• Kursley Favory, 43 ans, commet un autre viol après quatre ans - Ginette*, 80 ans : «Monn res fer lapriyer pou ki sa kosmar-la arete...»
  • Décès de Pankaj Udhas : cette voix d’or qui a marqué les Mauriciens
  • Manchester City vs Manchester United : règlement de comptes entre voisins
  • Quand Bruno Raya raconte Morgan Heritage et son chanteur décédé
  • Serge Moorjee : l’homme qui respirait le foot
  • Taekwondo : Sheldon Yan Too Sang aux Jeux d’Afrique
  • Huawei Matebook D16 : tout du bon côté
  • Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois : l’agroécologie, un levier pour une meilleure intégration sociale
  • François Lindemann et sa rencontre musicale où «Tou korek»
  • Ishfaaq Mudhawo : politique, social et... chevaux

Deux doubles noyades en quelques heures : quatre familles dans le désarroi

Depuis le début de l’année, le pays a déjà connu huit noyades, dont deux doubles cas le 4 février, qui sera à jamais un dimanche cauchemardesque pour les familles Hustabir, Horil, Runghen et Bhoyrub. Retour sur ces terribles drames qui plongent les proches des victimes dans une profonde détresse.

Digam, 18 ans, et Rohan Disik, 17 ans, deux amis inséparables jusque dans la mort

 

«Les amis sont la famille que vous choisissez.» Cette fameuse citation de l’écrivain Jess C. Scott correspond parfaitement à l’amitié qu’il y avait entre Digambaresh Runghen, 18 ans, aussi connu comme Digam, et son ami Dhrisikesh Bhoyrub, 17 ans, plus connu, lui, sous le sobriquet de Rohan Disik. Digam était en Grade 13 au collègue du Saint-Joseph et était promis à un bel avenir, selon son père Ravin. Ce dernier voulait d’ailleurs qu’il devienne avocat. Sa mère Sabrina caressait, elle, le rêve que son fils aîné devienne ingénieur informatique.

 

Le jeune n’avait toutefois pas encore fait de choix de carrière. Sa priorité était de terminer ses études secondaires. Il étudiait l’économie et la comptabilité et le computer comme sujets principaux ainsi que le français et le general paper comme sujets subsidiaires. Rohan Disik suivait, lui, une formation préprofessionnelle. Son père Soon explique qu’il venait de terminer sa formation d’électricien et allait bientôt entamer celle de plombier. Le jeune homme faisait également des travaux de soudure avec lui. «Li ti enn bon zouvrye», affirme son père.

 

Digam et Rohan Disik se fréquentaient depuis plusieurs années. Ils jouaient, entre autres, au football ensemble. Ces deux habitants de Mare-Tabac fréquentaient également la même salle de gym. Toutefois, un terrible malheur a brusquement mis fin à leur jeune vie. Les deux amis se sont noyés au bassin Moonkharry, dans une rivière de leur village, le dimanche 4 février. Deux policiers se sont rendus là-bas ce jour-là à la demande de Soon Bhoyrub. Sur place, ils ont retrouvé deux paires de chaussures, un t-shirt gris et une sacoche contenant un téléphone portable sur un rocher au bord de cette rivière qui se trouve à 200 mètres de la route principale. Soon Bhoyrub a expliqué à la police que les objets retrouvés appartenaient à son fils et son ami Digam. 

 

Les deux policiers ont effectué une battue dans les environs, en vain. Ils ont alors sollicité l’intervention du Groupe d’intervention de la police mauricienne. Les plongeurs de cette unité ont repêché la dépouille de Rohan Disik vers 21h45. Celle de Digam a été retirée de l’eau 10 minutes plus tard. L’autopsie indique que les deux amis sont décédés d’une asphyxie due à la noyade. Leurs funérailles ont eu lieu le lendemain. Leurs familles respectives sont, depuis, plongées dans une détresse et une incompréhension indescriptibles. Celles-ci ne savaient même pas qu’ils s’étaient rendus à cet endroit connu pour être dangereux.

 

Le jour fatidique, ils ont quitté leurs domiciles en disant chacun à leurs proches qu’ils allaient faire «enn ti lamars dan landrwa». «Monn chek zimaz kamera kot mwa. Mo garson inn kit lakaz 14h38 pil. So gramatin li ti met leti ek lalo dan later pou nou gagne dan karo apre. Li abitie sorti ek so bann kamarad. Mo ti panse li pe sorti pou al galoupe sa zour-la. Linn sorti ek so sort, so t-shirt ek so soulye. Li pann dir nou kot li pe ale. Lot garson-la so tonton ek so gran-per inn vinn get mwa ver 5 er pou dimann mwa si mo kone kot li ek mo garson ete. Enn kouzin ousi ti sonn mwa pou rod mo garson. Mo ti panse zot pe zwe boul parla. Enn 4x4 la polis inn vinn lakaz apre», explique Ravin.

 

Il y avait un ami de son fils dans le véhicule. «Garson-la inn dir ki linn retrouv linz ek portab mo garson ek so kamarad lor bor larivier. Linn ousi dir ki li ti fer enn bout larout ek zot me ki li pann al larivier. Mo garson pa ti konn naze. Linn touzour ekout so mama ek mwa kan nou ti koz ek li. Li ti travay bien lekol. Zame pann gagn problem ek li. Bien rar gagn zanfan sa laz-la pa bwar ni fime. Li ti bon ker. Li ti kontan ed dimounn. Apre so lamor ki enn so kamarad inn avoy mo ti garson 13 an enn video ki Digam ti avoy li sa zour-la. Li ti filme la rivier depi lor ros», confie Ravin.

 

Soon ignorait également que son fils s’était rendu à la rivière cet après-midi-là. «Ti ena de travay la soudir pou fer sa zour-là. Sakenn inn fer enn. Linn fini seki pou li avan. Apre linn ed mwa pou ramas mo bann zouti. Mo ti fer enn salad pou dezene. Linn manze apre linn sorti. Li ti sipoze fini rant lakaz 17h30. Mo okip enn kalimaye depi 21 an. Mo mem prezidan komite. Mo garson ed mwa depi 5 an pou fer netwayaz ek ferme toulezour 6 er. Dimans-la monn koumans trakase kan mo pann trouv li rant lakaz 17h30.»

 

Ce jour-là, Rohan Disik a quitté la maison vers 13h50 en disant à sa mère Rekha qu’il allait «marse ek so bann kamarad». Il portait un short, un t-shirt, des chaussures de marche. Il avait également emporté une sacoche. «Mo madam inn call li sis fwa parla kan pann trouv li retourn lakaz 17h30. Monn sonn li sink fwa mwa ousi. Lerla monn sorti pou al ferm kalimaye dan so plas. Apre monn al kot enn so kamarad. Figir garson-la ti paret trakase. Linn dir mwa li pann al ek bann la. Monn telefonn mo garson trwa kout ankor me li pa pran mem», souligne Soon.

 

C’est par le biais d’un autre jeune homme qu’il a appris que son fils et son ami Digam s’étaient rendus à une rivière du coin. Ils étaient quatre à avoir initialement prévu de faire une marche dans les champs de cannes de la région. Ils devaient marcher de Mare-Tabac à Gros-Bois. Mais leur plan a changé en cours de route. Digam et Rohan Disik se seraient alors dirigés vers une rivière qui se trouve dans un endroit connu comme Zoli Bwa. Dès qu’il a appris cela, Soon a enfourché sa moto pour se rendre dans ce coin très connu de la région pour être dangereux.

 

«Enn ta dimounn inn deza noye laba. Si mo memwar bon, ti ena de dimounn avan zot. Enn bann viktim ti enn la polis. Ti ariv sa 16 an desela. Enn lot misie ti noye laba enn an apre pandan enn piknik ant kouzin. Ti gagn so lekor apre enn semenn. Bizin kit motosiklet ek marse enn bon bout pou ariv kot sa larivier-la. Ena plizier bassin ek enn ladig. Monn krye mo garson. Monn rant dan dilo ousi pou rod li. Se koumsa ki monn retrouv sort ble mo garson lor ros. Ti ousi ena de portab dan enn sakos a kote de per soulye», se souvient Soon.

 

Il s’est alors mis à crier en pensant que son fils se trouvait dans un bassin plus bas. «Ti ena bel kouran sa ler-la. Mo konn sa baz la bien. Monn deza lapes laba. Li danzere ek bien profon. Mo lespri ti pe dir mwa ki bann-la amba kot enn ti kaskad. Dilo-la ti gro ble. Ti fini koumans fer nwar. Monn louk dan dilo me pann trouv narnye. Lekor mo garson ti lamem amba ros mo pann trouv li. Lerla monn sorti monn call la polis. Monn call bann fami ek kamarad dan landrwa ousi.» Les plongeurs de la police se sont jetés à l’eau vers 21h30. «Zot inn tir lekor mo garson avan», lâche Soon d’une voix tremblante.

 

Une enquête policière est en cours pour déterminer les circonstances du drame. Soon et Ravin avancent que leurs fils respectifs ne savaient pas nager. «Nou pe panse ki enn dan zot de inn glise ek tomb dan dilo. So kamarad inn rod tir li. Zot inn noye ansam lerla», avance Ravin. Son épouse Sabrina confie, avec émotion, que Digam «ti enn bon garson». Rekha, la maman de Rohan Disik souligne, elle aussi, que son fils était toujours souriant jovial et obéissant. Les deux jeunes hommes sont ainsi partis tragiquement avec le lourd secret des circonstances de leur noyade, laissant derrière eux des proches effondrés.

 

Jean Marie Gangaram

 


 

Les familles d’Aswan Horil et de Yuvrajsing Hustabir entre immense tristesse et quête de réponses

 

Un tragique événement est venu secouer le quotidien des habitants du paisible village de Dagotière. Dans la soirée du lundi 5 février, les corps sans vie de Yuvrajsing Hustabir, 43 ans, et d’Aswan Horil, 40 ans, portés manquants depuis la veille, ont été repêchés dans une digue. Ils s’y étaient rendus peu avant la mi-journée, le dimanche 4 février, avec des amis et collègues qui habitent également le quartier. Bien que choqués, attristés et consternés par cette terrible nouvelle, les membres de leur entourage veulent savoir dans quelles circonstances une telle tragédie a pu se produire. À l’heure où nous mettions sous presse, la Criminal Investigation Division (CID) de Moka, chargée de cette enquête, avait déjà procédé à l’interrogatoire de leurs camarades, mais n’était pas plus avancée quant au déroulement de cette journée entre amis ayant pris une tournure dramatique.

 

Ils étaient huit amis et collègues, tous employés de la même société de construction, à s’être rendus à la digue de Dagotière aux alentours de 11 heures ce dimanche 4 février. Avant de quitter son domicile, Yuvrajsing Hustabir avait expliqué à son épouse Reena qu’il devait retrouver les autres pour «enn program ant kamarad». Bien qu’elle n’ait pas été en mesure de le joindre sur son cellulaire un peu plus tard durant la journée et dans la soirée, elle ne s’est pas inquiétée davantage. «Se kan mo somey inn kase ver 3 zer di matin, kan monn realize ki li pann rant lakaz, ki monn koumans gagn traka», relate-t-elle, émue. Aussitôt, elle a tenté d’entrer en contact avec ses camarades, mais nul n’a été en mesure de lui donner plus de renseignements. Elle a ainsi consigné une déposition au poste de police de St-Pierre à la mi-journée, le lundi 5 février, pour rapporter la disparition de son époux.

 

Dans l’après-midi du même jour, le beau-frère d’Aswan Horil s’est rendu au poste de police pour consigner une déposition similaire. Il a expliqué aux enquêteurs que la dernière fois qu’il avait aperçu celui-ci remontait à 11 heures la veille, avant qu’il quitte leur domicile. Sa soeur Rekha Bheersah raconte : «Avan li sorti, li ti dir mwa donn li enn koudme pou kraz zepis. Linn dir mwa ki li ti pe sorti avek so bann kamarad ek ki sakenn ti bizin amenn enn zafer. Avant qu’il parte, je lui avais demandé de faire attention. Il m’avait rassurée en me disant qu’il ne rentrerait pas tard car il voulait regarder un match de foot à la télé.» Il aurait même appelé son beau-frère dans l’après-midi pour lui dire qu’il rentrerait à la maison aux alentours de 18 heures. En début de soirée, explique Rekha, «l’un de leurs amis nous a appelés pour nous dire qu’il s’était éloigné du groupe avec un autre camarade, et qu’ils avaient dû rentrer en les laissant derrière. Nou ti panse li pou retourne inpe pli tar me zame linn vini».

 

Après s’être rendue au poste de police, Reena raconte être allée à l’endroit où son époux s’était rendu la veille pour faire des recherches. «Mo ti al rod li avek mo belmer, lerla monn trouv zot dan delo. Zot lekor ti fini sanz kouler», lâche-t-elle, en larmes. Les services des limiers du Groupe d’intervention de la police mauricienne (GIPM) ont été sollicités pour extirper les deux corps sans vie de l’eau et les transférer à la morgue. Le même soir, les enquêteurs ont interpellé leurs six camarades pour un interrogatoire, mais ils ont simplement répondu que les deux hommes s’étaient éloignés du groupe sans dire où ils se rendaient. Le lendemain, une autopsie a été pratiquée par le Dr Maxwell Monvoisin, chef du département médicolégal de la police. Celle-ci a conclu que les deux victimes avaient succombé à une asphyxie due à la noyade, écartant ainsi la thèse de foul-play. Leurs camarades ont alors été libérés sur parole mais devront rester à la disposition des enquêteurs.

 

Toujours submergée de questions, Reena, mariée à Yuvrajsing Hustabir depuis trois ans, se demande si ce drame aurait pu être évité : «Kitfwa si so bann kamarad ti fini fer nou kone depi avan, ti pou kapav fer kitsoz. Nou pa kompran kouma sa inn kapav arive.» Idem pour les proches d’Aswan Horil pour qui il est tout aussi difficile d’entamer un travail de deuil. «Nou touzour pa kone seki finn passe.» À ce stade, les limiers n’écartent pas la possibilité que l’un d’eux serait tombé à l’eau et que l’autre se serait aussi retrouvé en difficulté en tentant de lui venir en aide. L’enquête suit son cours.

 

Elodie Dalloo