• Entrepreneur de l’année : Julien Faliu : Expat.com, sa petite entreprise qui ne connaît pas la crise
  • Judo – Hong Kong Asian Open 2019 : Une cinquième place prometteuse pour Legentil
  • Stéphanie Favier et Paco : Passionnés d’art et de créativité
  • Allégations de violence policière meurtrière | Le frère de Khaleel Anarath : «Il craignait pour sa vie en détention»
  • Contestation d’une loi visant la communauté gay | Abdool Ridwan Firaas Ah Seek : «L’article 250 concerne tout le monde, pas que les personnes de la communauté LGBT»
  • Firoz Ghanty, l’artiste par les artistes
  • Collision mortelle à St-Aubin : Jean Daniel Perrine ne verra pas grandir ses jumelles
  • Pradeep Roopun et Eddy Boissezon au château du Réduit : Regard d’observateurs sur des nominations qui suscitent de vives réactions
  • N’est pas rassembleur qui veut !
  • Nicolas Fanny : D’un défi à l’autre

Rapport et bilan financier | PILS : «Un monde sans SIDA et hépatites virales est possible»

La lutte continue de plus belle. Le rapport d’activité et le bilan financier 2018 de PILS, rendu public cette semaine et mis en ligne le mardi 17 septembre, le démontre. «Nous avons, en 2017, dû consacrer nos efforts à rétablir plusieurs programmes qui avaient été mis en suspens par l’ancien ministre de la Santé et c’est avec beaucoup de satisfaction que nous sommes aujourd’hui en mesure de constater que nos actions ont fini par avoir des retombées positives. Cette année a aussi été laborieuse avec la création de notre nouvelle équipe, soit la PILS Rainbow Team, ainsi qu’avec l’introduction de la PrEP par le ministère de la Santé. Cependant, c’est avec beaucoup de désolation que nous avons constaté qu’il y a encore eu trop de décès chez les personnes vivant avec le VIH», souligne Dhiren Moher, (photo), le président de l’organisme, dans le rapport.

 

Celui-ci rappelle aussi l’importance de rester vigilants et mobilisés : «L’épidémie change. (...) Nous avons récemment décidé de revoir notre approche. Cette nouvelle stratégie nous a permis de faire une autopsie de nos actions et programmes et ainsi de venir de l’avant avec un nouveau plan stratégique 2019-2021. Ce dernier souligne notre ambition pour une véritable transformation sociale afin de réduire les nouvelles contaminations à Maurice et dans la région.»

 

Dhiren Moher parle aussi des nouveaux défis à venir : «Lesquels ? Le vieillissement des personnes vivant avec le VIH. Quelle prise en charge gériatrique ? Comment empêcher les décès liés au VIH et aux comorbidités ? Comment prévenir et accompagner les jeunes personnes LGBTQI face à l’ignorance et aux discriminations encore trop nombreuses ? Comment élargir notre palette de réduction des risques afin de mieux répondre aux besoins des personnes qui utilisent des drogues? L’heure est de ce fait à la mobilisation, car nous croyons qu’un monde sans SIDA et sans hépatites virales est possible.»