Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Covid-19, la récidive
  • New Children’s Act : ce qui change pour les enfants
  • Obituaire : France Jonas raconté par Tony François
  • Agression mortelle à Bambous : Nicolas Manooveloo meurt après un violent coup de couteau à la cuisse
  • Yushi Ramah, 17 ans, meurt à l’hôpital ENT - Son oncle Anil : «Nou res bet kouma linn gagn sa infeksion poumon-la alor ki so kat test Covid ti negatif !»
  • Décès de Rajah Madhewoo, Samuel Wong et Ismet Abdoolah : l’adieu à des citoyens engagés
  • IBA Act : amendements et mécontentements
  • Honte aux assassins de la démocratie !
  • Covid-19 : une nouvelle semaine sous haute tension
  • Suspension des vols avec l’Afrique du Sud : Incompréhension et affolement chez les Mauriciens de là-bas

FoodWise : retour sur trois ans de lutte contre le gaspillage alimentaire

En trois ans, près de 750 000 kg de nourriture – l’équivalent de trois millions de repas – ont été sauvés et redistribués.

Des obstacles, il y en a eu. Mais les sept amis derrière la mise sur pied de FoodWise n’ont jamais baissé les bras. Et ils ont eu raison…

Cette année, l’entreprise sociale fête ses trois ans d’existence. Trois ans durant lesquels près de 750 000 kg de nourriture – l’équivalent de trois millions de repas – ont été sauvés et redistribués. Pourtant, bien des portes se sont fermées lorsque FoodWise est venue avec son idée visant à lutter contre le gaspillage alimentaire. «C’est impossible, ça ne va pas fonctionner», ont souvent entendu les sept initiateurs du projet lorsqu’ils se tournaient vers les producteurs, hôtels et supermarchés, entre autres, pour leur demander s’ils pouvaient récupérer et redistribuer leurs produits alimentaires qui étaient encore consommables mais qui ne pouvaient pas être vendus.

 

Mais c’était sans compter leur volonté de fer. Après des mois de travaux avec des conseillers légaux et en sécurité alimentaire, ils obtiennent ainsi leur premier «oui» en 2018. De là, FoodWise a convaincu plus de 272 entreprises à rejoindre le mouvement devenu national. Et depuis peu, l’entreprise sociale permet aux compagnies de racheter à bas prix leurs produits en déstockage, en fin de série, avec des soucis de packaging, etc. De leur côté, en plus de bénéficier de produits alimentaires gratuits ou à très bas prix, les associations reçoivent des formations en sécurité alimentaire, entre autres.

 

Mais FoodWise ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. «Aujourd’hui, nous avons des bases solides pour passer à l’étape supérieure. Nous avons l’ambition de devenir le one-stop shop pour les entreprises dans leur lutte contre le gaspillage alimentaire et pour les ONG afin de sourcer leurs aliments de manière économique et durable», annonce Rebecca Espitalier-Noël, cofondatrice et Managing Director de FoodWise. «Nous avons hâte d'être à l’année prochaine qui sera une grande source d’innovation et de changement pour nous, pour nos partenaires et notre pays, nous l’espérons.»