• La vie de... fashionista d’Amanda
  • La PS5 rend impatient
  • Tennis de table - formation : ouverture d’une école à Port-Louis
  • Pétanque – Championnat national doublette mixte : Wong et Sookharry conservent leur titre
  • 15 ans du Collectif Arc-en-Ciel : Mon meilleur souvenir autour d’une Marche des Fiertés
  • Le «kombucha» : à adopter ou à éviter ?
  • Techno - Huawei Y8P : joli et pas cher
  • Huawei Matebook : salut les (petits) musclés !
  • Un million de repas redistribués : réduire l’insécurité alimentaire, le pari de FoodWise
  • Anil Digumber : la Case 75, une histoire de cœur

Coronavirus : le coup de pouce de la Commission de l’océan Indien

De g. à dr. : M. Moolye, secrétaire permanent du ministère des Affaires étrangères, M. Bughun, directeur général du ministère de la Santé, Mme Djamadar, chargée de mission responsable de la santé publique de la COI, M. Pouillès-Duplaix, directeur de l’Agence française de développement, et M. Phokeer, directeur auprès du secrétariat général de la COI.

L’union fait la force et encore plus en cette période de pandémie. La Commission de l’océan Indien (COI), en partenariat avec l’Agence française de développement, a remis un lot de matériel et d’équipements médicaux au ministère de la Santé, le lundi 10 août, dans le cadre du combat que le pays livre contre la Covid-19. Ceci, afin de renforcer les capacités nationales de réponse face au virus.

 

Pour les responsables de la COI, «le plan de riposte, soutenu par la France au travers de l’Agence française de développement (AFD), à travers son initiative “COVID-19 - Santé en Commun”, vise à renforcer les capacités de surveillance, de diagnostic et de prise en charge dans les États membres de la COI. Ces moyens arrivent à point nommé, au moment où le pays maintient une forte vigilance face au risque épidémique et travaille sur un calendrier de réouverture des frontières».

 

Le matériel se compose «de réactifs PCR permettant de réaliser 50 000 tests diagnostiques nécessaires au contact tracing et au dépistage au niveau communautaire. Il contient également des équipements de protection dont 15 200 masques de protection de haute performance (FFP2 et N95), 30 500 blouses, surblouses et combinaisons, des lunettes de protection pour les professionnels de santé en contact avec les malades ainsi que d’autres équipements requis pour la prise en charge des malades de la Covid-19».

 

Ces équipements aideront à renforcer les capacités diagnostiques de protection des personnels et du dispositif de prise en charge. «L’accent a été mis aussi sur l’amélioration des sites de quarantaine existants. Un appui en expertise a été mobilisé, grâce au partenariat entre la COI et le CHU de La Réunion, pour le renforcement du centre d’isolement de Souillac et pour le projet de construction d’une unité à pression négative. Enfin, la COI s’est vue dotée de moyens financiers complémentaires (facilité d’amorçage, de préparation et de suivi des projets sur financement AFD) pour accompagner Maurice, notamment les ministères de la Santé ainsi que de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire, dans la mise à niveau de son système de santé à l’aune du Règlement sanitaire international de l’Organisation mondiale de la santé et de l’Organisation internationale de la santé animale», explique la COI.

 

La COI a mis en œuvre, dès la mi-février, ce plan d’urgence de lutte contre la pandémie de la Covid-19 qui démontre, s’il en était encore besoin, l’importance de la coopération régionale en santé publique.