• Désir de maternité, problème de fertilité : comment faire face au mois de mai
  • Ebony Forest : protecteur de la nature
  • Un trentenaire agresse son épouse et leur fille de 4 ans au couteau - Ses beaux-parents : «Nou tifi inn pas boukou mizer depi linn marye»
  • Jasodah Boodhun, une centenaire bien dans sa peau
  • La flamme olympique en France : effervescence autour du feu sacré
  • Thyroïde : une petite glande, de grandes implications…
  • «Furiosa : une Saga Mad Max»  : encore de la fureur et de la ferraille
  • Enquête judiciaire au tribunal de Souillac - Rama Valayden : «Lapolis inn kwi vide ek lanket lor lamor Kanakiah»
  • Aurally Handicapped Persons Sports Federation : ne pas confondre athlètes sourds et para-athlètes
  • Journée internationale du thé : la Chartreuse, entre célébration et engagement pour une industrie équitable et durable

Au rythme de l'Eurovision

C'est devenu comme une tradition. Le concours Eurovision de la chanson est, depuis des années, l’un des événements télévisés non-sportifs les plus suivis au monde. Le temps du concours, des millions de téléspectateurs ont l’attention rivée sur leur écran de télévision, de téléphone ou d’ordinateur pour voir qui des participants sera le plus déjanté, le plus original ou aura la chanson la plus entraînante.

Très souvent qualifié de vieillot ou de programme dépassé, la compétition a su  fidéliser un jeune public ces dernières années. Le succès retentissant du groupe de rock italien Måneskin, propulsé dans le Top 10 mondial de Spotify avec plus de 26 millions d’auditeurs mensuels et auréolé de compliments par la presse italienne comme par le New York Times, le démontre bien.

 

Le samedi 13 mai, c'est la Suédoise Loreen qui a su tirer son épingle du jeu. La Suède remporte ainsi l’Eurovision – 26 pays étaient en compétition pour la finale de cette 67e édition – pour la septième fois et entre également dans l’Histoire. Avec son titre Tattoo, la jeune chanteuse déjà couronnée en 2012 est la deuxième artiste à remporter deux fois l'Eurovision après Johnny Logan pour l'Irlande dans les années 1980.

 

On se souvient que l'année dernière, la victoire de l'Ukraine avait été célébrée comme un événement planétaire. Le sacre de la Suède cette année est aussi salué comme il se doit car il permet au pays d'organiser l'Eurovision 2024, qui coïncidera avec le 50e anniversaire de la victoire du très célèbre groupe Abba lors du concours avec la chanson Waterloo. Kaviraj Appadu, Mauricien installé en Suède, n'a pas pu passer à côté de cette actualité qui fait les gros titres dans son pays d'adoption. «Bien évidemment, c'est une actualité qui fait grand bruit ici. La grande gagnante de cette année avait déjà remporté ce concours en 2012 et la Suède a aussi brillé à d'autres reprises à l'Eurovision. Mais le pays est surtout reconnu pour la victoire du groupe ABBA à ce même concours et depuis, le groupe n'a cessé de faire danser le monde», confie notre compatriote.

 

Pour lui, cette victoire est porteuse de bonnes vibes : «Ce samedi, de nombreux Suédois étaient scotchés à leur télévision. La Suède était favorite depuis les phases de présentation. Cette victoire est très positive pour le pays. La chanteuse Loreen vient d'une famille d'immigrants ; ses parents sont marocains. Ces derniers temps, il y a eu une montée de la droite contre les migrants. Cette victoire fait souffler un vent de positivité sur la perception des migrants dont certains pensent qu’ils sont uniquement des bénéficiaires d’aides sociales et ne contribuent pas à l'avancement du pays. La chanson et les mélodies parlent aussi au peuple ici et font écho à des valeurs qui sont chères aux Suédois, comme l'amour, le vivre-ensemble, entre autres. Les événements comme l'Eurovision et les matchs de foot ou de hockey permettent aux Suédois de démontrer leur solidarité et leur sens d'appartenance, surtout quand ça a une portée mondiale.»

 

Pour lui, la finale de l'année prochaine sera définitivement un événement. «L'année prochaine, le pays organisera la grande soirée de l'Eurovision. La grande bataille a déjà commencé. La question est : quelle ville abritera le grand show ? Du coup, ça crée aussi de l'effervescence. Le processus est lancé et les négociations sont en cours. C'est un vrai défi pour le pays», souligne Kaviraj Appadu.

 

Emma Lina Myte a, quant à elle, vécu la victoire de la Suède en communion avec d'autres Suédois. «La victoire à l'Eurovision a reçu beaucoup d'attention médiatique positive ici. Beaucoup de gens ont le sentiment que c'était “destiné à être” puisque cela fait 50 ans depuis la victoire d'ABBA. Le groupe reste un symbole culturel important pour nous. Nous sommes définitivement un pays de l'Eurovision. Cela fait partie de notre identité nationale. L'organisation du concours l'année prochaine sera épique ; une énorme fête nationale. Déjà, la compétition nationale dans laquelle nous sélectionnons la contribution suédoise est énorme. Il y a plusieurs petites compétitions et une grande finale. J'ai regardé cela en direct à Stockholm cette année avec ma mère. L'atmosphère dans l'arène était incroyable. Je ne peux qu'imaginer à quel point l'Eurovision sera magnifique et grandiose. Le reste de l'Europe s'attendra à quelque chose d'extraordinaire de la part du pays d'ABBA, et nous serons à la hauteur des attentes», conclut la jeune femme qui a vibré au rythme du titre Tattoo...