• Groupe Jeunes Solidaires : Pour redonner espoir à La Valette
  • Des enfants de la balle sur les pas de leur père
  • Hippisme 31e journée | Henry Tudor résiste à Big Mistake
  • Quand la campagne se vit en famille
  • Naziha Mestaoui : «La nature n’est pas extérieure à nous, on en fait intégralement partie»
  • Femmes candidates : le prix de l’engagement
  • Elle aurait été battue à mort par son compagnon : l’enfer de Sorenza René raconté par sa grand-mère
  • Lal Kaptaan : Saif Ali Khan dans la peau d’un saint
  • Nazmah Rummun tuée par son fils : Leur entourage entre choc et interrogations
  • Joker : immonde et acclamé

Maurice au rythme de la visite papale

Panneaux d’affichage, peinture, travaux, tout est mis en place pour accueillir comme il se doit le pape François.

Dans les quatre coins de l’île, les rues se parent des drapeaux du Vatican et de panneaux d’affichage en l’honneur du pape François. Les Mauriciens, eux, trépignent d’impatience…

Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, on sent dans les rues et dans les foyers comme une ambiance particulière. Elle est différente de celle des Jeux des îles ou encore d’une élection. Elle est beaucoup plus sobre et mesurée tout en étant enthousiaste et passionnée. Si l’annonce de la venue du chef de l’Église catholique a suscité joie et fierté, à l’approche de son arrivée imminente, l’émotion dans le pays est à son comble. Un peu partout à travers l’île, les panneaux d’affichage, que ce soit ceux du diocèse ou du gouvernement, ont fait leur apparition. Sur les ronds-points, le drapeau du Vatican flotte fièrement à côté de notre quadricolore.

 

Les Mauriciens, eux, bouillonnent d’impatience à l’idée de recevoir le pape François chez eux. En marge de ce moment qui s’annonce historique et unique, les préparatifs ont commencé il y a déjà plusieurs semaines. Outre les aménagements spéciaux dans la capitale, notamment à Marie-Reine-de-la-Paix et à la cathédrale St-Louis, Ste-Croix vibre au rythme de cet événement national. Les maisons et les commerces longeant cette longue rue affiche depuis peu de nouvelles couleurs. Le va-et-vient de ces derniers jours n’a pas échappé à Audrey François, coiffeuse. «Il y a de l’animation. Il y a des nettoyages, des travaux. Tout est en train d’être fait pour accueillir le pape.»

 

Si Nicole Agathe, Jennifer Grey et Catherine Beginot ont l’habitude de voir, tous les ans, défiler devant leurs maisons des centaines de pèlerins, cette fois, comme il y a 30 ans, l’ampleur de l’événement est beaucoup plus importante. «Nous sommes fières de l’accueillir dans notre localité. C’est une joie extraordinaire», souligne Jennifer Grey. Dans les rues, l’agitation ne ment pas. «Il y a du mouvement. Les gens vont et viennent. Il y a des travaux. Les Zezi Vre Zom ont refait les façades des murs et des artistes ont fait des graffitis. Ils embellissent l’endroit», lance Nicole Agathe.

 

À Port-Louis, l’ambiance est autre. Certains commerçants, flairant le bon coup, affichent dans leur vitrine des T-shirts (pas officiels) à l’effigie du chef de l’Église. Ajay et Agit Ramgeet, qui ont leur petit commerce à l’angle de la rue La Chaussée et de Sir Célicourt Antelme, n’ont pas voulu rater ce moment. Et les affaires semblent marcher. «Nous avons déjà vendus environ 300 T-shirts. Les Mauriciens s’intéressent beaucoup à cet événement», déclare Agit. «Nous aussi d’ailleurs. Ce lundi, nous irons à Marie-Reine-de-la-Paix car nous voulons nous aussi vivre ça de près», lance Agit. Bessantee Luchmun vend elle aussi des T-shirts. Ces derniers jours, plusieurs personnes, dit-elle, sont venues en chercher. «Pour eux, ça restera comme un beau souvenir.»

 

Partout dans la capitale, les gens ne parlent que de cette visite. Jeunes comme moins jeunes sont conscients de l’importance de ce moment. Waylann Desvaux et Jason Ko Hoy Shong, deux étudiants du collège James Burty David, comptent bien se rendre à la messe qui sera dite par le souverain pontife. «Nous irons avec nos parents. Tout le monde parle de ça autour de nous. Le pape, c’est un modèle, on ne peut pas rater ça», disent-ils en chœur. Un peu plus loin, Jean-Noël et Marie-José Thérèse aussi ont acheté leurs T-Shirts pour se rendre à cette célébration. Habitant à Rivière des Anguilles, ils vont quitter la maison très tôt pour pouvoir vivre ça intensément. «La première fois, nous étions là aussi. C’est un souvenir qui reste à vie. Nous allons bien nous préparer avec nos T-Shirts, nos casquettes et de l’eau», souligne Jean-Noël.

 

Anne-Lise Chetti, habitante de Mont-Roches, sera là aussi. Elle s’y rendra en famille et avec les gens de sa paroisse. «C’est une grâce, une bénédiction. Impossible de ne pas y aller. Nous nous sommes organisés avec un transport en commun pour y aller.»

 

Quitter la maison aux aurores, Devegee Tyacootee, Nalini et Saradha Velleygen comptent bien le faire. «Nous habitons à Goodlands. Avec des amis et des voisins, nous avons loué un bus et nous quitterons la maison à 5 heures du matin afin d’arriver tôt sur les lieux et essayer de trouver une bonne place», affirme Saradha. «C’est une bénédiction, comme un petit miracle qu’il vienne chez nous. Sa visite va nous bénir. C’est une fierté immense», confie Devegee. Ce lundi du 9 septembre, face au pape François, ces trois sœurs, comme tous les Mauriciens qui s’y rendront, comptent bien vivre intensément ce moment céleste.