• Kursley Favory, 43 ans, commet un autre viol après quatre ans - Ginette*, 80 ans : «Monn res fer lapriyer pou ki sa kosmar-la arete...»
  • Décès de Pankaj Udhas : cette voix d’or qui a marqué les Mauriciens
  • Manchester City vs Manchester United : règlement de comptes entre voisins
  • Quand Bruno Raya raconte Morgan Heritage et son chanteur décédé
  • Serge Moorjee : l’homme qui respirait le foot
  • Taekwondo : Sheldon Yan Too Sang aux Jeux d’Afrique
  • Huawei Matebook D16 : tout du bon côté
  • Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois : l’agroécologie, un levier pour une meilleure intégration sociale
  • François Lindemann et sa rencontre musicale où «Tou korek»
  • Ishfaaq Mudhawo : politique, social et... chevaux

1er et 2 novembre : en hommage aux Saints et aux défunts

De nombreux Mauriciens ne manqueront pas d’aller fleurir les tombes de leurs proches...

«L’habitude de fleurir les tombes est un signe d’espérance…» C'est ce qu'explique l'évêché de Port-Louis en parlant de l'importance de la fête de la Toussaint et celle des morts qui seront célébrés ce mercredi et ce jeudi respectivement.

Il est midi en ce mercredi 25 octobre. Le soleil tape fort au cimetière de St-Jean, à Quatre-Bornes. Brosse à la main, petite balayette, pinceaux et pot de peinture à côté, Jonathan et sa mère Irène lavent, grattent et frottent. Leur objectif : redonner de l’éclat à la tombe familiale. «C’est devenu presque une tradition. Chaque année, à la même époque, quand approchent la fête de la Toussaint et celle des morts, je me fais un devoir, avec ma mère, de venir nettoyer le lieu où repose mon père et sa mère, donc ma grand-mère. Pour moi, c’est un signe de respect car ces personnes sont importantes pour moi et honorer ce rituel est aussi apaisant pour moi. Quand nous reviendrons le 1er novembre, on fleurira ainsi une jolie tombe. On n’oublie jamais ceux qui partent, et prendre soin du lieu où ils reposent, c’est montrer à mon père et à ma grand-mère qu’ils comptent pour moi», nous confie Jonathan, un habitant de Rose-Hill, sous le regard approbateur de sa mère. «La fête de la Toussaint et celle des morts ont une importance particulière dans mon coeur. C’est un jour riche en nostalgie, émotions et souvenirs», ajoute Irène.

 

En effet, cette semaine, l’Église célèbre deux fêtes importantes. Le 1er novembre, les catholiques fêteront la Toussaint et le lendemain, 2 novembre, ce sera le jour de la prière pour les défunts. «Comme son nom l’indique, la Toussaint est la fête de tous les saints, connus et inconnus. Tout au long de l’année, l’Eglise catholique fête les saints qu’elle a officiellement canonisés et qu’elle propose comme modèles et témoins exemplaires de la foi. Le 1er novembre, elle souhaite également honorer les saints "anonymes", beaucoup plus nombreux, qui ont souvent vécu dans la discrétion au service de Dieu et de leurs contemporains. Par extension, cette fête est aussi celle de tous, car chacun est appelé par Dieu à la sainteté», explique l’évêché dans un communiqué.

 

La messe de la Toussaint, célébrée par le père Sylvio Lodoiska, sera diffusée en direct de la paroisse Saint-Sauveur, Bambous, ce mercredi 1er novembre, à 9h30, sur la MBC 2. Est aussi prévue une émission spéciale Toussaint sur la MBC 2 à 20h30 : «Couma bann sin, ceki to finn gagne gratis, donn li gratis.» Celle-ci donne la parole aux jeunes qui ont participé aux JMJ de Lisbonne entre autres. Par ailleurs, dans le cadre des JMJ 2023, la Pastorale des Jeunes et des Vocations propose un carnet de voyage sur cet événement qui a rassemblé 1,5 million de jeunes autour du pape François, ce dimanche 29 octobre, à 18h30 sur MBC SAT & à 20 heures sur MBC 2.

 

Pour revenir à la fête de la Toussaint, les horaires des messes dans toutes les paroisses de l’île sont disponibles sur le site internet du diocèse de Port-Louis : www.dioceseportlouis.org.

 

Après les Saints, un grand nombre de Mauriciens rendront aussi hommage à leurs défunts le 2 novembre. «Par ce jour consacré aux défunts, l’Église signifie aussi que la mort est une réalité qu’il est nécessaire et possible d’assumer puisqu’elle est un passage vers Dieu à la suite du Christ ressuscité. Ces deux journées ont une coloration particulière : elles réunissent les familles, toutes générations confondues, dans le souvenir de ceux qui nous ont précédés dans la vie et dans la mort. L’habitude de fleurir les tombes est un signe d’espérance. Certaines paroisses organisent un temps d’accueil et de prière dans les cimetières ou invitent ceux qui ont perdu un des leurs à se retrouver à l’église pour une célébration», affirme l’évéché en parlant de ces deux jours très importants dans la vie de nombreux de Mauriciens, qui ne manqueront pas d’aller fleurir les tombes de leurs proches disparus...