• Championnats d'Afrique : l'athlétisme mauricien en quête de rachat
  • Vidushi Haulooman et sa poésie dans «Afflatus» 
  • Modigadu Govinden, 59 ans, renversé mortellement par une voiture - Ses proches : «Lalwa bizin pli sever»
  • Luchmeeparsad Bhowaneedin, 43 ans, décède après avoir été percuté par le métro - Son entourage : «Il voulait changer de vie et se stabiliser financièrement»
  • Mystère autour du décès de Kevin Sreeneebus, 33 ans, après une sortie de route - Ses proches et amis pleurent «un homme jovial et plein d'ambition»
  • Acquitté dans l’affaire du double drame de Sept-Cascades en 2012 - L’inspecteur Sookur : «Mo pli gran regre se ki mo pann resi sap lavi Nanon ek Binda»
  • Nula Groove et l’après «Mama mo tresor»
  • La lecture partisane et l’indestructible culture politique !
  • Post-Budget : ces espoirs tombés à l’eau
  • Dévoilement d’une statue de sir Anerood Jugnauth : hommage à «enn gran dimounn»

Sarita, 39 ans, brûlée vive par son époux Suren - Poonima : «Mo pa konpran kifer mo tifi zame pann denons so mari»

Poonima est dévastée par le chagrin depuis le décès tragique de sa fille.

La police a retrouvé le corps sans vie de Sarita à son domicile, à Moka. Son époux Suren a été arrêté. Cet homme de 43 ans a déjà avoué les faits. Une énième dispute conjugale a eu raison de cette femme de 39 ans, qui est morte après avoir été ébouillantée. Voici l’histoire d’une autre martyre.

Sa vie s’écoule dans le regret. Elle s’en mord les doigts d’avoir failli dans son rôle de mère. Elle n’a pas pu protéger sa fille. Poonima donne l’impression d’être l’ombre d’elle-même en ce mercredi après-midi. Cette dame de 66 ans, habitant Palma, ne digère toujours pas les circonstances tragiques entourant le décès de sa fille Vilasha Sooriah, 39 ans, plus connue comme Sarita. La sexagénaire est constamment prise de remords. «Plizier fwa monn koz ek li. Mo pa konpran kifer mo tifi zame pann denons so mari. Linn pass boukou mizer ek li. Linn bien kasiet defo Suren. Linn bien soufer dan silans», martèle Poonima, la voix cassée par l’émotion. Les proches présents chez elle ont également le visage crispé par le chagrin. Les funérailles de Sarita ont eu lieu, la veille.

 

La police a retrouvé cette habitante de Moka morte dans son lit dans la soirée du 13 novembre. Son époux Souvendra Sooriah, 43 ans, plus connu comme Suren, l’a laissée pour morte après l’avoir ébouillantée avec de l’eau chaude. Le couple comptait 21 ans de vie commune. Sarita et Suren ont deux fils âgés respectivement de 20 et 17 ans. Sarita travaillant comme Attendant à l’école gouvernementale de Moka depuis plus de 10 ans. Suren collectionnait les petits boulots pour gagner sa vie. Poonima a toujours eu du mépris pour cet habitant de Camp La Serpe. C’est la raison pour laquelle elle s’était opposée à l’union de sa fille avec ce dernier depuis le début de leur idylle. Sarita était la cadette de sa famille.

 

«Plin defo»

 

«Mo pa ti dakor ditou kan Sarita inn koumans kontan li. Mo tifi ti fek gagn 18 an. Li ti pe travay dan enn magazin dan Quatres-Bornes sa lepok-la. Linn zwen Suren laba. Li ti vinn aste soulie. Li ti pas pou enn CID ek mo tifi. Sarita inn krwar li. Li ti bel kalib kouma dir Abhishek Bachchan. Linn al zwen li plizier fwa dan magazin avan vinn met demann. Mo ankor rapel sa kouma zordi. Mo pa ti kontan ditou. So bann manier pa ti al dan mo disan. Li ti paret ena plin defo. Tou ti paret foss ek li. Linn bien konn kouyonn mo tifi. Ti premie garson linn kontan sa. Sarita inn persiste mem ek li ziska obliz nou fer mariaz», souligne Poonima. À l’époque, la sexagénaire travaillait à l’usine. Elle était déjà mère célibataire. Sarita avait 13 ans, lorsque son père est décédé suite à son addiction à la bouteille.

 

«Tou bann fami ti ed mwa pou fer mariaz mo tifi. Problem inn koumans leve zis apre mariaz. Mo zann-la pena travay fix. La plipar ditan li lakaz. Li rod kas ek Sarita pou al bwar. Linn koumans bat li kan li pa donn li larzan pou li al bwar. Li ti ousi gard fam an deor. Zame Sarita pann al lapolis pou denons so mari. Linn bien kasiet defo Suren. Nou panse akoz so bann zanfan ki linn fer sa. So mari-la ti bien violan. Pena enn zour kot mo tifi pa ti gagn bate ar li. Mo tifi deza kit li ek vinn lakaz. Sak fwa li rakont nouvo zistwar ek nou me li pa dir li gagn bate. Kouma boug-la vinn sers li landime li ale par li mem», s’insurge Poonima.

 

Poonima, qui jouit d’une santé fragile après s’être fait opérer à plusieurs reprises pour un problème grave à la colonne vertébrale qui l’empêche de marcher et de rester debout, regrette de n'avoir pu porter assistance à sa fille. Elle doit garder le lit pour ne pas souffrir du dos. «Plizier fwa linn bril mo tifi. Linn deza vid dilo so lor so lestoma ek so sin. Li ti fini kas preske tou ledan Sarita ek bate mem. Linn deza ousi bril li ek kaltioul. Enn dan so 2 garson mem ti dir mwa sa. La ousi mo tifi ti koz manti ek nou. Li ti dir nou ki li ti brile ek dilwil kan frir pwason. Ziska ler nou pa kone kifer linn kouver so mari koumsa. Suren pa ti pe vini mem kot mwa. Li ti anpes so bann garson ousi frekant mo lakaz. Mo pann rekonet gran garson mo tifi zour lamor telman lontan pa trouv li», souligne Poonima.

 

«Bann garson ki gran perdan»

 

Poonam, 42 ans, la sœur aînée de Sarita, a également voulu lui tirer des griffes de son mari, mais en vain. «Les deux sœurs se parlaient assez régulièrement au téléphone», explique Azagen, l’époux de Poonam. Et d’ajouter : «Sak fwa mo madam dir li kit so mari pou retourn kot mo belmer me li sanz koze ar li. Bann koleg mo belser ousi inn dir li plizier fwa kit so mari me zame li pann fer li. Zordi se so bann garson ki gran perdan dan sa zistwar-la. Pli gran-la inn pran responsabilite tipti-la. Gran-la travay dan enn gran magazin. Tipti-la pou fer SC lane prosenn.»

 

Il n’est un secret pour personne à Camp La Serpe que Sarita était une femme battue. Un vieil homme nous a déclaré que «sa madam-la ti pe gagn bate toulezour». Une voisine lâche, elle, que le visage de la jeune femme était toujours boursouflé par les coups. Suren n’était d’ailleurs pas en bon terme avec son voisinage. «Bann vwazin lamem inn dir nou ki zot inn met li lapolis plizier fwa. Kan li sou li kontan lager ek tou dimounn dan sime», précise Azagen. Le jour fatidique, la police s’est rendue au domicile du couple après un appel téléphonique d’un voisin qui avait entendu des cris stridents du domicile des Sooriah. Vers 19h, Suren téléphone à Poonima pour lui dire que Sarita s’est brûlée avec de l’eau chaude en allant prendre un bain. Intriguée, la sexagénaire a, par la suite, téléphoné à sa fille aînée.

 

Énième dispute

 

Poonam a alors téléphoné sur le 148 après avoir eu vent d’une énième dispute conjugale. La veille, soit le soir de la fête de Divali, le couple avait eu une violente altercation. «Bann vwazin inn dir nou ki Suren ti pous Sarita depi dan lakaz. Linn fors li pou dormi deor. Li ti bien bat li sa zour-la. Mo tifi inn resi rant dan lakaz ver 3 zer dan lanwit. Li ti met dilo bwi dan enn kasrol pou fer dite. Ek sa dilo lamem ki mari-la inn bril li ankor pandan ki li ti lor lili», s’indigne Poonima. Mandé sur place vers 20h40, le personnel du poste de police de Moka a d’ailleurs retrouvé Sarita dans sa chambre. Pressé de questions peu avant, Suren – qui sentait fortement l’alcool – leur a déclaré : «Mo madam lamem ek li inkonsian». La police retrouve la jeune femme en position couchée partiellement recouverte d’un drap de lit.

 

Elle portait plusieurs blessures soit des brûlures visibles, entre autres, sur son cou. Le rapport de l’autopsie indique qu’elle a rendu l’âme suite à un «shock due to intensive burn injuries». La police a, par la suite, procédé à l’interpellation de quatre suspects. Il s’agit de Suren ainsi que ses deux fils et un autre proche. La police a, par la suite, autorisé ces derniers à rentrer. Les enquêteurs les soupçonnaient d’avoir voulu aider Suren à se débarrasser de la dépouille de Sarita. Pressé de questions, le quadragénaire a avoué les faits. Il a volontairement remis une casserole aux enquêteurs pour les besoins de l’enquête. Il a comparu devant le tribunal de Moka, le 14 novembre. Il fait l’objet d’une charge provisoire de «murder». Il reste en détention provisoire jusqu’au 21 novembre.

 

Des cas de violences domestiques à la pelle

 

La police a enregistré plusieurs plaintes pour violences conjugales durant la semaine écoulée. L’une d’elle a été consignée par une serveuse de 48 ans, habitant les hautes Plaines-Wilhems, le 15 novembre. Dans sa déposition, cette quadragénaire explique que son époux âgé de 53 ans, l’a sauvagement agressée suivant une dispute vers 8h30 ce jour-là. Selon ses dires toujours, ce dernier aurait attrapé ses cheveux avec ses deux mains avant de la projeter par terre. Elle affirme que le quinquagénaire l’aurait, par la suite, entraînée de force dans leur chambre pour la pousser sur le lit avant de la mordre à un doigt. La police a procédé à l’arrestation de l’époux violent peu après. Ce dernier fait l’objet d’une charge provisoire de Breach of Domestic Violence Act.

 

La veille, une habitante d’un faubourg de Port-Louis a également porté plainte à la police contre son époux. Âgée de 39 ans, elle explique qu’elle est mariée religieusement depuis 9 ans. Le couple a trois enfants âgés respectivement de 6, 4 et 3 ans. Le couple a vécu en Europe pendant deux ans avant de rentrer au pays au cours de cette année. Elle souligne que son époux est devenu très violent à son égard depuis. Elle avance qu’elle est régulièrement agressée en présence de ses enfants. La dernière agression s’est produite, le 13 novembre. Ce jour-là, son époux l’aurait insulté avant de l’agresser physiquement en lui cognant la tête contre un mur. Sa fille aînée est, par la suite, venue à son secours pour la transporter à l’intérieur de la maison.

 

Fou de rage, son époux l’aurait séquestrée à l’intérieur en plaçant un cadenas pour l’empêcher de sortir pour aller le dénoncer à la police. La jeune femme soutient qu’elle est régulièrement victime de viol conjugal devant ses enfants lorsqu’elle refuse de donner de l’argent à son époux. Elle déclare que ce dernier est un toxicomane. Elle a bénéficié d’un Form 58. La police a ouvert une enquête. Une autre habitante d’un faubourg de Port-Louis a porté plainte pour violences domestiques durant la semaine écoulée. Il s’agit d’une cleaner de 59 ans. Elle a porté plainte à la police contre son fils âgé de 35 ans. «Mo pou touy twa si to pa donn mwa kas (…) To pa pou sape ek mwa (…) Si to pa donn mwa kas mo pou pandi twa». C’est ce que son fils a lancé à son égard, le 13 novembre.  Ce dernier a également endommagé sa garde-robe dans sa chambre après avoir proféré ces graves menaces. La quinquagénaire craint pour sa sécurité. La police a procédé à l’arrestation du jeune homme. Ce dernier est détenu au Line Barracks Detention Centre. Il fait l’objet d’une charge provisoire de Breach of Domestic Violence Act.

 

Fam An Mars sensibilise…

 

Le collectif Fam An Mars va marquer d’une pierre blanche la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’encontre des femmes 2023 par une séance de questions-réponses à l’hôtel St-Georges, à Port-Louis qui va débuter à 17h, le vendredi 24 novembre. Plusieurs intervenants seront présents ce jour-là notamment Taij Dabycharun, avocat, Prina Jeeha Teeluck, avocate, Nuz’hah Kureemun, avoué et Nansha Bholah, Life Coach. La Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’encontre des femmes est célébrée le 25 novembre de chaque année. Selon l’Organisation des Nations Unies (ONU), la violence à l’égard des femmes et des filles demeure l’une des violations des droits de l’homme les plus répandues dans le monde.

 

À l’échelle mondiale, l’ONU estime que 736 millions de femmes – près d’une sur trois – ont été victimes de violence physique et/ou sexuelle de la part de leur partenaire intime, de violence sexuelle d’un autre partenaire, ou des deux, au moins une fois dans leur vie. Selon l’ONU toujours, la violence à l’égard des femmes a été intensifiée dans différents contextes, y compris l’espace de travail et les espaces en ligne, et a été exacerbée par la pandémie de Covid-19, les conflits et les changements climatiques. Ceux qui veulent assister à la séance de questions-réponses organisée par le collectif Fam An Mars doivent réserver en téléphonant aux numéros suivants : 5903 0304 ou le 5251 0388.