• Boxe : la préparation se poursuit en Inde
  • La vie de fashionista de Mishma
  • Rachel Magon : De vive voix
  • Strabisme chez l’enfant : un trouble des yeux fréquent mais pas anodin
  • JIOI 2019 - Badminton | Stage en Chine : la présélection reste à quai
  • Rage 2 : apocalyptique et frénétique !
  • Joyeux «Joyeuses Pâques»
  • Krishna Sadasing, 19 ans, meurt dans une voiture conduite par son frère
  • Veer Lochun, 15 ans, meurt noyé | Son père : «J’étais sûr que je n’allais pas le retrouver vivant»
  • Agro-écologie | Claude et Lydia Bourguignon : pour l’amour du sol

184e anniversaire de l’abolition de l’esclavage : Un 1er février avec les couleurs du Mozambique

Rendez-vous est donné dans le village du Morne. Le 1er février prochain, notre île célébrera le 184e anniversaire de l’abolition de l’esclavage. Sur une initiative du ministère des Arts et de la culture, en collaboration avec le Morne Heritage Trust Fund, le National Heritage Fund, le Nelson Mandela Centre for African Culture et la Creole Speaking Union, la cérémonie se fera en présence du Premier ministre Pravind Jugnauth et de Filipe Jacinto Nyusi, président de la République du Mozambique et invité d’honneur de cette journée de commémoration qui débutera à 10 heures.

 

De son côté, le cardinal Maurice Piat présidera une messe commémorative, ce jour-là à 8h30, en l’église Le-Seigneur-de-la-Pêche-Miraculeuse à La Gaulette, autour du thème «Rekonesans, Zistis, Devlopman». C’est le père Gérard Mongelard qui prononcera l’homélie.

 

Avant cette messe, à 8 heures, il y aura une marche silencieuse qui débutera à côté du Supermarché de La Gaulette pour rallier l’église. «Cette marche silencieuse est un devoir de mémoire envers nos ancêtres. Elle veut démontrer que la mise en œuvre du projet Musée des Esclaves, comme recommandé par la Commission Justice et Vérité depuis 2011, a l’immense potentiel de promouvoir la reconnaissance, la justice et le développement pour les créoles dans le contexte de la Décennie des Peuples d’ascendance africaine décrétée par les Nations unies de 2015 à 2024. C’est pour cette raison que nous demandons à tous ceux qui viennent pour la marche et la messe de se mettre en tenue africaine moderne ou traditionnelle», explique le Dr Jimmy Harmon, membre du Comité 1er février.