ! Réalisateur, producteur, scénariste, etc. Il faut connaître chaque étape de fabrication d’un film, avoir une notion de tout, maîtriser tout, tout en donnant de l’espace aux différentes équipes. Et cela, pour donner une direction précise à chaque département et, du coup, arriver à tout optimiser et à aller jusqu’au bout du projet.»  

 

Après la sortie

 

«On espère que le film ira dans de nombreux festivals mais le plus important pour nous était de le sortir en salles tout d’abord, chose qui est de plus en plus un luxe actuellement avec la venue du streaming ; même les plus grands cinéastes font maintenant des films sur des plateformes. On a la chance ici de sortir un film en salles, en plus dans plusieurs salles du MCiné.»