• Kursley Favory, 43 ans, commet un autre viol après quatre ans - Ginette*, 80 ans : «Monn res fer lapriyer pou ki sa kosmar-la arete...»
  • Décès de Pankaj Udhas : cette voix d’or qui a marqué les Mauriciens
  • Manchester City vs Manchester United : règlement de comptes entre voisins
  • Quand Bruno Raya raconte Morgan Heritage et son chanteur décédé
  • Serge Moorjee : l’homme qui respirait le foot
  • Taekwondo : Sheldon Yan Too Sang aux Jeux d’Afrique
  • Huawei Matebook D16 : tout du bon côté
  • Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois : l’agroécologie, un levier pour une meilleure intégration sociale
  • François Lindemann et sa rencontre musicale où «Tou korek»
  • Ishfaaq Mudhawo : politique, social et... chevaux

Linion Moris : «Une équipe nationale pour une nouvelle île Maurice»

Les deux hommes se présentent comme les deux prochains PM en cas de victoire aux prochaines législatives.

Linion Moris, qui regroupe plusieurs partis extra-parlementaires, a officiellement présenté son équipe nationale menée de front par Nando Bodha et Rama Valayden qui se partageront le poste de Premier ministre en cas de victoire aux prochaines élections.

Leur vision est à la hauteur de leur ambition. En vue des prochaines élections générales, leur objectif est clair : prendre le pouvoir, nettoyer le pays et jeter les bases d’une nouvelle démocratie. Le jeudi 23 novembre dernier, la plateforme politique Linion Moris, qui regroupe des partis extraparlementaires à l’instar de Linion Pep Morisien, du Rassemblement Mauricien, du Ralliement Citoyen pour la Patrie et Les Verts Fraternels, a présenté ce qu’elle appelle son équipe nationale avec Nando Bodha pour les trois premières années suivies de Rama Valayden au poste de Premier ministre en cas de victoire aux prochaines élections générales. «Nous sommes un pays pluriculturel et nous devons partager ce dont nous détenons. D’où le fait que Rama Valayden et moi allons partager le poste de Premier ministre. Je dois donner l’exemple. Le partage de Prime ministership sera de trois ans pour moi et deux ans pour Rama Valayden», a lancé Nando Bodha qui souhaite jeter les nouvelles bases, amener les grands changements avant de laisser la place à son colistier. «L’objectif final, c’est que cette nouvelle génération continue. Je ne veux pas faire deux mandats moi. Je veux faire quelque chose pour le pays.»

 

Ce partage du pouvoir en cas de victoire est un moyen, a expliqué ce dernier, de donner l’exemple. «Maurice repose sur deux piliers : l’unité et le partage. Tant que Maurice restera unie comme une seule nation, nous allons pouvoir faire des choses extraordinaires. C’est la raison pour laquelle l’unité est essentielle. Je reproche au Premier ministre, Pravind Jugnauth, d’avoir remporté les dernières élections générales avec 37 % et de n’avoir rien fait pour revoir sa politique.»

 

Pour sa part, l’avocat Rama Valayden a insisté sur le fait que les décisions seront prises en toute collégialité. «Na pa pou ena misie konn tou ! Il y aura un système collégial dans le prochain gouvernement qui sera dirigé par Linion Moris. Chaque individu aura sa manière de voir et de faire les choses. Mais une fois au pouvoir, Linion Moris fera en sorte d’approfondir l’Equal Opportunities Act afin que toutes les communautés du pays jouissent des mêmes chances.» L’autre priorité de Linion Moris, a-t-il ajouté, sera de nettoyer le pays «de fond en comble» notamment en ce qu’il s’agit de la drogue : «Navin inn fel ! Anerood inn fel ! Pravind inn mari fel lorla ! Mais Linion Moris n’échouera pas sur ce dossier.» Leur discours sera-t-il suffisant pour convaincre la population ?

 

Labourer le terrain

 

Pour l’observateur politique, Abdallah Goolamallee, ils arriveront difficilement à faire pencher la balance et s’imposer comme une troisième force. «Ce serait précipité et pas réaliste. Je ne pense pas que ça soit possible, mais ils ont peut-être une chance si Linion Moris peut contacter une alliance avec les autres partis émergents. Ensemble, ils seront considérés comme un bloc. Dans la configuration politique que nous avons sur l’échiquier actuellement, nous avons deux principaux blocs soit le MSM et ses alliés d’une part et de l’autre côté l’alliance PTr-MMM-PMSD. Ça s’annonce comme une guerre entre ces deux blocs traditionnels, mais l’émergence des différents acteurs politiques peut faire une différence dans une échéance électorale non pas pour former le prochain gouvernement, mais comme une alternance de l’opposition traditionnelle.» De plus, le fait de présenter Nando Bodha comme Premier ministre inspire, selon Abdallah Goolamallee, de la réticence. «Il a été au sein du MSM  et de son établissement pendant longtemps. Nous savons dans quelle circonstance il a démissionné après avoir été esseulé et mis au placard ce qui ne joue pas en sa faveur.» De plus, poursuit l’observateur, Nando Bodha ne fait pas le poids contre Pravind Jugnauth qui reste jusqu’à présent, dit-il, sans véritable challenger. «ll faut dire aussi que même en étant dans l’opposition, il n’a pas su bâtir une crédibilité pour pouvoir démontrer qu’il est vraiment capable d’être le prochain PM.» Si Rama Valayden, pour sa part, jouit d’une certaine popularité, ses prises de position quelques fois controversées font tiquer. «Cependant, depuis quelques années, il a essayé de démontrer sa crédibilité et je pense que ça va se jouer en sa faveur tout comme les efforts qu’il a fournis au sein de l’opposition.»

 

En attendant de faire ses preuves, Linion Moris continue de labourer le terrain et de tout faire pour convaincre les Mauriciens. D’ailleurs, les responsables de circonscription ont aussi été présentés dont Jean-Claude Barbier au nº 1, Raouf Khodabaccus au nº 2, Ivor Tan Yan au nº 12, Nando Bodha et Mirella Chauvin au nº 16, Jose Moirt, Daniella Police-Michel et Neena Ramdenee au nº 17, Dev Sunnasy et Roshaan Kulpoo au nº 18 et Danielle Selvon au nº 19, entre autres. Par ailleurs, 27 comités ont déjà été mis en place pour s’attaquer aux problèmes de la société. Jose Moirt s’occupera notamment du dossier : Etat de droit, drogue, anti-corruption, mafia. Dev Sunnasy de celui de l’économie, des industries, des emplois et de l’export, le Dr Neena Ramdenee du dossier de la Santé et du bien-être. Ivor Tan Yan de celui de la technologie et de l’intelligence artificielle, et Parvèz Dookhy de celui de la diplomatie et des relations internationales.