• Championnats d'Afrique : l'athlétisme mauricien en quête de rachat
  • Vidushi Haulooman et sa poésie dans «Afflatus» 
  • Modigadu Govinden, 59 ans, renversé mortellement par une voiture - Ses proches : «Lalwa bizin pli sever»
  • Luchmeeparsad Bhowaneedin, 43 ans, décède après avoir été percuté par le métro - Son entourage : «Il voulait changer de vie et se stabiliser financièrement»
  • Mystère autour du décès de Kevin Sreeneebus, 33 ans, après une sortie de route - Ses proches et amis pleurent «un homme jovial et plein d'ambition»
  • Acquitté dans l’affaire du double drame de Sept-Cascades en 2012 - L’inspecteur Sookur : «Mo pli gran regre se ki mo pann resi sap lavi Nanon ek Binda»
  • Nula Groove et l’après «Mama mo tresor»
  • La lecture partisane et l’indestructible culture politique !
  • Post-Budget : ces espoirs tombés à l’eau
  • Dévoilement d’une statue de sir Anerood Jugnauth : hommage à «enn gran dimounn»

Ramadan 2023 : entre préparatifs et ferveur

Un mois sacré pour les Mauriciens de foi musulmane. En effet, ces derniers vivront le Ramadan du mercredi 22 mars au jeudi 23 mars 2023 (dépendant de la visibilité de la lune). L’heure est donc aux préparatifs dans les mosquées. 

«Depuis le mois de janvier, nous avons commencé les préparatifs au niveau de la mosquée : refaire la peinture à l’intérieur, nettoyer la moquette, aménager le parking, entre autres, afin d’accueillir les fidèles dans les meilleures conditions. Cette année, c’est juste la peinture à l’extérieur qui est en suspens à cause du temps mais nous le ferons dès que le temps s’améliorera», explique Reeaz Jaunbaccus, président de la Reunion Mohammady Soonee Society qui gère la Baab-Us-Salam Musjid située à la rue Cantin, à Vacoas.

 

Au programme de la Baab-Us-Salam Musjid, il y aura des causeries mais aussi des distributions de vivres aux familles dans le besoin pour qu’ils puissent vivre le mois du Ramadan sereinement. «Nous voulons offrir à la communauté les outils nécessaires pour vivre un bon Ramadan. Surtout que notre joie est plus grande cette année car nous allons pouvoir vivre ce moment sacré en communauté. Pour nous, c’est comme voir la lumière au bout du tunnel après presque trois ans. De plus, les gens viendront à la mosquée sans être habités par la crainte et nous sommes confiants qu’avec la grâce de Dieu, tout se passera bien», soutient Reeaz Jaunbaccus. Avant d’ajouter : «C’est beaucoup de travail mais Dieu nous donne le courage nécessaire pour le faire.»

 

Le Ramadan, nous dit-il, ne se définit pas uniquement par le jeûne, c’est aussi une période de sacrifice, de bonté et une reconnexion spirituelle. «Je souhaite un mois pieux à tous ceux qui vivront le Ramadan mais aussi la santé et le courage pour le faire. J’ai aussi une pensée spéciale pour tous ceux qui sont dans la souffrance, surtout les pays en guerre», confie-t-il, à quelques jours du début du Ramadan…