• La Croix Rouge : S’engager, symbole de solidarité et d’humanité
  • JIOI 2019 : Les entraîneurs boostés par leur cash prize
  • Gaia Succulents | Ektah Maha : une succulente... passion
  • Basco Raphael et son amour de «Lamizik»
  • Jin Fei : À la découverte de l’Eden Garden Square
  • Sufyaan Aubeeluck : De juriste à fabricant de bijoux
  • Hippisme 22e journée | Wall Tag persiste et signe !
  • Consommateurs, à vos «eco-bags» !
  • Oliver Thomas : «Les Mauriciens sont fatigués de retrouver les mêmes visages, les mêmes personnes sur l’échiquier politique»
  • MBC : la chaise musicale se poursuit

Linley Heeramun, adieu à un bon ami

Comme cela a été le cas pour Carine Jean, l’animateur a marqué la vie de plus d’un, de par sa voix notamment.

Une voix s’est éteinte ! Le vendredi 8 mars, c’est le choc. Le monde de l’audiovisuel, de la radio précisément, perd l’une de ses voix les plus reconnaissables, avec le décès de Linley Heeramun, 54 ans. Ses funérailles étaient prévues pour le samedi 9 mars en l’église du Sacré-Cœur, à Beau-Bassin, localité où il habitait.

 

Le quinquagénaire laisse derrière lui une carrière de plus de 30 ans et des émissions populaires à la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC), comme Kas dan ta, Jukebox et Sa nou lamizik, quand il ne se montrait pas sur le petit écran dans le cadre de multiples événements. Depuis l’annonce de son décès, une pluie d’hommages, de la part d’amis, de proches, d’artistes, d’auditeurs, a déferlé sur les réseaux sociaux ; on y parle d’un homme «gentil», d’«une source d’inspiration», de «l’une des voix mauriciennes les plus connues», d’un ami, confident…

 

Sa bonne amie, l’animatrice Carine Jean, a tellement de beaux souvenirs des moments passés avec lui : «Il était comme mon frère, toujours présent. Je me rappellerai toujours ces moments où nous nous racontions nos soucis, dans notre petit coin à la cantine. Parfois, on parlait de nos funérailles. Il voulait des ballons pour les siennes. Et on se chamaillait aussi, comme des frères et sœurs (rires)», confie l’animatrice radio. Elle ajoute que dernièrement, Linley Heeramun ne pouvait se passer de la chanson Éternel de Michaël Pouvin.

 

Sandra Mayotte, qu’on ne présente plus, a aussi beaucoup côtoyé l’animateur. Elle se souvient particulièrement de la matinale rigolote pendant des années sur Kool FM, avec également Sam Ammigam : «C’étaient des moments de franche rigolade, où on s’amusait autant que les auditeurs. Il était polyvalent Linley, il pouvait s’adapter à toutes les situations. Et puis, il avait cette voix reconnaissable entre mille, une voix toujours jeune. C’était aussi un ami formidable, l’ami des artistes, l’ami des Mauriciens tout court.»

 

Jeunes et moins jeunes l’ont ainsi côtoyé dans les studios de la MBC. Ursula Lareine, si elle n’est plus à la station nationale où elle a bossé pendant environ trois ans, se souvient de lui comme «d’un homme vrai, ayant du caractère», qui lui a aussi donné des conseils. «Il était très proche de ses auditeurs, il était un livre ouvert sur les ondes.»

 

Elle pense aussi à ce moment «inoubliable» fin 2016-début 2017, lorsqu’elle a co-animé l’émission Disque de l’année avec Linley Heeramun. Autant de souvenirs, d’une voix, d’une personne inoubliable.