• Championnats d'Afrique : l'athlétisme mauricien en quête de rachat
  • Vidushi Haulooman et sa poésie dans «Afflatus» 
  • Modigadu Govinden, 59 ans, renversé mortellement par une voiture - Ses proches : «Lalwa bizin pli sever»
  • Luchmeeparsad Bhowaneedin, 43 ans, décède après avoir été percuté par le métro - Son entourage : «Il voulait changer de vie et se stabiliser financièrement»
  • Mystère autour du décès de Kevin Sreeneebus, 33 ans, après une sortie de route - Ses proches et amis pleurent «un homme jovial et plein d'ambition»
  • Acquitté dans l’affaire du double drame de Sept-Cascades en 2012 - L’inspecteur Sookur : «Mo pli gran regre se ki mo pann resi sap lavi Nanon ek Binda»
  • Nula Groove et l’après «Mama mo tresor»
  • La lecture partisane et l’indestructible culture politique !
  • Post-Budget : ces espoirs tombés à l’eau
  • Dévoilement d’une statue de sir Anerood Jugnauth : hommage à «enn gran dimounn»

Fête de la lumière : ces jeunes qui prônent le vrai sens de Divali

Les jeunes du Hindu Youth Council se rendront au Ganga Talao cet après-midi pour illuminer le lac sacré.

Aujourd’hui, les Mauriciens de foi hindoue accueilleront chez eux les petites lampes de Divali à l’occasion de la fête de la Lumière. Les jeunes de la Hindu Youth Council se rendront, eux, au lac sacré pour allumer 1 008 lampes.

Dans un monde où tout va vite et où on ne prend plus le temps de se questionner sur la signification des fêtes, les jeunes de la Hindu Youth Council ont voulu faire les choses de manière différente, dans la simplicité et le partage. Un moyen pour eux de retrouver la tradition de cette fête et de promouvoir les vraies valeurs de Divali.

 

En effet, ces jeunes prônent un retour à l’essentiel pour cette fête importante du calendrier hindou qui est célébrée en ce dimanche 12 novembre. Un retour aux sources loin des centres commerciaux, des achats frénétiques, des pubs, des clubs et autres soirées dansantes, loin aussi des démonstrations extravagantes d’illumination. À travers leurs activités, ces jeunes célèbrent et promeuvent le vrai sens de la fête de Divali, aussi appelé Diwali ou Deepavali. Ce festival de lumières, célébré principalement par la communauté hindoue, mais aussi par tous les Mauriciens, symbolise la victoire du bien sur le mal, de la lumière sur l’obscurité et de la connaissance sur l’ignorance.

 

Depuis quelques années maintenant, les jeunes dévots de la Hindu Youth Council se rendent au Ganga Talao pour allumer des lampes traditionnelles appelées les diyas, un geste symbolique pour rendre hommage à Ram, Sita et Lakshman qui ont été accueillis avec des milliers de lumières à leur retour à Ayodhya après 14 ans d’exil et avoir battu le démon Ravana. Ce festival est aussi dédié à la déesse Lakshmi qui, selon la légende, visite les maisons le jour de Divali pour offrir bénédiction, prospérité et richesse. «Nous allons nous rendre au lac sacré cet après-midi pour allumer 1 008 lampes, un chiffre auspicieux. C’est devenu une tradition à laquelle nous tenons énormément, car le lac sacré est un peu comme une deuxième maison pour nous. Il y aura, aussi, des prières comme le masik. Nous invitons ceux qui souhaitent participer à venir nous rejoindre», souligne Nitish Sawock.

 

Un moment de partage

 

Ce jour-là, les membres du Hindu Youth Council, poursuit Manish Leelah, iront aussi à la rencontre des familles qui ne pourront pas célébrer cette fête. «Nous allons aider les familles qui, pour une raison ou une autre, ne seront pas en mesure de célébrer Divali. Nous allons partager des lampes, de l’huile, mais aussi des foodpacks avec des denrées alimentaires et des ingrédients pour confectionner quelques gâteaux. Nous allons également partager du matériel scolaire pour les enfants.»

 

Faire preuve de gentillesse et tendre une main bienveillante à ceux qui en ont besoin, c’est un moyen pour les jeunes du Hindu Youth Council de redonner à la fête de Divali sa vraie signification, explique Yanish Mohall. «Nous pensons que célébrer Divali dans sa forme la plus pieuse est important. Ce n’est pas dans les fêtes artificielles et commerciales que nous trouverons sa profonde signification. C’est important de garder le vrai sens de cette fête, qui est basé sur la prière, l’amour et le partage.»

 

Après des semaines de préparations, entre achats d’habits neufs et nettoyage de la maison, ce matin, des milliers de dévots commenceront cette journée de fête avec une séance de prière avant de se lancer dans la confection des gâteaux incontournables de Divali. En effet, si de plus en plus de personnes préfèrent commander ces douceurs, elles sont encore nombreuses à perpétuer la tradition en les préparant elles-mêmes à la maison. Ensuite, juste avant que le soleil n’aille se coucher, elles iront illuminer leurs foyers avec des lampes et des guirlandes, accueillant ainsi la lumière au cœur de leurs maisons avant de partager les fameux gâteaux de Divali. Un moment hautement symbolique et important qui caractérise si bien cette célébration haute en couleur.

 

Amy Kamanah-Murday

 

Pravind Jugnauth : «Pour plus de progrès, de bien-être et d'harmonie»

 

Il appelle à la responsabilité de tout un chacun. Ce samedi, le Premier ministre a pris la parole lors des célébrations de Divali organisées par l'Arya Sabha and Pamplemousses Arya Sila Parishat. Pravind Jugnauth a dit souhaiter «plus de progrès, de bien-être pour tous» et a souligné «le besoin de travailler ensemble pour consolider l'harmonie, surtout qu'il y a eu récemment des événements qui ont mis en péril la paix du pays». Il a aussi parlé du mal : «Divali nous montre que le mal existe. Certains disent même qu'ils sont déjà Ram parce que c'est dans leur nom. Gramatin dan lakour gagn so, apre tanto pe fer barbel.» Il a, par ailleurs, fustigé les «démagogues qui voient leur avantage lors de catastrophes naturelles (...) Il y aussi des inondations en France, est-ce qu'ils viennent dire que le gouvernement n'a pas pu construire de drains ?» Le Premier ministre a également parlé de la nécessité de partager les valeurs avec les plus jeunes. 

 

Stephane Chinnapen