• Championnats d'Afrique : l'athlétisme mauricien en quête de rachat
  • Vidushi Haulooman et sa poésie dans «Afflatus» 
  • Modigadu Govinden, 59 ans, renversé mortellement par une voiture - Ses proches : «Lalwa bizin pli sever»
  • Luchmeeparsad Bhowaneedin, 43 ans, décède après avoir été percuté par le métro - Son entourage : «Il voulait changer de vie et se stabiliser financièrement»
  • Mystère autour du décès de Kevin Sreeneebus, 33 ans, après une sortie de route - Ses proches et amis pleurent «un homme jovial et plein d'ambition»
  • Acquitté dans l’affaire du double drame de Sept-Cascades en 2012 - L’inspecteur Sookur : «Mo pli gran regre se ki mo pann resi sap lavi Nanon ek Binda»
  • Nula Groove et l’après «Mama mo tresor»
  • La lecture partisane et l’indestructible culture politique !
  • Post-Budget : ces espoirs tombés à l’eau
  • Dévoilement d’une statue de sir Anerood Jugnauth : hommage à «enn gran dimounn»

Concours Red Bull Dance Your Style : Axel Aza, la passion de bouger son corps

Un jeune rempli d'énergie et de talent, comme il l'a prouvé le mois dernier.

À 19 ans, ce jeune a su convaincre le jury et le public du concours Red Bull Dance Your Style, dont la finale s’est tenue le 29 avril au Tribeca Mall. Du coup, en novembre, le lauréat s’envole pour l’Allemagne, où se tiendra la finale mondiale du concours. Entre-temps, il nous ouvre les portes de son monde qui bouge beaucoup. 

Un peu de timidité, mais, visiblement, beaucoup de talent. C’est ainsi que l’on peut qualifier Axel Aza, âgé de 19 ans et déjà champion d’un concours de danse urbaine. Et pas n’importe lequel, puisqu’on parle ici de Red Bull Dance Your Style, concours de danse qui s’est fait en deux phases récemment, dont la finale s’est tenue le 29 avril au Tribeca Mall. Red Bull Dance Your Style, qui a vu s'opposer 16 finalistes fin avril, se concentre sur des battles un contre un, avec des participants obligés d’improviser car ne sachant pas quelle musique le DJ va balancer !

 

Et qu’importe la danse en solo ou en groupe, c’est tout à fait le plat d’Axel Aza, un habitant de Rose-Hill. «C’est toujours une histoire de feeling quand je danse, j’aime cette émotion, cette énergie, ce sentiment d’expression et de liberté», nous avoue-t-il d'emblée quand on lui demande pourquoi il aime tant danser. Ce jeune technicien spécialiste des systèmes de climatisation a commencé la danse vers les 15-16 ans. «À l’époque, je m’intéressais aussi au kickboxing et je voulais faire à la fois la danse et ce sport. Par la suite, j’ai vu que chacun demandait qu’on s’y donne à fond ainsi qu'une discipline différente, j’ai donc opté pour la danse, et je ne regrette pas du tout ce choix (rires).»

 

Concrete Boys

 

La danse, c’est aussi une histoire d’amitié pour Axel Aza : il fait partie des Concrete Boys, un collectif de huit jeunes danseurs, et a aussi appris d’autres styles de danse avec l'Atelier Pierre Poivre dans le passé. Et avec ses amis, Axel a participé à plusieurs reprises aux fameuses Wake-up Sessions, trouvailles de Kenjee Kennedy, qui ont rendu les battles de danse urbaine accessibles au plus grand nombre, faisant éclore de jeunes talents. En 2021 et 2022, Axel et ses amis ont d'ailleurs fait bonne figure dans des battles de 2v2 et 3v3 respectivement.

 

En 2023, le jeune homme a remis ça lors du Red Bull Dance Your Style avec beaucoup de succès. «C'est surtout pour le fun que je me suis inscrit au concours. Je devais me mesurer à des amis en plus, donc l’ambiance était très amicale, on n’a pas vraiment senti que c’était une compétition du coup», avoue Axel.   

 

En tout cas, il nous parle d’un gros mélange d’émotions quand il pense à son sacre et à la suite des événements à venir. «J’avoue que c’était un mélange d’excitation et de stress pour la finale, car déjà, j’étais surpris et content de me retrouver parmi les finalistes, alors maintenant gagner le concours ! Maintenant, je suis un peu stressé vu que je vais me mesurer à d’autres pays, et je suis aussi un peu triste parce que mes amis ne seront pas avec moi pour la grande finale.»

 

Mais non, point de tristesse jeune homme, portez votre drapeau mauricien dansant très haut en novembre !