• Championnats d'Afrique : l'athlétisme mauricien en quête de rachat
  • Vidushi Haulooman et sa poésie dans «Afflatus» 
  • Modigadu Govinden, 59 ans, renversé mortellement par une voiture - Ses proches : «Lalwa bizin pli sever»
  • Luchmeeparsad Bhowaneedin, 43 ans, décède après avoir été percuté par le métro - Son entourage : «Il voulait changer de vie et se stabiliser financièrement»
  • Mystère autour du décès de Kevin Sreeneebus, 33 ans, après une sortie de route - Ses proches et amis pleurent «un homme jovial et plein d'ambition»
  • Acquitté dans l’affaire du double drame de Sept-Cascades en 2012 - L’inspecteur Sookur : «Mo pli gran regre se ki mo pann resi sap lavi Nanon ek Binda»
  • Nula Groove et l’après «Mama mo tresor»
  • La lecture partisane et l’indestructible culture politique !
  • Post-Budget : ces espoirs tombés à l’eau
  • Dévoilement d’une statue de sir Anerood Jugnauth : hommage à «enn gran dimounn»

Accidents fatals : le douloureux deuil de cinq nouvelles familles

La barre des 60 victimes a déjà été franchie cette année concernant les accidents de la route. La dernière personne à avoir perdu la vie est un jeune homme de 18 ans. Cet habitant d’Hermitage, à Phoenix, a succombé à ses blessures après quatre jours d’hospitalisation aux soins intensifs de l’hôpital de Candos. La voiture dans laquelle il se trouvait avec des amis avait fait une sortie de route aux alentours du Tribeca Shopping Mall dans la soirée du 2 juin. La semaine écoulée a également été marquée par le décès d’une jeune femme de 35 ans, victime d’un hit and run à Crève-Coeur, et celui de deux motocyclistes et d'un cycliste qui ont péri à quelques heures d’intervalles, plongeant leur famille respective dans une effroyable tristesse. Récit.

Pramevesh Sunyasee meurt cinq jours après une sortie de route en voiture à Réduit

 

Son père Ravi : «Mo madam ti dir mo garson pa sorti sa swar-la me li pann ekout li»

 

Son fils s’est battu pour survivre mais ses nombreuses blessures ont fini par avoir raison de sa jeunesse et de son courage. Prameveshrao Sunyasee (photo), aussi connu sous le nom de Pramevesh, a rendu l’âme le 7 juin. Ce jeune homme de 18 ans, habitant Hermitage, était admis à l’unité des soins intensifs de l’hôpital Jeetoo suivant un terrible accident de la route survenu cinq jours plus tôt. La voiture dans laquelle il se trouvait a fait une violente sortie sur l’autoroute, à Réduit, tout près de la station essence qui mène au Tribeca Shopping Mall. Le rapport d’autopsie indique qu'il est mort d'un «shock due to multiple injuries». Il était le cadet de sa famille.

 

«Mo madam ti dir mo garson pa sorti sa swar-la me li pann ekout li», regrette Ravi, le père du jeune homme. L’accident qui a coûté la vie à son fils s’est produit vers 00h10, dans la soirée du samedi 1er au dimanche 2 juin. «SAMU ti call mwa ver 00h56 pou anons mwa ki mo garson inn fer aksidan. Noun al get li lopital zis apre. Noun resi koz ek li pandan de zer tan. So landime gramatin ousi nou ti resi koz ek li me li ti pe gagn difikilte pou koze. Linn tonb dan koma apre sa. Li ti admet ICU. Mo garson ti ena fraktir dan so de lazam. Li pa ti ena okenn blesir apar sa. Linn mor dan lanwit zedi a vandredi. Bann dokter ti oper li so gramatin», explique Ravi.

 

Pramevesh Sunyasee était en Grade 12 dans un établissement secondaire privé de Curepipe où il étudiait, entre autres, le Travel & Tourism et la loi. Il aspirait à faire carrière dans le domaine des ressources humaines. Mais le destin en a décidé autrement. Les funérailles du jeune homme ont eu lieu samedi matin. Selon les premiers éléments de l’enquête policière, Pramevesh voyageait dans une Subaru conduite par un jeune homme de 21 ans, habitant Vacoas. Un autre ami âgé de 24 ans, habitant Hermitage, avait, lui, pris place sur le siège passager avant. Pramevesh se trouvait, quant à lui, sur le siège arrière. La voiture a violemment heurté un parapet en métal avant de s’écraser contre un pylône électrique. Grièvement blessés, les occupants ont tous été transportés à l’hôpital Jeetoo. L’alcotest du conducteur s’était révélé négatif. L’enquête policière se poursuit. «So de kamarad-la inn fini sorti lopital», confie Ravi.

 

Le soir fatidique, Prameveshrao a quitté son domicile vers 20 heures en compagnie d’un ami de sa localité. «Li ti ena plan ek kamarad. Zot ti sorti pou get final Ligue des Champions Tribeca. Lavey ousi li ti sorti pou al zwe match foot aswar. Mwa ousi mo ti koz ar li. Mo ti dir li kifer to pe sorti boner alor ki match koumanse 11 er. Li dir mwa ki zot pou zwe biyar avan get football», explique Ravi. Selon ses dires toujours, le trio a à nouveau pris la route à la mi-temps du match. Il ignore toutefois où les trois amis sont partis. C’est sur le chemin du retour au Tribeca Shopping Mall que l’impensable s’est produit.

 

«Mo garson ti rakont nou ki zot ti pe retourn Tribeca pou get deziem mitan kan zot inn tape. Linn dir nou ki sofer-la ti pe double enn lot masinn lor trwaziem lane. Linn derape apre kan linn rod rant dan sime ki rant Tribeca-la dan gos. Mo garson ti gard lespwar li pou korek. Li ti dimann dokter si li pou kapav rezwe football. Li pa fasil perdi enn zanfan sa laz-la. Mo ena enn konsey pou bann zenn : ekout zot paran kan bann-la koz ek zot», affirme Ravi, le cœur rempli de chagrin et de regrets.

 


 

Tina Mudhoo, victime d’un «hit and run» à Crève-Coeur

 

Son frère Abhishek : «Sa plas kot mo ser inn trouv lamor-la bien danzere»

 

Il est au four et au moulin en cette matinée du jeudi 6 juin. Des proches commencent d’ailleurs à faire le va-et-vient devant la demeure familiale qui se trouve à Chandra Bose Street, Arsenal, pour prendre les dernières nouvelles. Ce petit mouvement attire également la curiosité des voisins. «Kinn arive beta», lui demande une vieille dame. Abhishek, 36 ans, répond alors avec une immense tristesse dans la voix : «Mo didi, Tina inn mor. Linn fer aksidan yer tanto dan Crève-Coeur. Lanterman pou fer isi mem taler. Inn al fer lotopsi la. Nou pe atann so lekor.»

 

Tina Mudoo (photo) travaillait comme Helper dans un restaurant. Tout laisse croire qu’elle rentrait chez elle à Terre-Rouge lorsque le drame s’est produit. Selon les premiers éléments de l’enquête policière, cette jeune femme de 35 ans a été victime d’un accident mortel avec délit de fuite alors qu’elle marchait sur la route principale de Crève-Coeur. À leur arrivée sur place vers 19h20, les policiers ont retrouvé la trentenaire gisant sur l’asphalte allongée en plein milieu de la route avec plusieurs blessures. Quand le SAMU est arrivé sur les lieux à son tour, son personnel n’a pu que constater le décès de la victime.

 

La police a recueilli un sac à main contenant la carte d’identité nationale de la victime ainsi que d’autres effets personnels sous un arrêt d’autobus se trouvant à environ 10 mètres de l'endroit où la dépouille de la victime gisait sur l'asphalte. Selon la police toujours, le lieu de l’accident n’est pas bien éclairé et il n’y a pas de caméra de vidéosurveillance dans le voisinage. Le rapport d’autopsie indique que Tina Mudoo a succombé à ses multiples blessures. La police privilégie la thèse d’un acident avec délit de fuite.

 

Les proches de la victime ont eu vent du drame par le biais de leur voisinage. «Enn vwazin kinn anons nou sa move nouvel-la. Li ti pas par laba. Linn trouv enn lafoul. Kan linn zet enn koudey linn trouv mo ser mor lor sime. Mo pa krwar linn gagn problem ek kikenn. Sa plas kot mo ser inn trouv lamor-la bien danzere. Pena trotwar. Bann masinn-la roul mari vit laba», explique Abhishek. Il est l’aîné de la famille, Tina est la cadette et ils ont un jeune frère. La jeune femme était maman de trois enfants : une fille de 14 ans issue d’une première relation, qui vit avec ses grands-parents maternels à Arsenal, ainsi qu'un fils de 7 ans et une fille de 5 ans. «Li pa fasil perdi enn ser sa laz-la. Li ti ena boukou proze pou so fami. Li ti pe travay dir pou kapav fer lavenir so bann zanfan. Nou kont lor lapolis pou ki zistis fer dan sa case-la», lâche Abhishek avec amertume.

 

La police est allée vite en besogne dans cette affaire. Le chauffard présumé est déjà derrière les barreaux. Il s’agit d’un laboureur de 50 ans, habitant Crève-Coeur, plus connu comme Ajay. Une équipe de la Force Crime Intelligence Unit l'a arrêté quelques heures après les faits. «Mo mem ki finn tap ar sa madam-la pre kot laplenn football ar mo kamionet lor flan gos ek mo pa finn arete parski mo finn panike», a déclaré le suspect dans sa déposition.

 

La police a interpellé un autre suspect dans cette affaire. C’est un autre habitant de ce village âgé de 44 ans. Il nie les faits et a été autorisé à rentrer chez lui après son interrogatoire. Son alcootest ainsi que celui du quinquagénaire se sont révélés négatifs. La police a toutefois gardé son 2x4 ainsi que la camionnette du laboureur au poste de police de Montagne-Longue pour procéder à des analyses pour les besoins de l’enquête qui est toujours en cours.

 


 

Manoj Rajee, tué par un conducteur ivre à Trianon

 

Aditee, sa fille : «Lalwa bizin pli sever kont bann sofer ki bwar ek kondir»

 

Ce ne sont pas seulement les humains qui sont affligés quand une personne meurt. Les animaux de compagnie, si celle-ci en avait, sont aussi terriblement affectés. Ce ne sont pas les Rajee qui diront le contraire. Bouba, le griffon de la famille résidant à la rue John Kennedy, à Tranquebar, ne mange presque pas depuis le décès tragique de son maître. «Nou pe bizin fors li pou manze. Li ankor krwar ki mo papa pou retourn lakaz. Li pe atann son so motosiklet. Li ti res kot lipie mo papa mem kan nou ti amenn so lekor pou fer lanterman. Li bien afekte li ousi», confie tristement Aditee, 21 ans, la cadette de Geeandeo Rajee (photo), plus connu comme Manoj.

 

Ce maçon de 58 ans a trouvé la mort après un horrible accident de la route survenu en début de matinée le dimanche 2 juin. Ce jour-là, il avait quitté son domicile sur sa motocyclette vers 7 heures, pour se rendre chez son frère, à  Vacoas. «Li ti pe al fer enn travay laba», explique Aditee. Selon son acte de décès, il est mort vers 7h44. Le rapport d’autopsie indique qu'il a succombé à la suite d’une fracture «dislocation of cervical vertebrate with resection of spinal cord». Ses funérailles ont eu lieu
le lendemain.

 

Sa famille a, elle, appris l’horrible nouvelle à travers la police vers 8h41. «Aksidan-la inn arive lor lotorout divan lizinn diber. So motosiklet par derier inn kraz net. Pa kone ki vites loto-la ti pe roule pou linn trenn mo papa lor enn bon distans. Linn sarye li depi enn lane ziska enn lot lane. Papa ti ena enn sak pocket sima vid ek li. Li ti amen sa ar li. Inpe sima ti fane lor sime. Se koumsa ki nou finn kone kot sa li ti ete ek ziska kotsa  sofer-la inn trenn li», explique Aditee. Révoltée, elle poursuit : «Lalwa bizin pli sever kont bann sofer ki bwar ek kondir.»

 

Selon les premiers éléments de l’enquête policière, le conducteur qui a renversé Manoj Rajee est un étudiant africain de 23 ans résidant à Quatre-Bornes. Ce dernier a été positif à un alcootest. Il avait 58 milligrammes d’alcool dans le sang lors de son arrestation. Il a été placé en détention au poste de police de Rose-Hill.

 

Outre Aditee, la victime avait deux autres enfants : une fille de 32 ans et un fils de 15 ans qui est en Grade 10. «Li pa ti plore ditou pou lamor papa. Sa inn rann li bien malad apre», lâche la cadette de Manoj Rajee. Ce dernier travaillait comme maçon dans une compagnie de construction où il comptait plusieurs années de services. «Li ti enn extra bon papa. Zame nou pann mank nanie. Li pa ti bwar ni fime. Li pa  ti kone seki apel asize pou amize. Li ti kontan travay. Papa ti ankor ena boukou proze», précise Aditee.

 

Manoj voulait, notamment, terminer la rénovation de la cuisine cette année. «Mo papa ti enn extra hard worker. Li ti bien debrouyar. Li mem inn fer preske tou travay dan lakaz. Li mem inn fer plonbie ek ranz bann meb ousi. Li ti ena enn zourne travay kot so frer sa dimans-la. Li ti ena osi enn sakos dan so sak travay. Ti ena inpe kas ladan. Sa inn perdi. Lapolis inn zis retourn nou so portfey. Ladan ousi ti ena kas. Seki pli grav pou mo ser, mo frer ek mwa seki nou finn perdi nou papa zour fet papa», lâche Aditee, la voix nouée par l’émotion et la tristesse.

 


 

Oumesh Jeeneea fait une sortie de route mortelle à Fond-du-Sac

 

Son épouse Babita : «So premie aksidan lor motosiklet inn koz so lamor»

 

Vêtue d’un sari blanc, symbole de deuil, elle esquisse difficilement un sourire sans joie. Pour cause : elle porte sur ses frêles épaules l'immense douleur d’avoir perdu son époux. Ceux présents à ses côtés en ce mardi après-midi font également peine à voir. Ils ont tous le visage marqué par le chagrin. Les funérailles d’Arjoon Jeeneea (photo), 56 ans, plus connu comme Oumesh, l’époux de Babita ont eu lieu la veille. Ce cuisinier a perdu la vie tragiquement après avoir fait une sortie de route en début d’après-midi le dimanche 2 juin.

 

Le quinquagénaire rentrait chez lui après avoir terminé son service à Forbach lorsque l’impensable s’est produit. Selon la police, cet habitant de Triolet a fait une sortie de route mortelle sur la Branch Road de Fond-du-Sac après 15 heures. Selon les premières indications de la police toujours, la moto qu'il pilotait a heurté un arbre. Il a, par la suite, été projeté contre un poteau électrique. Grièvement blessé, il a été transporté d'urgence à l’hôpital SSRN à Pamplemousses.

 

Oumesh Jeeneea a toutefois poussé son dernier soupir vers 17 heures malgré les soins qui lui avaient été prodigués par le personnel médical. Le rapport d’autopsie indique qu’il a succombé à un «shock due to multiple injuries». «So premie aksidan lor motosiklet inn koz so lamor», confie Babita. C’est par le biais d’un voisin que cette habitante de Trou-aux-Biches Road et ses deux filles ont appris la terrible nouvelle.

 

«Toulezour li fer sa sime-la lor so motosiklet. Sa Branch Road-la bien frekante sa. Zame li pann gagn problem avan. Ti so wikenn travay dimans-la. Li ti sipoze rant lakaz 15h30 sa zour-la. Ziska ler nou pa kone kouma linn fer aksidan», précise Babita. Son époux, qui allait fêter ses 57 ans ce 18 juin, avait prévu d'acheter une voiture la semaine prochaine. Son choix s’était déjà porté sur une Toyota Yaris automatique de 2021. Mais le destin en a décidé autrement pour cet homme très apprécié par sa famille et son entourage.

 


 

Collision fatale pour Seeven Anthoneemootoo à Alma

 

Sa compagne Patricia : «Mo panse sofer-la pann trouv li kan li ti pe double akoz li pa ti ena zile»

 

Le gilet réfléchissant est un must quand on pilote une moto ou qu'on est sur une bicyclette après la tombée de la nuit. L'absence de cet accessoire ô combien indispensable est peut-être ce qui a causé la mort de Seeven Anthoneemootoo (photo), plus connu sous le sobriquet de Poutann. Ce maçon de 44 ans, habitant de Bonne-Veine, à Quartier-Militaire, est décédé suivant un violent accident de la route à Alma dans la soirée du dimanche 2 juin. Il était à vélo et allait rendre visite à sa compagne Patricia, qui se trouvait chez sa sœur à Côte-d’Or, lorsqu’il a été heurté par un 4x4 venant en direction opposée et conduit par un homme de 31 ans habitant Bonne-Mère. Il était alors aux alentours de 19h15.

 

Le rapport d’autopsie indique que Seeven Anthoneemootoo a succombé à ses multiples blessures. Ses funérailles ont eu lieu le mardi 4 juin. La police a effectué un alcootest sur le conducteur du 4x4 ce soir-là. Les résultats sont négatifs. Le jeune homme a toutefois été placé en détention au poste de police de St-Pierre. Il fait l’objet d’une accusation provisoire d’homicide involontaire. C’est à travers une nièce que Patricia, âgée de 55 ans, a appris que son compagnon avait fait un accident mortel. «Mo panse sofer-la pann trouv li kan li ti pe double akoz li pa ti ena zile», confie-t-elle.

 

Les premiers éléments de l’enquête policière indiquent que la partie de la route où a eu lieu l’accident était sèche et en bon état. La police souligne également que le coin en question n’est pas couvert par les caméras Safe City. L’enquête policière se poursuit.

 

Seeven Anthoneemootoo avait quatre frères et une sœur. Il était l’avant-dernier de sa famille. Sa compagne Patricia et lui n'avaient pas d'enfants.