• Heathy lunch box : cinq idées de repas à apporter à l’école et au boulot
  • L’enquête sur l’assassinat de Manand Fakhoo non-résolu deux ans plus tard : ses proches entre révolte et incompréhension
  • Boost Your English : la trouvaille linguistique du Dr Wedsha Appadoo-Ramsamy
  • Otite : aïe, pas touche aux oreilles !
  • Résultats du School Certificate : entre réjouissances et tristesse
  • Ilia’s Nails’, une belle adresse trendy dans le paysage de Curepipe
  • Linzy Bacbotte : L’apothéose mauricienne de ses 35 ans de carrière
  • Arianda Desmarais, 11 ans, se fracture le crâne en tombant d’un autobus - Ses parents : «Nous espérons qu’elle s’en sortira sans séquelles graves»
  • Stephan Steward Toussaint, 29 ans, tué pour «une affaire de moeurs» - Stephanie, sa compagne : «On le blâme injustement sans qu’il soit là pour se défendre»
  • Alertes météo : un vent nouveau souffle…

Global Rainbow Foundation : onze ans au service des personnes en situation de handicap

Une cérémonie a récemment  eu lieu pour célébrer cet anniversaire et remettre une nouvelle certification pour son centre de réhabilitation.

Acteur-clé dans le monde du social, plus particulièrement du handicap, la Global Rainbow Foundation a récemment célébré ses 11 ans d’existence. Son président et fondateur, le Dr Armoogum Parsuramen, revient sur les grands moments de cette ONG. 

Défendre les droits et la dignité des personnes en situation de handicap. C’est la mission qui se trouve au cœur de l’engagement de la Global Rainbow Foundation (GRF) depuis 11 ans maintenant. L’ONG a récemment célébré cet anniversaire lors d’une cérémonie qui a eu lieu à l’auditorium Paul Octave Wiéhé de l’Université de Maurice, à Réduit. À cette occasion, l’association a reçu un certificat ISO pour son centre de réhabilitation et de traitement.

 

En effet, depuis août 2022, la GRF est la première ONG mauricienne à avoir fait certifier son centre de réhabilitation et de traitement selon la norme ISO 9001 : 2015 relative aux systèmes de gestion de la qualité. Une nouvelle réalisation, synonyme de la qualité des soins et des services proposés, qui conforte le Dr Armoogum Parsuramen et son équipe dans la voie qu’ils ont choisi d’emprunter en 2011. Cette année-là, l’ONG prend forme avec deux employés et un bureau se trouvant dans la maison du fondateur. Deux ans plus tard, un bureau régional est installé à Camp-Yoloff comme centre de réhabilitation et de formation, avant de déménager en 2016 au Gandhi Sarvodaya Kendra, à Petit-Raffray. Depuis 2020, la GRF compte une cinquantaine d’employés.

 

Aujourd’hui, l’ONG dispose de neuf bureaux régionaux à Belle-Rose, Rose-Hill, Souillac, Mahébourg, Rivière-Noire, Baie-du-Tombeau, La Ferme à Rodrigues, New Delhi et Salem – Tamil Nadu en Inde. «Ce combat que je mène depuis 11 ans maintenant, à travers la GRF, est pour moi l’occasion de rendre à Dieu et à la société ce qu’ils m’ont donné. Le parcours a été exaltant et gratifiant malgré des débuts difficiles et force est de constater que d’année en année, la GRF est graduellement devenue une référence en matière de handicap. Par l’intermédiaire de la fondation, je me suis engagé sur la voie de la philanthropie afin de défendre les droits et la dignité des personnes en situation de handicap», confie le fondateur de la GRF.

 

Dignité

 

Pour lui, une société inclusive se doit de s’adapter à tous ses citoyens. «Elle se construit ensemble, petit à petit. Elle génère de l’entraide, du partage, de la cohésion, pour le plus grand bénéfice de tous. L’ouverture, la tolérance, l’acceptation des différences et des faiblesses personnelles, le respect de chacun, l’entraide et la solidarité sont des valeurs essentielles.» Ce sont ces valeurs qui animent l’équipe de l’association qui a connu une constante évolution au cours de ces dernières années. «Elle était et reste un défenseur actif de l'inclusion, des droits de l'homme, de la vie dans la dignité et de l’indépendance des personnes vulnérables.
La GRF a développé un partenariat solide avec des organisations locales et internationales dans le cadre de programmes de renforcement des capacités, dans les domaines de l’éducation, de la santé, de la réadaptation, de l’intégration sociale et économique. Avec l’ambition de toujours faire mieux, en toute humilité, nous nous sommes référés à des pionniers reconnus dans ce combat, comme l’Union européenne qui est ancrée dans des valeurs d’égalité, d’équité sociale, de liberté, de démocratie et de droits de l’homme.»

 

Aujourd’hui, la GRF fournit des services médicaux et de réadaptation, fabrique des prothèses, fait don d’appareils d’assistance, offre des cours sur l’entrepreneuriat, d’informatique, entre autres, aux personnes en situation de handicap. L’ONG organise aussi régulièrement des camps médicaux et des visites à domicile à travers le pays. Le centre de traitement et de réhabilitation de Petit-Raffray propose une gamme de services dont des consultations médicales, des sessions de physiothérapie, d’ergothérapie, d’orthophonie, de télémédecine ainsi qu’un soutien psychologique. L’objectif de l’équipe pluridisciplinaire est d’aider les patients à atteindre indépendance physique, fonctionnelle, cognitive et psychologique.

 

Au cours de ces dernières années, la GRF a également travaillé sur plusieurs projets comme le programme d’aide sociale Hope Initiative dont le but est d’offrir des équipements médicaux comme des fauteuils roulants, des déambulateurs, des cannes de marche et des lits médicaux, entre autres, à ceux dans le besoin. Il y a aussi le Jaipur Foot qui a permis à plus de 2 500 personnes de bénéficier de prothèses, alors que la Club Foot Clinic, avec la collaboration de l’ONG française Step by Step, a permis à la GRF de mettre sur pied une clinique du pied bot et un centre orthopédique pédiatrique pour les enfants de Maurice et de Rodrigues. La Foot Clinic, la salle multisensorielle et la GRF Web TV ont aussi pu voir le jour.

 

Forte de tout cela, la GRF entend bien poursuivre son engagement en continuant à mettre en place des projets visant à réduire la pauvreté, à promouvoir l’éducation, l’autonomisation et l’inclusion des personnes en situation de handicap. D’ailleurs, une piscine accessible sera bientôt construite afin d’offrir des services d’hydrothérapie aux personnes en situation de handicap. Un service qui sera bénéfique aux personnes ayant subi un accident vasculaire cérébral, une infirmité motrice cérébrale, des douleurs dorsales et une faiblesse des membres inférieurs, estime le Dr Armoogum Parsuramen.