• Boxe thaï : première édition de «La Nuit des Nak Muay»
  • Badminton : les Internationaux de Maurice à Côte-d’Or
  • Trois univers artistiques à découvrir
  • Handicap et vie professionnelle : un pas de plus vers l’inclusion
  • Mayotte au rythme des crises
  • Une rare éclipse totale traverse l’Amérique du Nord : des Mauriciens au coeur d’un événement céleste spectaculaire 
  • World Thinking Day : les guides et la santé mentale
  • Mama Jaz - Sumrrà : prendre des risques musicaux avec le jazz
  • Karine Delaitre-Korimbocus : Kodel, une nouvelle adresse dans le paysage de Belle-Rose
  • Oodesh Gokool, le taximan attaqué au couteau : «Mo remersie piblik»

Accusations de Laurette, nouvelles saisies et arrestation : l’étau se resserre davantage sur le clan Franklin

Il n’est pas sorti de l’auberge. Les accusations et les saisies ont continué de plus belle dans l’affaire Franklin cette semaine. En effet, dès sa libération sous caution, le lundi 27 février, Bruneau Laurette a pointé du doigt un autre présumé complice de Franklin, de son vrai nom Jean Hubert Celerine. 

Le même Franklin qui, il y a quelque temps, accusait l’équipe de l’activiste d’être à l’origine de vidéos l'accusant d'être un trafiquant. C’est d’ailleurs là qu’a commencé la descente aux enfers du présumé trafiquant. Bref, lundi dernier, Bruneau Laurette a balancé le nom de son bras droit présumé, un dénommé Mike Gregory.

 

Cet habitant de Case-Noyale est déjà fiché à la police. Il fait partie d’une bande de cinq personnes qui avait été inculpées pour n’avoir pas informé les autorités mauriciennes de leur départ pour La Réunion en octobre 2021. Les cinq, qui s’étaient présentés, comme des pêcheurs s’étaient retrouvés en difficulté en mer et avaient été secourus du côté de l’île Soeur. Quatre d’entre eux sont fichés pour délits de drogue. Fait marquant : une embarcation appartenant à deux des suspects, soit deux frères, a été retrouvée abandonnée à Madagascar tout récemment. L’ICAC, de son côté, a mis la main sur un autre hors-bord appartenant à un énième prête-nom de Franklin sur un terrain en friche, à Riche-Terre, le 28 février.

 

Et cette semaine encore, l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) a frappé un autre coup dur au réseau de Franklin. Il y a eu une nouvelle arrestation et la saisie de plusieurs véhicules dans l’enquête pour blanchiment d’argent allégué émanant du trafic de stupéfiant. Les limiers de la commission anticorruption ont également perquisitionné un ranch qui se trouve sur un terrain de 350 arpents appartenant à l’État dans la région de Grand-Bassin, le 3 mars. Le lease holder est soupçonné d’être un prête-nom de Franklin.

 

Selon un premier constat, le ranch servirait de lieu pour des soirées festives du réseau Franklin. Sur place, les enquêteurs de la commission anticorruption ont également saisi un camion, un 4x4 et une autre berline de la marque BMW. L’ICAC avait effectué une autre perquisition la veille, aux Salines Pitot, à Rivière-Noire, avec la collaboration du Groupe d’intervention de la police mauricienne. Ce terrain de 50 arpents est géré par Franklin. Sur place, des barils vides et deux téléphones portables ont été déterrés. L’ICAC a également mis la main sur des cartes mémoires, une caméra de vidéosurveillance ainsi qu’un disque dur. Des hommes de Franklin faisaient le guet en permanence sur le terrain en question dans le passé. Les barils ont été envoyés au bureau du Forensic Scientific Laboratory à des fins d’analyses. L’ICAC veut savoir s’ils ont servi pour transporter des produits illicites. Les policiers ont dû utiliser un détecteur de métal pour les trouver.

 

Les limiers de de la commission anticorruption ont aussi mis la main sur un autre Ford Raptor. Le 4x4, partiellement démonté, se trouvait sur un terrain en friche à Floréal. Les enquêteurs soupçonnent Jean Désiré Décidé, plus connu comme Nono, d’en être le véritable propriétaire. Les papiers du tout-terrain sont au nom de sa mère. Sauf que cette dernière, qui touche un faible revenu mensuel, n’aurait pas les moyens de se payer un tel véhicule. L’ICAC a également eu vent que l’entourage de Franklin aurait tenté de vendre plusieurs berlines et des véhicules 4x4 à bas prix pour s’en débarrasser au plus vite. Par ailleurs, un taximan, arrêté pour blanchiment d’argent allégué cette semaine, est également soupçonné d’être un prête-nom de Franklin. Et l’ICAC compte continuer à maintenir la pression sur le réseau du caïd en procédant à la saisie de ses avoirs.

 

Le principal concerné a, à nouveau, comparu devant le tribunal de Bambous le 28 février. Il a été reconduit en détention policière jusqu’au mardi 7 mars. Il devra retourner en cour deux jours plus tard pour les débats sur sa motion de remise en liberté sous caution qui opposeront son avocat, Me Yatin Varma, au représentant du bureau du Directeur des poursuites publiques.