• Kursley Favory, 43 ans, commet un autre viol après quatre ans - Ginette*, 80 ans : «Monn res fer lapriyer pou ki sa kosmar-la arete...»
  • Décès de Pankaj Udhas : cette voix d’or qui a marqué les Mauriciens
  • Manchester City vs Manchester United : règlement de comptes entre voisins
  • Quand Bruno Raya raconte Morgan Heritage et son chanteur décédé
  • Serge Moorjee : l’homme qui respirait le foot
  • Taekwondo : Sheldon Yan Too Sang aux Jeux d’Afrique
  • Huawei Matebook D16 : tout du bon côté
  • Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois : l’agroécologie, un levier pour une meilleure intégration sociale
  • François Lindemann et sa rencontre musicale où «Tou korek»
  • Ishfaaq Mudhawo : politique, social et... chevaux

Inondations et explosion : l’archipel des Seychelles secoué par un double drame panse ses blessures

L’archipel des Seychelles était ce jeudi 7 décembre en état d’urgence après une explosion dans un entrepôt d’explosifs et des inondations, selon un communiqué de la présidence.

Tout un pays se remet de ses émotions. Car entre des inondations qui ont fait deux morts et une explosion qui a causé une soixantaine de blessés, l’archipel des Seychelles, secoué par ce double drame ce jeudi 7 décembre, panse ses blessures. 

«L'explosion vient d'un site d'une compagnie de construction. Il y avait des explosifs sur les lieux et les dégâts sont assez conséquents», nous confie RV, un Mauricien installé dans l’archipel qui évoque aussi les tristes inondations dans le nord de l’île. Les autorités ont très vite tenu à informer sur la situation. «À la suite d'une explosion dans l'entrepôt d'explosifs de la Civil Construction Company Ltd (CCCL) qui a causé des dégâts majeurs (...) et d'importantes destructions provoquées par de fortes pluies, le président a déclaré l’état d’urgence ce jeudi 7 décembre», devait préciser un communiqué émanant du président de l’archipel, Wavel Ramkalawan.

 

«Avec l'état d'urgence qui avait été décrété, tous les commerces et les bureaux étaient fermés. Tout le monde devait rester à la maison. La population était choquée par cette double catastrophe. L’explosion a causé beaucoup de dégâts dans la zone industrielle», nous confie un autre Mauricien de passage dans l’archipel. Si quelques heures plus tard, durant la journée de jeudi,  l’état d’urgence a été levé, le choc suivant ces tristes événements est toujours palpable.

 

La déflagration, qui s’est produite vers 03h00 (23h00 GMT), a été entendue – selon des sources à des médias – à plusieurs kilomètres de distance, et son souffle a brisé les vitres des maisons, des banques et des magasins voisins. Concernant les inondations, la chaîne de télévision publique SBC a souligné que de fortes pluies avaient provoqué de gros dégâts, mercredi soir, dans plusieurs zones de Mahé.

 

D’ailleurs, des photos sur le compte Facebook officiel du média montrent des dégâts considérables avec des maisons effondrées, des glissements de terrain et des fissures importantes sur les routes de l’île. Le chef de l’État devait confirmer lors d’une conférence de presse que deux personnes avaient été tuées dans un glissement de terrain. Suivant une décision avalisée par le Conseil des ministres de ce vendredi 8 décembre, le gouvernement mauricien accordera une aide financière d'un montant de 50 000 dollars américains au gouvernement de la République des Seychelles, en signe de solidarité. Dans sa conférence de presse ce samedi 9 décembre, Paul Bérenger, le leader du MMM, a exprimé, au nom de Navin Ramgoolam, du PTr et de Xavier-Luc Duval du PMSD, sa solidarité fraternelle au peuple seychellois. Car depuis le double drame, tout un pays se remet de ses émotions.