• Kursley Favory, 43 ans, commet un autre viol après quatre ans - Ginette*, 80 ans : «Monn res fer lapriyer pou ki sa kosmar-la arete...»
  • Décès de Pankaj Udhas : cette voix d’or qui a marqué les Mauriciens
  • Manchester City vs Manchester United : règlement de comptes entre voisins
  • Quand Bruno Raya raconte Morgan Heritage et son chanteur décédé
  • Serge Moorjee : l’homme qui respirait le foot
  • Taekwondo : Sheldon Yan Too Sang aux Jeux d’Afrique
  • Huawei Matebook D16 : tout du bon côté
  • Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois : l’agroécologie, un levier pour une meilleure intégration sociale
  • François Lindemann et sa rencontre musicale où «Tou korek»
  • Ishfaaq Mudhawo : politique, social et... chevaux

«Napoléon» veut crever l’écran !

Du grand spectacle vous attend dès ce mercredi 22 novembre dans nos salles avec ce biopic sur l’un des empereurs les plus populaires et passionnants de l’Histoire, le tout mis en scène par le réalisateur de Gladiator et autres Alien et Blade Runner. 

Un peu d’Histoire

 

Ainsi, ce film sur Napoléon nous racontera une partie de la vie de ce conquérant, connu pour avoir mené de lourdes campagnes après la Révolution française vers fin des années 1700 et début des années 1800. Homme autoritaire, il n’a pas hésité à mener campagne contre les Russes, les Italiens, les Espagnols, bref, tout un moment très sanglant (on parle de près de six millions de morts !) de l’Histoire connue comme les guerres napoléoniennes.

 

En plus de jeter un éclairage sur ces guerres via des reconstructions impressionnantes, le film se penchera aussi sur le portrait du monsieur en question, homme ambitieux, controversé, militaire acharné autant que fin stratège tant sur le champ de bataille que dans la sphère politique. Le long-métrage de Ridley Scott évoquera aussi la romance entre Napoléon et le grand amour de sa vie, Joséphine… De l’Histoire oui, mais où plusieurs historiens et férus du sujet ont reproché au film d’être souvent inexact au niveau de plusieurs aspects, ce qui n’a manqué d’embêter un peu Ridley Scott, qui s’est fendu d’un «Go get a life», tout en précisant qu’il avait pris quelques libertés pour les besoins du récit.  

 

Grand, grand spectacle

 

Et si le film n’est pas tout le temps exact visiblement, on est quand même bien dans un film de Ridley Scott, réalisateur de Gladiateur, La Chute Du Faucon Noir, Kingdom Of Heaven, bref, un gars qui s’y connaît bien quand il s’agit d’orchestrer des reconstitutions d’époque à grande échelle avec un sens du spectacle souvent inégalé. Et avec les bandes-annonces que l’on ait pu voir du film, il semble qu’on soit bien parti pour d’énormes scènes de bataille, faisant de ce film le plus spectaculaire que nous verrons probablement en cette fin d’année, tout en n’oubliant pas non plus de développer ses personnages…

 

Sacré casting en plus de Joaquin Phoenix

 

Justement les personnages. Nous pouvons faire confiance à Joaquin Phoenix pour nous pondre à nouveau des personnages à la psychologie complexe et/ou mémorables (les récents Joker et Beau is Afraid nous l’ont très bien prouvé) mais le monsieur n’est pas forcément seul sur Napoléon, même si c’est bien lui qui doit porter cette épopée épique sur ces épaules : il faudra aussi compter sur la présence féminine de Vanessa Kirby, très en vogue actuellement après le dernier Mission Impossible et autres Pieces of a Woman, qui campe ici le rôle de l’impératrice Joséphine. Sinon, on retrouve aussi la présence de Tahar Rahim, Français qui poursuit toujours sa carrière internationale après Le Serpent sur Netflix et Designé Coupable aux côtés de Jodie Foster.