• Kursley Favory, 43 ans, commet un autre viol après quatre ans - Ginette*, 80 ans : «Monn res fer lapriyer pou ki sa kosmar-la arete...»
  • Décès de Pankaj Udhas : cette voix d’or qui a marqué les Mauriciens
  • Manchester City vs Manchester United : règlement de comptes entre voisins
  • Quand Bruno Raya raconte Morgan Heritage et son chanteur décédé
  • Serge Moorjee : l’homme qui respirait le foot
  • Taekwondo : Sheldon Yan Too Sang aux Jeux d’Afrique
  • Huawei Matebook D16 : tout du bon côté
  • Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois : l’agroécologie, un levier pour une meilleure intégration sociale
  • François Lindemann et sa rencontre musicale où «Tou korek»
  • Ishfaaq Mudhawo : politique, social et... chevaux

Prévisions saisonnières pour l’été 2023/24 - Subiraj Sok Appadu, ancien directeur de la météo : «Pa kapav zwe kasiet avek danze destabilizasion klimatik»

«Le problème du réchauffement de l'atmosphère a causé une déstabilisation du climat dans le monde entier. De grands scientifiques ont trouvé qu’il n’y a aucun doute sur les effets du changement climatique», nous a déclaré Subiraj Sok Appadu.

Cet été, une température maximale de 360 Celsius est attendue sur les côtes, voire plus, dépendant des conditions atmosphériques. Le rapport sur les prévisions saisonnières pour l’été 2023-2024  indique aussi que les premières pluies d’été seraient prévues pour la mi-décembre et que jusqu’à deux cyclones devraient passer près de notre île cette saison...

Cet été risque d’être tout feu tout flamme ! Car si on suit tout ce qui se passe à l’international avec les effets du bouleversement climatique, il y a de quoi se poser des questions. Que nous réserve la présente saison estivale ? Le rapport sur les Prévisions saisonnières pour l’été 2023/24 a été rendu public par la station météorologique de Vacoas lors d’une conférence de presse ce lundi 30 octobre.

 

«Le changement climatique dans le monde entraîne des conditions extrêmes, et Maurice n’est pas épargnée. Si les conditions sont réunies, nous devons même nous attendre parfois à des mini-tornades qui pourraient se former à tout moment», a déclaré le Dr Pritviraj Booneeady, directeur par intérim de la météo. C’est durant la semaine écoulée, soit ce mercredi 1er novembre que la saison estivale a commencé à Maurice, Rodrigues, Agaléga et St-Brandon et elle durera jusqu’au 30 avril 2024. Cependant, la saison cyclonique officielle s’étend du 1er novembre au 15 mai 2024. Au coeur du rapport autour des prévisions saisonnières pour l’été 2023/24 : l’activité cyclonique, les pluies d’été et les températures à Maurice et à Rodrigues. Le Dr Pritviraj Booneeady a ainsi précisé que le phénomène El Niño contribuera à l’augmentation des températures et a déclaré que ce phénomène est bien établi et aura un impact sur la région tropicale, dont Maurice.

 

«Après une analyse minutieuse du comportement de tous les indicateurs et en tenant compte des modèles analogiques, on a conclu que les températures seront supérieures à la normale pendant l’été 2023-2024. Certains jours, il est probable que les températures dépasseront la moyenne mensuelle à long terme de plus de 2 à 30 Celsius. Dans une telle situation, les températures maximales pendant la journée peuvent atteindre 360 Celsius le long des côtes occidentales de l’île Maurice. À Rodrigues, à certaines occasions, les températures maximales pendant la journée peuvent atteindre 330Celsius le long des zones côtières», souligne le rapport qui fait donc état que des températures supérieures à la normale, associées à des périodes prolongées d’humidité élevée et de vents légers, peuvent entraîner des conditions torrides, en particulier au cours des mois de décembre 2023 à mars 2024, qui causeront de graves désagréments, principalement aux groupes vulnérables de la population.

 

Et qu’en est-il de la pluviométrie ? «Le début des pluies d’été sera retardé et devrait se produire au cours de la deuxième quinzaine de décembre 2023. Les précipitations estivales cumulées sur Maurice devraient atteindre environ 90% de la normale, soit environ 1225 mm. Pour Rodrigues, les précipitations cumulées pendant l’été seront de 95% de la normale, soit environ 765 mm. De janvier à mars 2024, les conditions atmosphériques deviendront propices à l’apparition de phénomènes météorologiques extrêmes tels que des orages violents et de fortes précipitations. Les fortes précipitations de courte durée provoqueront des crues éclair localisées», précise le rapport.

 

«Ondes de tempête»

 

Les formations cycloniques seront aussi suivies de très près. «Le nombre de tempêtes nommées évoluant dans le bassin du sud-ouest de l’océan Indien pour la saison cyclonique 2023-2024, du 1er novembre 2023 au 15 mai 2024, devrait se situer entre six et huit pendant cette saison. La région à l’ouest de Diego Garcia du bassin est plus propice à la formation de cyclones», explique le rapport sur les prévisions saisonnières pour l’été 2023/24, qui souligne aussi que «les fortes houles générées par les cyclones tropicaux évoluant à proximité des îles peuvent affecter les côtes. Les cyclones peuvent également provoquer des ondes de tempête s'ils passent très près des îles». «Seuls un ou deux cyclones pourraient éventuellement nous affecter. La météo va suivre la situation de près», a précisé le Dr Pritviraj Booneeady.

 

Le document présenté durant la semaine écoulée indique que l'influence humaine a probablement augmenté le risque d'événements extrêmes composés depuis les années 1950, y compris l'augmentation de la fréquence des vagues de chaleur et des sécheresses concomitantes. Il est donc très probable que des phénomènes météorologiques extrêmes sous la forme de périodes chaudes, de pluies abondantes/torrentielles, d'orages violents, d'orages électriques, de mini-tornades, d'intensification rapide des cyclones tropicaux se produisent au cours de l'été et la saison cyclonique 2023-2024.

 

«Maurice ne va définitivement pas échapper à la tendance mondiale concernant les phénomènes climatiques. On va subir tout ce que le monde subit», nous déclare Subiraj Sok Appadu, ancien directeur de la météo, qui suit de très près les actualités météorologiques. «Fort de tout ce qu’on voit à travers le monde, et de tout ce qu’on a observé au cours de ces 10 dernières années, les Mauriciens, je pense, doivent déjà comprendre, que des conditions météorologiques changeantes et extrêmes sont de plus en plus courantes et que la vigilance s’impose. On n’a qu’à se référer aux dernières inondations qui ont affecté le pays ces dernières années, comme celles qui avaient eu lieu à Port-Louis, par exemple. On a vu les dangers qui nous guettent. Ce qui est arrivé doit être un eye opener sur la nouvelle réalité météorologique. Il faut se préparer à faire face à ce qui peut arriver. Pa kapav zoue kasiet avek danze destabilizasion klimatik ki pe afekte lemond ek ki lie avek problem resofman klimatik», ajoute Subiraj Sok Appadu.

 

Pour lui, il faut miser sur une campagne de sensibilisation nationale bien agressive de la part de la Météo et du National Disaster Committee. «Il faut mettre la main à la pâte pour confronter la population et lui faire comprendre qu’il faut désormais faire face à d’autres réalités météorologiques qui sont dangereuses. Le problème du réchauffement de l’atmosphère a causé une déstabilisation du climat dans le monde entier. De grands scientifiques ont trouvé qu’il n’y a aucun doute sur les effets du changement climatique.  C’est déjà trop tard pour catch up... En tout cas, ça ne pourra pas se faire dans ce siècle. Concernant Maurice, le plus grand danger qui guette le pays, ce sont des violents cyclones qui peuvent nous toucher et causer de grands dégâts avec une abondance de pluie», conclut l’ancien directeur de la météo en parlant des prévisions de l’été 2023-24 qui risque d’être tout feu tout flamme.