• Championnat de Rallye Automobile - 2e manche : Consécration de Hashim Maudarbocus-Yohann Anseline
  • Ferme communautaire O’Connor : Pour remettre des familles debout
  • Zoé Laure : Le «nail art», sa passion, son métier
  • Construis-moi un «lodge» 100 % écolo
  • Jasmine Toulouse veut réveiller les consciences
  • Porté disparu depuis trois jours, il est retrouvé à Gris-Gris | Firdosh Jahoor : «Zot pou konn la verite mardi»
  • José Moirt : «Un Budget, ce n’est pas faire des cadeaux»
  • Hippisme 13e journée | Cool At Heart : message reçu 5 sur 5
  • Chez Fernand Bistrot : Une nouvelle adresse appétissante et gourmande
  • Aux assises : Roshan Doobraz écope de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse

Projet Zenn : Redessine-moi Bois-Marchand

Faire de l’art un vecteur de découverte, d’apprentissage, de valorisation mais aussi redonner une seconde vie à ce faubourg de la capitale. C’est l’initiative du projet Redessinons Bois-Marchand, qui découle du projet Zenn. Une résolution, dont le but est de redessiner Bois-Marchand, en peignant des fresques murales pour la communauté de l’endroit. C’est donc au gré des couleurs, de leur créativité, de leur imagination, que ces 58 jeunes, âgés entre 12 et 17 ans, ont peint des fresques dans la localité entre avril et juillet, afin de lui redonner un nouveau souffle. Des réalisations artistiques qui ont d’ailleurs été saluées lors d’une journée organisée en honneur de ces jeunes le 8 novembre, à Bois-Marchand.

 

Le projet Zenn, qui a été entièrement conçu et écrit par Nicholas Florine, social worker and community liaison officer de la Fondation Joseph Lagesse (FJL), est un espace de rencontre et de resserrement de liens entre ces jeunes de ce quartier. Zenn a aussi vu la participation d’Evan Sohun, célèbre peintre mauricien et co-animateur des divers ateliers du projet, et de Jason Goder, photographe ayant apporté son aide lors de la couverture des différents workshops. Redessinons Bois-Marchand donne le la aux autres étapes à venir de ce projet d’envergure dont la deuxième phase commence à la fin de novembre avec un programme de life skills adapté aux adolescents. Il y aura aussi une troisième phase qui portera sur l’orientation des métiers, dédiées aux jeunes en âge de prendre de l’emploi. Portée par le social, l’équipe de la FJL ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.