• Affaire ABAIM vs Claudio Veeraragoo : les poursuites abandonnées
  • Comment retrouver une alimentation équilibrée après les fêtes
  • Judo : les JO, l’Afrique et la formation comme priorité
  • À la table de Kailash Gopaul
  • Ellizenda Vurdapanaicken : Moi, coupeuse de cannes et fière de l’être
  • Noyade : le cauchemar se rejoue quatre ans après pour la famille Jugurnath
  • Suttyhudeo Tengur : «Il faut une école de métiers et d’arts pour que certains élèves puissent se réinventer»
  • Snooker : la Coupe du Président pour démarrer
  • Tey et Cindia Amerally : l’aventure «Perdi ou leker»
  • Swasti Ramsalia, femme battue, poignarde son compagnon Kisnen Veerabudren : quand une mère de famille passe de victime à accusée de meurtre

Rapport et bilan financier | PILS : «Un monde sans SIDA et hépatites virales est possible»

La lutte continue de plus belle. Le rapport d’activité et le bilan financier 2018 de PILS, rendu public cette semaine et mis en ligne le mardi 17 septembre, le démontre. «Nous avons, en 2017, dû consacrer nos efforts à rétablir plusieurs programmes qui avaient été mis en suspens par l’ancien ministre de la Santé et c’est avec beaucoup de satisfaction que nous sommes aujourd’hui en mesure de constater que nos actions ont fini par avoir des retombées positives. Cette année a aussi été laborieuse avec la création de notre nouvelle équipe, soit la PILS Rainbow Team, ainsi qu’avec l’introduction de la PrEP par le ministère de la Santé. Cependant, c’est avec beaucoup de désolation que nous avons constaté qu’il y a encore eu trop de décès chez les personnes vivant avec le VIH», souligne Dhiren Moher, (photo), le président de l’organisme, dans le rapport.

 

Celui-ci rappelle aussi l’importance de rester vigilants et mobilisés : «L’épidémie change. (...) Nous avons récemment décidé de revoir notre approche. Cette nouvelle stratégie nous a permis de faire une autopsie de nos actions et programmes et ainsi de venir de l’avant avec un nouveau plan stratégique 2019-2021. Ce dernier souligne notre ambition pour une véritable transformation sociale afin de réduire les nouvelles contaminations à Maurice et dans la région.»

 

Dhiren Moher parle aussi des nouveaux défis à venir : «Lesquels ? Le vieillissement des personnes vivant avec le VIH. Quelle prise en charge gériatrique ? Comment empêcher les décès liés au VIH et aux comorbidités ? Comment prévenir et accompagner les jeunes personnes LGBTQI face à l’ignorance et aux discriminations encore trop nombreuses ? Comment élargir notre palette de réduction des risques afin de mieux répondre aux besoins des personnes qui utilisent des drogues? L’heure est de ce fait à la mobilisation, car nous croyons qu’un monde sans SIDA et sans hépatites virales est possible.»