• Heathy lunch box : cinq idées de repas à apporter à l’école et au boulot
  • L’enquête sur l’assassinat de Manand Fakhoo non-résolu deux ans plus tard : ses proches entre révolte et incompréhension
  • Boost Your English : la trouvaille linguistique du Dr Wedsha Appadoo-Ramsamy
  • Otite : aïe, pas touche aux oreilles !
  • Résultats du School Certificate : entre réjouissances et tristesse
  • Ilia’s Nails’, une belle adresse trendy dans le paysage de Curepipe
  • Linzy Bacbotte : L’apothéose mauricienne de ses 35 ans de carrière
  • Arianda Desmarais, 11 ans, se fracture le crâne en tombant d’un autobus - Ses parents : «Nous espérons qu’elle s’en sortira sans séquelles graves»
  • Stephan Steward Toussaint, 29 ans, tué pour «une affaire de moeurs» - Stephanie, sa compagne : «On le blâme injustement sans qu’il soit là pour se défendre»
  • Alertes météo : un vent nouveau souffle…

Alors que l’autopsie de Steve Juliette a conclu à une mort naturelle : Monica, son épouse : «Tou dimounn inn trouve kouma la polis inn bat mo mari»

Capture d’écran d’une vidéo où on voit le trentenaire se faire bousculer par des policiers lors d’une descente musclée dans son quartier.

Un début d’année cauchemardesque pour les Juliette de Goodlands. Cette famille de Cité Sainte-Claire vient de perdre l’un des siens dans des circonstances troublantes. Steve Juliette est décédé le jeudi 5 janvier, alors qu’il venait de souffler ses 36 bougies le 1er janvier, laissant ses proches dans une profonde tristesse. L’homme avait été transporté d’urgence à l’hôpital ce jour-là après s’être plaint de douleurs survenues après une opération musclée de la brigade anti-drogue dans sa localité. L’autopsie a conclu à une mort naturelle. Mais sa famille continue de crier à la brutalité policière. Sur une vidéo qui fait le buzz sur les réseaux sociaux, on le voit se faire bousculer par des policiers mais aucune trace de blessure n'aurait été décelée sur son corps. 

La mort d’un parent est l’une des pires souffrances que peut vivre un enfant. C’est comme si le monde s’écroulait subitement. Et quand le décès est soudain et tragique, la douleur est encore plus insupportable. La petite Yoanna, âgée de seulement 7 ans, ne comprend pas bien tout se qui se passe mais suffisamment pour ressentir un immense chagrin, un immense vide… En ce début d’après-midi du vendredi 6 janvier, elle n’arrête pas de pleurer serrée contre la poitrine de sa grand-mère maternelle, elle aussi en larmes, au domicile de la famille Juliette à la rue Hortensia, Cité Sainte-Claire, Goodlands. Sa mère Monica, 31 ans, qui s’est montrée forte jusqu’ici, finit elle aussi par craquer devant le canapé mortuaire encore vide à cette heure-là. Un moment très poignant partagé par tous ceux présents pour soutenir la famille dans cette épreuve.

 

La veille, Steve Jacquelin Juliette est mort dans des circonstances troublantes. Le décès de cet homme de 36 ans a été constaté à l’hôpital SSRN dans la soirée du jeudi 5 janvier, vers 23h05. Ses proches l’y avaient transporté d’urgence un peu plus tôt lorsqu’il avait commencé de se plaindre de douleurs. Après avoir appris la nouvelle de son décès, son épouse Monica a consigné une déposition à la police pour réclamer une autopsie, arguant qu’il aurait été victime de brutalités policières lors d’une descente musclée de la brigade anti-drogue à Cité Sainte-Claire dans la matinée.

 

L’exercice a conclu à une «insuffisance coronarienne», soit une mort naturelle. Selon le rapport d’autopsie toujours, Steve Jacquelin Juliette n’avait aucune trace de blessure sur son corps alors qu’on le voit se faire bousculer par des policiers dans une vidéo qui fait le buzz sur les réseaux sociaux lors d’une opération crack down de l'ADSU à Cité Sainte-Claire, notamment dans la boutique de la famille Juliette. Une opération qui a mené à l’arrestation de Jean-Daniel Juliette, le frère aîné de Steve, et d’un autre suspect pour délit de drogue. «Tou dimounn inn trouve lor sa video-la kouma la polis inn bat mo mari. Mo bann zanfan mem pe res dir ki se la polis kinn touy zot papa», martèle Monica.

 

Selon la police, Brian Mimi, 25 ans, a été arrêté après avoir été trouvé en possession de 100 doses d’héroïne, de 12,59 grammes de psychotropes et d’une somme de Rs 4 250. Le frère de Steeve Jacquelin Juliette a, lui, été arrêté en possession de 55 doses de drogue de synthèse et d’une somme de Rs 1 775. C'est lors de sa comparution en cour le lendemain que Jean-Daniel Juliette a appris le décès de son frère. Il a retrouvé la liberté sous caution peu après.

 

Monica raconte avec émotion la séquence des événements du matin du 5 janvier : «Mo mari ti dan la boutik so papa kan bann misie ladsu inn fer landing. Linn abriti ek panike lerla mem bann polisie-la inn tomb lor li. Enn fami mem kinn fer sa video ki pe sirkile lor bann rezo sosio-la.» Sur ladite vidéo, on voit plusieurs policiers en civil et trois véhicules banalisés procédant à l’interpellation musclée d’un suspect avant de le relâcher très peu de temps après. Cependant, il aurait, au préalable, reçu plusieurs coups sur diverses parties de son corps. À un moment, on peut même voir un policier le retenant avec une main sur sa gorge. «Dan video-la ou trouve bien kouma bann la polis-la pe tap li pou fer li rant dan zot van. Ou trouv bien ousi kouma zot inn donn li kout pie dan so parti prive, pil lor li ek trangle li avan larg li», allègue Monica.

 

De retour à la maison juste après, Steve a, selon son épouse, pris une douche avant de s’allonger sur le canapé. «So figir pa ti bon ditou. Monn dimann li si li pou al lopital. Linn dir mwa non. Li ti pe gagn per. Zame li pann gagn zafer ek la polis. Zame li pann lev lavwa ek personn. Fode ou koz ek li pou li reponn ou. So aswar linn manze ek apre linn sorti ver 21-er kan enn neve ki ousi nou vwazin inn vinn krye li. Linn santi li pa bien laba mem. Linn koumans zet latet ek pipi an plas. Lerla mem bann fami inn rod loto pou amenn li lopital. Kan nounn rant laba nounn aprann ki linn fini mor», confie Monica avec tristesse. La jeune femme, qui travaille dans une usine, se retrouve désormais seule avec son fils Yoan, 13 ans, et sa petite Yoanna.

 

Auparavant, Steve travaillait comme maçon et depuis le premier confinement, il aidait aussi son père Sylvestre à servir les clients dans la boutique de celui-ci au cœur de Cité Sainte-Claire. Il avait repris le commerce il y a trois mois lorsque son père est décédé suite à des complications de santé. «Li pa fasil pou mwa perdi mo mari ek mo boper dan sa ti lespas letan-la. Nou fami dan enn mari sok. Mo tifi bien deprime. Li ti extra atase ek so papa. Mo misie ti enn bon papa. Li ti bien trankil. Enn inosan inn mor. Aster mo retrouv mwa tousel ek de zanfan. Seki ankor pe vann ladrog dan site dan bien. Bann trafikan ki ti bizin gagn bate», s’insurge Monica.

 

La jeune femme explique que c’est le deuxième membre de sa famille qu’elle perd tragiquement. «Cael Permes mo kouzin sa. So madam ankor touzour pe lager pou gagn la zistis. Eski ou krwar lavi pou fasil ek mo de zanfan ? Bann trafikan ki ti bizin trape ankor pe marse. Ladrog-la pe bate mem isi, akoz sa mo leker fermal parski enn inosan inn al mor pou nanye», souligne la jeune femme. Elle a retenu les services des avocats de l'équipe «Avengers» pour faire la lumière sur toute cette affaire bien que le porte-parole de la police ait déclaré qu’il n’y a pas eu brutalités ou d’usage excessif de la force par la police lors de cette opération à Cité Sainte-Claire. Une enquête policière est toutefois en cours pour faire toute la lumière sur cette affaire.

 


 

Jean Daniel Juliette, le frère du défunt : «Pa ti ena nanye ar nou kan ladsu inn fer landing»

 

Il est catégorique : il n’y avait pas de drogue sur lui et son frère lorsqu’une équipe de la brigade anti-drogue a procédé à une perquisition musclée dans le commerce familial. «Mo aksepte mo enn konsomater. Mo fim simik. Mo frer ousi ti enn konsomater me nou pa trafikan. Pa ti ena nanye ar nou kan ladsu inn fer landing. Dan stasyon bann gard-la inn dir ki mo bizin aksepte ki ti ena ladrog ek mwa lerla zot pou donn mwa kosion», affirme Jean Daniel Juliette, le frère aîné de Steve.

 

La police donne toutefois une autre version des faits. Selon une source, le suspect avait 55 doses de drogue de synthèse ainsi qu’une somme de Rs 1 775 sur lui. Il a retrouvé la liberté après avoir fourni une caution. C’est d’ailleurs lors de sa comparution en cour qu’il a appris le décès tragique de son frère. «Monn trouv mo frer kouma pe gagn bate ar sa bann polisie-la. Mo ti deza dan vann la polis sa ler-la. Mo frer ti pe dir zot ki pena nanye ar li ek ki kapav fouy li. Li ti pe krye, li ti pe dir li inosan me bann-la ti pe bat li mem», confie Jean Daniel.

 

Une enquête a déjà été ouverte concernant ces allégations de brutalités policières, selon le porte-parole de la police, l’inspecteur Shiva Coothen. Une source policière concède que certains policiers auraient peut-être fait  un usage abusif de la force lors de cette opération dans ce quartier réputé chaud mais il semblerait que la victime jouissait déjà d’une santé fragile avec des antécédents cardiaques.

 

Les proches de Steve Juliette disent, eux, ignorer qu’il avait des problèmes de santé. «Li ti mari ranferme. Fode ou koz ar li pou li gagn enn dialog ar ou», confie un proche à ce sujet.

 


 

Rama Valayden : «Nou pou dimann DPP met enn lanket divan enn mazistra»

 

Les avocats de l'équipe «Avengers» ne lâchent pas l’affaire. Après avoir accompagné Monica Juliette au poste de police de Piton pour consigner une déposition pour brutalités policières après la mort de son époux, les avocats Sanjeev Teeluckdharry, Anoup Goodary et Rama Valayden passeront à une nouvelle offensive dans le courant de cette semaine. «Li kler ki bann polisie inn bat sa misie-la depi so tabazi ziska zot van. Ena video ankor. Ena temwagnaz ankor ki nou pou servi dan enn rapor ek ousi pou prepar enn afidavid. Nou pou dimann DPP met enn lanket divan enn mazistra. Pou ousi ena pourswit sivil», précise Rama Valayden dans une vidéo live de son confrère Anoup Goodary lors des funérailles de Steve Jacquelin Juliette.

 

«Li kler ki finn ena violans. Li sagrinan enn dimounn inn perdi lavi. Mo lans enn lapel a bann la polis. Mo invit zot fer kitsoz selon la lwa. Sel fason lager kont britalite se konsyantizasyon. Mo panse sa kapav servi kitsoz», souligne Anoup Goodary. Dans une précédente vidéo, son confrère Sanjeev Teeluckdharry a, quant à lui, exprimé son désarroi concernant le refus des policiers affectés au poste de police de l’hôpital SSRN de consigner la déposition de Monica Juliette. Cette dernière a dû se rendre à celui de Piton tard dans la nuit pour pouvoir le faire. Mais là aussi, il semble y avoir un problème. L’affaire est traitée comme une «simple assault», regrette Me Goodary.