• Désir de maternité, problème de fertilité : comment faire face au mois de mai
  • Ebony Forest : protecteur de la nature
  • Un trentenaire agresse son épouse et leur fille de 4 ans au couteau - Ses beaux-parents : «Nou tifi inn pas boukou mizer depi linn marye»
  • Jasodah Boodhun, une centenaire bien dans sa peau
  • La flamme olympique en France : effervescence autour du feu sacré
  • Thyroïde : une petite glande, de grandes implications…
  • «Furiosa : une Saga Mad Max»  : encore de la fureur et de la ferraille
  • Enquête judiciaire au tribunal de Souillac - Rama Valayden : «Lapolis inn kwi vide ek lanket lor lamor Kanakiah»
  • Aurally Handicapped Persons Sports Federation : ne pas confondre athlètes sourds et para-athlètes
  • Journée internationale du thé : la Chartreuse, entre célébration et engagement pour une industrie équitable et durable

Tempête et inondations meurtrières : la Libye dévastée

La Libye a été la proie, ce lundi 11 septembre, de la tempête Daniel qui, sur son passage, a provoqué de multiples dégâts et des inondations gigantesques.

Les catastrophes naturelles se suivent et continuent d’interpeller sur la question du dérèglement climatique. Parmi les dernières victimes d'une Dame nature de plus en plus imprévisible : la Libye. 

Le lundi 11 septembre, ce pays a été la proie de la tempête Daniel qui a provoqué sur son passage de multiples dégâts et des inondations gigantesques, entraînant également dans son sillage un nombre «énorme» de morts, selon la Croix-Rouge. À l'heure où nous mettions sous presse, il était ainsi question de plus de 3 000 décès. La tempête est qualifiée de phénomène «extrême en termes de quantité d'eau tombée» par les experts qui suivent de près les phénomènes résultant du dérèglement climatique.

 

Et le phénomène météorologique n'a pas épargné la Libye. Les images des villes détruites dans l'est du pays donnent des sueurs froides : immeubles écroulés, coulées de boue dans les rues, rivières qui débordent... «Le coup de vent et les importantes trombes d'eau tombées sur le pays ont notamment détruit une partie de la ville côtière de Derna», soulignent les médias. Le nombre de personnes tuées pourrait également augmentait. À l'heure où nous mettions sous presse, le maire de la ville confiait aux médias que le nombre de décès pourrait atteindre 20 000. Quelques jours plus tôt, Daniel avait également frappé la Grèce où plusieurs villages ont été ravagés par l’eau.

 

Face à la tragédie, la mobilisation internationale s'intensifie pour venir en aide aux survivants et la Commission européenne a annoncé l'envoi d'aide de l'Allemagne, de la Roumanie et de la Finlande. Le pays est d'autant plus sous le choc qu’il est peu habitué aux inondations, surtout en cette période de l'année où le climat est relativement sec.

 

Indar Babooa, qui connaît très bien la Libye pour y être allé à plusieurs reprises et avoir côtoyé son ancien dirigeant,  Mouammar Kadhafi, se dit attristé par cette tragédie. «C’est extrêmement triste, surtout que c’est arrivé de façon si soudaine dans ce pays où il ne pleuvait pas depuis une longue période. J'ai été dans ce pays plusieurs fois et je peux attester que c'est un pays désertique. Il est coupé en deux et est déjà en proie à bien des problèmes. Les habitants souffrent déjà de la situation dans leur pays depuis la mort de Khadafi, les voilà maintenant confrontés à cette catastrophe naturelle. Le cyclone Daniel était une tempête très violente. It's very very sad», nous confie Indar Babooa.

 

Suivant les inondations meurtrières en Libye, le Premier ministre Pravind Jugnauth a tenu à sympathiser avec le peuple de ce pays. À travers sa page Facebook, il s’est dit être de tout cœur avec les Libyens. «Nous prions pour que vous puissiez surmonter la catastrophe»,  a souligné le chef du gouvernement mauricien.