• Kursley Favory, 43 ans, commet un autre viol après quatre ans - Ginette*, 80 ans : «Monn res fer lapriyer pou ki sa kosmar-la arete...»
  • Décès de Pankaj Udhas : cette voix d’or qui a marqué les Mauriciens
  • Manchester City vs Manchester United : règlement de comptes entre voisins
  • Quand Bruno Raya raconte Morgan Heritage et son chanteur décédé
  • Serge Moorjee : l’homme qui respirait le foot
  • Taekwondo : Sheldon Yan Too Sang aux Jeux d’Afrique
  • Huawei Matebook D16 : tout du bon côté
  • Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois : l’agroécologie, un levier pour une meilleure intégration sociale
  • François Lindemann et sa rencontre musicale où «Tou korek»
  • Ishfaaq Mudhawo : politique, social et... chevaux

Le gouvernement veut interdire la cigarette électronique - Cliford Melin, vapoteur : «Une atteinte au libre choix»

Zafer pa pe bon ! Du moins, pour ceux et celles qui vapotent (en d’autres mots, qui utilisent la cigarette électronique et les e-liquides). Les autorités ont décidé d’interdire l’importation de ces produits, même à usage personnel, au 31 mai 2023, à travers l’entrée en vigueur des Public Health (Restrictions on Tobacco Products) (Amendment) Regulations 2022. Cliford Melin, utilisateur de la e-cigarette, membre d’un groupe accueillant de nombreux/ses vapoteurs/ses, se fait le porte-parole des utilisateurs/rices et demande au gouvernement de revoir sa décision, arguments à l’appui. 

La vape, vous pratiquez ?

 

Oui, c’est ce qui m’a permis d’arrêter de fumer les cigarettes traditionnelles. Depuis, je me sens vraiment mieux. C’est une alternative moins nocive au tabagisme et elle peut être un outil efficace pour aider les fumeurs à arrêter.

 

Vous êtes conscient que cette pratique est polémique…

 

Elle a suscité de nombreux débats ces dernières années, certains appelant à l'interdiction de cette pratique en raison des risques pour la santé. Cependant, de nombreux experts estiment que la vape est une alternative moins nocive à la cigarette traditionnelle et peut même être un outil efficace pour aider les fumeurs à arrêter. Les études menées par Public Health England (PHE), une agence du département de la Santé en Angleterre, estiment que le vapotage est environ 95 % plus sûr que de fumer des cigarettes. Celles effectuées par le UK Royal College of Physicians estiment que les risques associés à l’utilisation de la cigarette électronique sont de moins de 5 %. Les études entreprises par le US National Academies of Sciences, Engineering and Medicine ont prouvé que passer de la cigarette à l’utilisation de la cigarette électronique est bénéfique pour le système organique.

 

Vous ne citez que les études «positives» pour la e-cigarette…

 

Le vapotage ne comporte pas zéro risque ; aucune pratique n’a cette chance ! Mais il est clair que face à la cigarette traditionnelle, l’e-cigarette est une meilleure alternative. Et pour de multiples raisons. Les cigarettes traditionnelles reposent sur la combustion du tabac pour créer de la fumée, ce qui produit des produits chimiques nocifs comme le goudron et le monoxyde de carbone, qui sont connus pour causer le cancer du poumon et d'autres problèmes de santé graves. En revanche, les cigarettes électroniques utilisent un élément de chauffage pour vaporiser un liquide contenant de la nicotine et de la glycérine végétale (VG) et du propylèneglycol (PG), des substances déjà utilisées dans de nombreux produits alimentaires. La e-cigarette aide les fumeurs à arrêter, elle est moins addictive, moins chère sur le long terme. Moins nocive pour la santé bucco-dentaire et l’environnement. Et aussi beaucoup plus discrète ; elle est moins intrusive pour les non-utilisateurs.

 

Le gouvernement a décidé de bannir l’importation de l’e-cigarette et des e-liquides, vous en pensez quoi ?

 

Après le 31 mai 2023, il sera illégal pour un particulier de commander en ligne une cigarette électronique ou des e-liquides pour son utilisation personnelle. Les membres de la communauté de vapoteurs de l’île Maurice sont d’avis que l’utilisation de la cigarette électronique devrait être règlementée mais complètement interdire l’importation d’une cigarette électronique et des e-liquides pour usage personnel porterait atteinte au libre choix. Dans un état démocratique, une personne devrait pouvoir choisir entre fumer et vapoter. Une interdiction des produits de vape entraînerait probablement la création d'un marché noir pour ces produits, ce qui pourrait être encore plus nocif. Ce marché noir entraînerait probablement une augmentation de la contrebande, qui serait non réglementée et ne serait soumise à aucune norme de sécurité ou de qualité, exposant les utilisateurs à un risque accru.

 

Vous avez un message pour les autorités…

 

Nous demandons au gouvernement de revoir la nouvelle loi et de ne pas complètement interdire l’importation de la cigarette électronique et des e-liquides pour usage personnel mais plutôt de les contrôler et d’au moins ramener le vapotage au même niveau que l’utilisation de la cigarette traditionnelle, avec les mêmes règlementations. Ce serait mieux pour nous et pour le gouvernement aussi.

 

Comment ça ?

 

Cette nouvelle loi va entraîner des pertes de revenus. N’oublions pas que la cigarette électronique n’est pas interdite dans plusieurs pays européens ou asiatiques. Beaucoup de touristes qui viennent en vacances dans notre pays sont des vapoteurs et apportent dans leurs bagages leurs cigarettes électroniques et cette loi aura un impact négatif sur notre image pour l’industrie touristique. Prenons exemple sur Dubaï ; l’industrie de la vape à Dubaï a connu une ascension fulgurante ces dernières années, créant des milliers d’emplois avec l’ouverture des «vape shops» et des «vaping lounges». Le nombre de touristes qui visitent cette cité a considérablement augmenté car ils considèrent Dubaï comme un «vaping hub», ce qui est aussi bénéfique pour l’économie locale car le gouvernement règlemente et taxe les produits de vapotage.