• Désir de maternité, problème de fertilité : comment faire face au mois de mai
  • Ebony Forest : protecteur de la nature
  • Un trentenaire agresse son épouse et leur fille de 4 ans au couteau - Ses beaux-parents : «Nou tifi inn pas boukou mizer depi linn marye»
  • Jasodah Boodhun, une centenaire bien dans sa peau
  • La flamme olympique en France : effervescence autour du feu sacré
  • Thyroïde : une petite glande, de grandes implications…
  • «Furiosa : une Saga Mad Max»  : encore de la fureur et de la ferraille
  • Enquête judiciaire au tribunal de Souillac - Rama Valayden : «Lapolis inn kwi vide ek lanket lor lamor Kanakiah»
  • Aurally Handicapped Persons Sports Federation : ne pas confondre athlètes sourds et para-athlètes
  • Journée internationale du thé : la Chartreuse, entre célébration et engagement pour une industrie équitable et durable

La Planète des Singes : Le Nouveau Royaume - Les «zakos» reprennent d’assaut les salles de cinéma

Du gros blockbuster dans nos salles cette semaine avec le nouveau volet du reboot, et à la fois préquelle, de la saga La Planète des Singes, qui poursuit l’histoire triste entre les humains et les singes, ces derniers devenant de plus en plus dominants sur la terre. Suivez un peu… 

La déchéance humaine continue

 

On va beaucoup fast forward pour ce nouveau film La Planète des Singes, ce qui le rapproche encore plus du premier film avec Charlton Heston. Nous voici donc plusieurs générations après tout ce qui s’est passé avec César, le fameux singe qui a suscité la rébellion des primates dans le monde. Les humains, de par une étrange maladie, ont régressé jusqu’à l’état sauvage, et sont donc des singes qui parlent et vivent en communauté. Nous suivons, ici, un jeune singe, qui doit retrouver sa famille kidnappée par un singe qui a décidé de créer un empire tyrannique. Il va croiser sur sa route une jeune femme qui semble n’avoir pas du tout régressé à l’état sauvage.

 

Techniquement toujours au top

 

On le voit encore comme dans les précédents films de la saga : les effets spéciaux nous proposent des singes plus vrais que nature avec toutes sortes d’émotions qui vont les rendre ou très attachants ou très détestables, toujours avec la technique de performance capture pour des prestations d’acteurs zako au top. Encore une fois, il semble que nous avons autant droit à un grand spectacle avec pas mal d’action qu’à des moments remplis d’émotion, ce qui devrait bien faire l’affaire…

 

Une actrice pétillante et remplie de boue aussi…

 

Parmi les acteurs «humains» du film, on retrouve Freya Allan, joli visage pétillant que l’on connaît surtout comme la Ciri de la série The Witcher aux côtés de l’incontournable Henry Cavill. Dans ce film, on la revoit encore dans un rôle physique où elle court beaucoup et ne parle pas beaucoup, même si elle est l’un des personnages centraux de l’intrigue. 

 

Casting de primates sous la houlette d’un habitué de l’action teenager

 

Si les anciens films Planètes des Singes voyaient, par exemple, des acteurs comme Andy Serkis ou Toby Gemmel dans les rôles importants, il semble que le casting ait bien rajeuni dans ce nouveau film. Cela peut être dû au fait que le réalisateur de ce Nouveau Royaume est Wes Ball, qui a tout de même réalisé les trois films Maze Runner, adaptations remplies d’action des livres de science-fiction young adult. Le monsieur vient en plus de signer pour la prochaine adaptation du jeu vidéo Legend of Zelda. Attendons voir…