• Championnats d'Afrique : l'athlétisme mauricien en quête de rachat
  • Vidushi Haulooman et sa poésie dans «Afflatus» 
  • Modigadu Govinden, 59 ans, renversé mortellement par une voiture - Ses proches : «Lalwa bizin pli sever»
  • Luchmeeparsad Bhowaneedin, 43 ans, décède après avoir été percuté par le métro - Son entourage : «Il voulait changer de vie et se stabiliser financièrement»
  • Mystère autour du décès de Kevin Sreeneebus, 33 ans, après une sortie de route - Ses proches et amis pleurent «un homme jovial et plein d'ambition»
  • Acquitté dans l’affaire du double drame de Sept-Cascades en 2012 - L’inspecteur Sookur : «Mo pli gran regre se ki mo pann resi sap lavi Nanon ek Binda»
  • Nula Groove et l’après «Mama mo tresor»
  • La lecture partisane et l’indestructible culture politique !
  • Post-Budget : ces espoirs tombés à l’eau
  • Dévoilement d’une statue de sir Anerood Jugnauth : hommage à «enn gran dimounn»

Des annonces, des familles, des individus : regards sur ces mesures populaires

Il a parlé de notes. A fait de la poésie pour faire fleurir les billets. Le ministre des Finances Renganaden Padayachy, lors de son discours budgétaire prononcé le vendredi 7 juin, a décidé de vous conter fleurette : «Chaque Mauricien est une note sur la partition de notre destinée» Mais, avouez-le, le son qui ne vous quitte plus est fait d’«allowance, allowance». Allocations pour les enfants, pour acheter du matériel informatique, pour vous accompagner pendant la grossesse, pour vous permettre de vous connecter à TikTok sans dépenser un sou (enfin si vous avez entre 18 et 25 ans)… Mais il n’y avait pas que ça, on vous rassure (même si certains.es rêvaient de baisse du prix de l’essence et des aliments et sont restés.es sur leur faim ). Pour faire le point et en parler avec des personnes directement concernées, ça se passe ici… 

Famille : des allocations pour souffler mais…

 

Aurélie Fleurie, maman de cinq enfants : «Ça permettra de respirer»

 

«Je trouve que ces allocations sont super car ça nous permettra de respirer un peu. Surtout pour des familles comme la nôtre ! Nous avons cinq enfants et ces derniers mois, j’ai vu une énorme différence dans le budget nourriture ; tout n’arrête pas d’augmenter et finir le mois est compliqué. On prend le strict minimum et malgré cela, c’est dur. Même si on use d’astuces (acheter en gros ou en promo), c’est compliqué. Cette aide pourra compenser un peu. Par exemple, pour moi, ça aidera à payer la crèche et le van scolaire même si ce n’est pas assez, on ne va pas se plaindre. Mais je reste persuadée qu’aujourd’hui, il est impératif de mettre en place des mesures afin de réduire le coût de la vie.»

 

• La CSG Child Allowance passe de Rs 2 000 à Rs 2 500 par mois pour les enfants de 0 à 3 ans. À partir de 3 ans, et c’est nouveau, chaque enfant obtiendra une school allowance de Rs 2 000 mensuellement jusqu’à ses 10 ans.

 

Naissances multiples : des avantages… à prendre !

 

Kelly Green-Dacosta, maman de triplés : «Ça aurait changé bien des choses»

 

«C’est une très bonne chose car si à l’époque nous avions eu ce genre d’aide, ça aurait changé bien des choses. J’aurais peut-être pu prendre plus de temps pour m’occuper des enfants au lieu de devoir vite chercher du travail dès que les enfants sont rentrés en maternelle. Je pense aussi qu’il faut accompagner les grandes familles comme nous. Aujourd’hui, nous avons un jeune homme qui vient de commencer ses études tertiaires et trois enfants au collège, tout est cher, et si nous voulons leur réussite, nous n’avons pas d’autres choix que de tout faire et de dépenser ce qu’il faut. Et ce n’est pas toujours évident.»

 

• Plus deux semaines de congé de maternité pour les mamans qui mettent au monde des jumeaux et des triplés (ou plus) – La multiple birth allowance est majorée et concerne les familles aux revenus jusqu’à Rs 500 000 (précédemment seuil plafonné à Rs 390 000)

 

Forfait internet gratuit : pensée insuffisante pour bann zeness

 

Jason Jean Pierre étudiant en Master de Droit des Affaires : «Retenir les jeunes talents»

 

«Certaines initiatives gouvernementales sont louables : Rs 250 millions pour la construction et la rénovation des infrastructures scolaires, le projet de la Banque de Maurice de lancer un programme de doctorat pour dix étudiants chaque année. La fourniture d’Internet mobile gratuit aux jeunes, également. Mais ces mesures ne suffisent pas pour résoudre les défis auxquels les jeunes Mauriciens sont confrontés. Le Budget aurait pu inclure des mesures plus spécifiques pour retenir les jeunes talents dans le pays et les outiller pour contribuer efficacement au développement national. Le gouvernement aurait pu s’inspirer de Singapour, où le ministère de l’Éducation a mis en place le programme Education and Career Guidance, ou encore de la France avec le programme Parcours Avenir. Ces programmes offrent une orientation de carrière claire et structurée, un aspect que le Budget aurait dû inclure. Surtout que l’émigration des jeunes, qui partent étudier ou travailler à l’étranger, pourrait poser un problème majeur à l’avenir. Concernant la révision des salaires, j’estime que le gouvernement devrait s’engager davantage. Les diplômés ne reçoivent pas les rémunérations qu’ils méritent, et avec le revenu minimum ajusté à Rs 20 000, il aurait dû y avoir une démarcation claire concernant les salaires. Ce manque de reconnaissance financière pousse de nombreux jeunes à chercher des opportunités à l’étranger, ce qui nuit à l’économie locale en drainant les talents.»

 

• Forfait mensuel de données gratuites pour les 18-25 ans – Programme doctoral avec la BoM – Prêt à 0% pour tout achat de matériel informatique pour cette catégorie d’âge.

 

Aider les victimes de violence domestique : du cash pour s’en sortir

 

Nelly Beg, fondatrice et responsable des structures de l’ONG AFED : «C’est un début»

 

«Nous travaillons au sein de l’Association pour l’accueil des femmes et des enfants en difficulté (AFED) avec des femmes qui vivent des situations difficiles. Et nous savons que l’argent est souvent le nerf de la guerre et peut empêcher certaines personnes de se sortir de situations douloureuses par faute de moyens. J’accueille, donc, favorablement cette mesure. Maintenant, il faut savoir comment elle va devenir une réalité : quelles seront les conditions, la durée de l’aide, entre autres questionnements. Bien sûr, ça ne suffit pas en termes de mesure pour faire face à la violence domestique mais cela peut être un coup de pouce intéressant qui s’insère dans un programme plus vaste. Ce n’est, donc, pas négligeable. C’est déjà quelque chose. C’est un début.»

 

• Survival Support Scheme : Rs 5 000 pour aider les victimes de violence domestique.

 

En attendant bébé, à l’arrivée de bébé ; des mesures pour accompagner  

 

Ashwin et Shweta Gobin, enceinte : «Des allowances intéressantes»

 

«Mon épouse est enceinte de 30 semaines, notre enfant va bientôt arriver. Pour moi, en tant que futur papa, je trouve que les quatre semaines de congé de paternité sont une bonne chose. Normalement, j’aurais bénéficié d’une seule semaine. Mais je sais que des amis ont déjà plus que ça dans certaines entreprises, donc ça ne changera pas grand-chose pour eux. Pour mon épouse, non plus, les deux semaines additionnelles ne modifient rien de notre planning ; sa compagnie propose déjà plus de congés de maternité. Les allowances prévues sont intéressantes, bien sûr. C’est une petite aide. Mais cette somme ne change pas grand-chose avec tout ce qu’il y a à acheter et à prévoir avant l’arrivée du bébé et, surtout, après sa venue au monde. À mon avis, ce qui ferait plaisir à tout le monde, ce qui bénéficiera au plus grand nombre, c’est que tout ce qui est nécessaire pour les bébés (lait, couches, médicaments, produits de soin, visites chez le pédiatre et bien d’autres) connaisse une réelle baisse de prix.»

 

• Shanon Goundan : ce membre de la société civile parle d’un congé de paternité plus long depuis un bon moment. Pour lui cette mesure, c’est déjà un pas dans la bonne direction : «Cette reconnaissance souligne l’importance de permettre aux pères de chérir des moments inestimables avec leur famille et d’offrir un soutien essentiel aux mères pendant cette phase charnière. Bien que nous reconnaissions le contexte politique et électoral, nous saluons cette initiative comme une étape progressive vers la promotion d’une société plus inclusive et socialement consciente.» Ceci dit, il a une position et il n’en démordra pas : «Les mamans devraient avoir sept mois de congé et les papas, trois mois.»

 

• Subvention aux femmes enceintes pour les six principaux examens médicaux – Aide financière aux mamans de Rs 2 000 par mois pendant neuf mois à partir de la 28e semaine de grossesse – Le congé de maternité passe de 14 à 16 semaines et le congé de paternité de 1 semaine à 4 semaines.

 

Plusieurs mesures pour les personnes en situation de handicap

 

Ashvin Gudday de l’Association pour la Protection des Droits des Handicapés : «Pour une vraie inclusion»

 

«Les mesures sociales touchant les personnes en situation de handicap suivent une forme de pattern depuis 2014. La hausse de la pension a été, peut-être, un élément catalyseur lors des deux dernières législatives, surtout en 2014. Mais la logique d’une hausse en deux tranches laisse planer des spéculations sur l’intention ciblée, voire électoraliste. D’autres mesures, comme celle concernant les refund des frais de taxi, vont être implémentées sans lourdeur administrative. Sur la hausse de 10 % du Grant in Aid des écoles S.E.N, j’espère que tout sera fait dans la transparence mais aussi, je souhaite un élargissement pour l’intégration des élèves en situation de handicap dans le milieu mainstream pour une vraie inclusion. La prime à l’emploi aussi reste une mesure qu’il faut suivre de près dans son implémentation parce que l’employabilité des personnes en situation de handicap reste un de mes chevaux de bataille car l’emploi permet l’émancipation, l’autonomisation ainsi que la consolidation de la dignité de ces personnes dans un monde complexe et compétitif.»

 

Mohammed Yaaseen Edoo, Disability Rights Advocate : «Je n’ai rien vu de transcendant au niveau des mesures. Je vois simplement qu’il y en a certaines qui ont été étendues : comment le paiement des frais de taxi. Ça existait pour l’université, maintenant ça concerne les écoles spécialisées. Je retiens néanmoins, la mesure concernant l’accessibilité aux piscines. C’est très important car la nage aide beaucoup pour la santé physique et mentale. Je souhaiterais qu’il en soit de même pour les stades et autres complexes sportifs qui ne sont pas accessibles.»

 

À retenir

 

Salaire. La CSG Income Allowance se poursuit et toutes les allocations connaissent une majoration. Rs 3 000 (salaire moins de Rs 20 000), Rs 2 500 (salaire moins de Rs 25 000), Rs 2 000 (salaire moins de Rs 30 000), Rs 1 500 (salaire moins de Rs 50 000) – Le revenu minimum garanti pour du travail en temps plein passe à Rs 20 000 à partir du 1er juillet – Une allocation «égalité des chances» pour les ménages touchant moins de Rs 20 000 par mois ; ils toucheront désormais une allocation de Rs 2 000.

 

Santé. La prise en charge totale du traitement des enfants atteints de cancer s’élargit au 18-25 ans – Pour les autres maladies graves, tous les frais sont, désormais, pris en charge pour les 0-25 ans – Une Pediatric Intensive Unit verra le jour au New ENT Hospital – Pour les personnes âgées de plus de 25 ans et devant subir une intervention/suivre des traitements à l’étranger, l’apport du gouvernement passe de Rs 1 million à Rs 1, 3 million. Le seuil d’éligibilité change : le plafond du revenu mensuel familial pour pouvoir en bénéficier passe de Rs 150 000 à Rs 200 000.

 

Éducation. Serviettes hygiéniques gratuites, à partir du 1er janvier 2025, pour toutes les filles de la Grade 6 à la Grade 13 – Tous les parents dont les enfants sont scolarisés dans des écoles privées payantes ont droit à une déduction fiscale de Rs 60 000 par an et par enfant – Ceux.celles qui refont leurs examens de la SC ou de la HSC n’auront pas à débourser les frais d’examens, ils seront pris en charge par le gouvernement.

 

Prix. Le pain maison est maintenu à Rs 2,60 grâce aux subsides – La bonbonne de gaz de 12 kilos passe de Rs 240 à Rs 190.

 

Service. Raccordement au réseau de la CWA devrait se faire dans les 30 jours et 50% du coût sera pris en charge l’entité alors qu’avant c’était le client qui devait honorer la totalité des frais – 46 Social Welfare Centres seront modernisés afin de mieux accueillir les personnes cherchant un refuge pendant des conditions météorologiques extrêmes – Une yoga campaign sera lancée dans l’île avec des classes toutes les semaines.

 

En bref. Le recrutement de 1 000 policiers est prévu – Les propriétaires de taxi peuvent désormais former une société pour le transfert des licences à leurs héritiers.

 

Pour les animaux. Deux cliniques vétérinaires mobiles seront achetés – Un refuge sera construit à Plaine-Magnien – Rs 200 seront versées aux propriétaires qui viennent faire stériliser leurs chiens – À partir de janvier 2025, les chiots vendus devront être enregistrés avant la vente.