• Boxe thaï : première édition de «La Nuit des Nak Muay»
  • Badminton : les Internationaux de Maurice à Côte-d’Or
  • Trois univers artistiques à découvrir
  • Handicap et vie professionnelle : un pas de plus vers l’inclusion
  • Mayotte au rythme des crises
  • Une rare éclipse totale traverse l’Amérique du Nord : des Mauriciens au coeur d’un événement céleste spectaculaire 
  • World Thinking Day : les guides et la santé mentale
  • Mama Jaz - Sumrrà : prendre des risques musicaux avec le jazz
  • Karine Delaitre-Korimbocus : Kodel, une nouvelle adresse dans le paysage de Belle-Rose
  • Oodesh Gokool, le taximan attaqué au couteau : «Mo remersie piblik»

Hippisme – Saison 2023 : la vie après le MTC

La People's Turf PLC sera seule aux commandes dans l'organisation des courses hippiques cette année.

Il n’est pas mort, comme l’a déclaré son président Gavin Glover, mais le Mauritius Turf Club (MTC), par l’entremise de sa filiale la MTC Sports & Leisure Ltd (MTCSL) n’organisera pas les courses hippiques cette année, une première, après presque 211 années d’existence. 

En attendant un éventuel retour du club bicentenaire en 2024, la vie continue pour le turf mauricien, qui s’apprête à connaître plusieurs changements pour la saison 2023, qui démarre samedi prochain.

 

D’abord au niveau des Rules Of Racing, qui ont été remaniés par les commissaires de la Horse Racing Division (HRD). Parmi les changements apportés par le Chief Stipe, Deanthan Moodley et son équipe, notons les amendements aux Handicapping Guidelines en faveur des coursiers prolifiques, car ils ne se verront plus frapper par des pénalités conséquentes, un plafond étant désormais appliqué après chaque prestation. De plus, la HRD accorde une déduction de 5 points à chaque coursier en vue, dit-elle, d’optimiser la compétition. Une plus grande transparence sera également réclamée des entraîneurs dorénavant.

 

Fayd’herbe et Donohoe en club jockey

 

Ils devront ainsi rendre publics tous les traitements effectués sur leurs coursiers. La communauté des entraîneurs a grandi puisqu’elle a accueilli en son sein trois nouvelles têtes en Yannick Perdrau, Yashin Emamdee et Gareth van Zyl. Ce dernier, qui connaît une bonne dose de succès en Afrique du Sud, a décidé d’imiter son compatriote Dominic Zaki et venir se mesurer aux professionnels mauriciens.

 

La directive imposant un break à tout jockey ayant participé à trois saisons consécutives au Champ-de-Mars ne tient plus. Décrié par de nombreux observateurs, l’abolition de ce règlement permet, du coup, à Bernard Fayd’herbe de rempiler sur notre hippodrome. Après avoir défendu les couleurs des écuries Allet et Perdrau récemment, le top jockey sud-africain mettra cette saison ses talents à la disposition de tous les entraîneurs puisqu’il a été retenu comme club jockey par la People’s Turf PLC (PTP).

 

Au cas contraire, les entraîneurs pourront faire appel au Britannique Stephen Donohoe, qui endossera également la casaque de club jockey pour la PTP. «Stevie», faut-il le rappeler, avait connu un bon parcours avec l’écurie Gujadhur en 2021. Son retour au Champ-de-Mars ravira à coup sûr les turfistes. Mais l’autre bonne nouvelle à retenir concernant les cavaliers demeure aussi l’abolition de la limite d’âge de 25 ans pour l’obtention d’une licence d’apprenti-jockey. Quand on sait qu’ils sont nombreux à se donner corps et âme au training, cette initiative de la HRD ne peut qu’être saluée.

 

Après une saison marathon l’an dernier, la campagne 2023 se voudra moins imposante. Comme elle démarrera en mars, contrairement à juin pour sa devancière, la saison 2023 permettra à tout un chacun d’évoluer à son rythme, la compétition étant étalée sur 36 journées, un calendrier qui comprend également sept trêves. A noter que la saison prendra fin le 17 décembre avec un week-end de compétition.

 


 

Les chevaux de Mahadia et Zaki en verve

 

À une semaine du coup d’envoi de la saison, le samedi 18 mars prochain, la préparation des chevaux a été largement perturbée par le mauvais temps qui a sévi cette semaine. Suite aux grosses pluies qui ont arrosé la capitale lundi, la petite piste a été complètement inondée et les entraîneurs ont été incapables de travailler leurs chevaux mardi et mercredi.

 

Grâce à un gros travail de remplissage effectué par l’équipe d’entretien de la  piste de la PTP, le ‘sand track’ a été remis en état et l’entraînement a pu reprendre, normalement, jeudi.

 

Les entraîneurs Praveen Nagadoo et Nawaz Rawat  n’ont pas hésité à soumettre quelques-uns de leurs chevaux à l’image de One Day or Day One, Do or Dare (PN) ou encore Serious Business et Supreme Elevation (NR) à un travail rapide à cette occasion.

 

La séance du vendredi a été, toutefois, beaucoup plus animée avec plusieurs chevaux de l’écurie Samraj Mahadia qui ont affiché des belles dispositions, à l’instar de Juniper Lane, Lunafaction, Al Jazeera ou encore Freedom of Speech.

 

La veille, au JMLS Equestrian Centre à Petit Gamin, ce sont les chevaux de l’écurie Dominic Zaki qui se sont distingués. On retiendra la belle forme affichée par les Pop Icon, Dynamite Jack, Capkuta et Footy Goal, entre autres.

 

Tout laisse croire que c’est le revenant Derreck David qui sera le jockey titulaire de cet établissement. Le cavalier sud-africain, qui a exercé comme un des préposés de la PTP (People’s Turf PLC), sous les ordres du Starter, Ravi Rawa l’année dernière, a rechaussé les étriers depuis peu, et il monte régulièrement les chevaux de l’écurie Zaki depuis la semaine dernière.