• J SummerSoul : de la country à la musique mauricienne
  • AFED : Un rempart pour sortir de l’impasse
  • Tir à l’arc : 25 aspirants entraîneurs en formation
  • Bless Junior Huteau, 4 ans, compte sur votre générosité
  • Président de la New Chinatown Foundation : Jean-Paul Lam en cinq moments
  • L’arrestation d’une quarantaine de Bangladais provoque l’indignation !
  • Intervention chirurgicale sur les jumelles siamoises : La longue attente de toute une famille
  • Mike Mounawah : être parmi les meilleurs en Angleterre
  • The Club House : la nouvelle adresse qui vous veut du bien !
  • Drame de Mapou | Quatre amis unis dans la mort : la douleur de leurs proches

Le mariage de la nature et du sport : les aventures de Patrick Haberland

Le double médaillé d’or des JIOI s’est reconverti dans l’éco-tourisme mais n’oublie pas  son vélo.

S’il n’est pas à vélo, il est dans un kayak ou fait des randonnées à pied. C’est comme ça que l’ex-champion du cyclisme mauricien mène sa vie au quotidien à travers sa société d’éco-tourisme.

Le bonheur est dans la nature. Il est possible de vous évader pour aller explorer et apprécier la faune et la flore de notre écosystème. Que vous adorez voguer dans le lagon pour admirer les mangroves à bord d’un kayak, ou parcourir des sentiers rocailleux avec un vélo tout-terrain (VTT) ou faire des randonnées dans la nature, tout cela vous est accessible. Cela sous la supervision des guides expérimentés grâce à la compagnie Yemaya Adventures, dont le directeur n’est autre que Patrick Haberland. Ce dernier a connu une glorieuse carrière comme cycliste de haut niveau (voir plus loin) avant de se reconvertir en entrepreneur dans l’éco-tourisme.

 

Âgé de 43 ans (il a célébré son anniversaire le 30 décembre) l’ex-double champion de Maurice et double médaillé d’or aux Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) a tracé sa voie dans un domaine qui lui procure que du bonheur. C’est à Calodyne, où il vit, qu’il a installé le quartier général de Yemaya Adventures. Créée en 2000, cette société organise des sorties à l’intention des étrangers et des Mauriciens en kayak, en VTT, ou des randonnées pédestres et des activités d’équipe (voir plus loin).

 

«Chaque sortie est effectuée avec un total respect envers la nature et nous nous faisons une priorité de souligner l’importance de sa préservation. (Nous fournisons même de la crème solaire reef safe a nos clients lors des sorties en kayak.) Nos circuits vous emmènent non seulement autour de certains des endroits les plus beaux de l’île, mais vous apprendrez aussi davantage sur la faune et la flore. Il y a un grand intérêt pour ce type de sortie, et cela permet aux clients de découvrir des facettes méconnues de notre île», explique notre interlocuteur.

 

De sportif de haut niveau à entrepreneur

 

L’idée de se lancer dans cette aventure lui est venue lorsqu’il était au sommet de sa carrière de cycliste. «Je me suis intéressé au kayak lorsque mon entraîneur m’avait proposé de pratiquer l’aviron pour travailler d’autres muscles. A la suite d’un séjour en Afrique du Sud, j’ai ramené un kayak à Maurice pour m’entraîner et faire des sorties en mer. Cela m’a plu et lorsque j’ai arrêté les compétitions en 1998, je me suis lancé dans cette voie avec la création de ma compagnie. Cela a démarré tout doucement pour devenir ce qu’elle est aujourd’hui».

 

Une reconversion de sportif de haut niveau en entrepreneur n'est pas trop évidente, nous confie notre interlocuteur, qui, par la suite, a suivi plusieurs cours spécialisés comme instructeur, notamment auprès de la British Canoë Union. «Ce n’était pas évident pour moi de me mettre dans la peau d’un homme d’affaires, d’assurer le marketing ou être comptable. Comme j’ai démarré lentement, cela m’a permis de trouver mes marques. J’ai aussi suivi plusieurs cours afin d’être reconnu comme guide spécialisé en kayak de mer. C’est ainsi que j’accompagne mes clients lors des sorties plus techniques, tant en mer que sur terre pour les randonnées ou en VTT. Je suis épaulé par d’autres guides tels que Hemraz, Xavier, Jean Daniel et Matthieu», souligne l’ex-champion du monde de cyclisme des petites nations de 1996.

 

En plus des activités mentionnées, l’entreprise peut mettre en place des sorties sur mesure. «Nous avons organisé le tour de Maurice en kayak, et cela dépend de la clientèle car  ceux désireux accomplir ce parcours doivent être des pratiquants expérimentés. La sécurité est un aspect primordial et nous ne négligeons aucun détail. C’est aussi le cas pour les parcours de VTT, ou des fois, on a des gens aguerris qui recherchent un trajet plus technique. Nous avons aussi organisé la Grande traversée de Maurice en VTT en deux jours avec une soixantaine de participants, et cela démontre qu’il y a un intérêt pour ce genre d’activité», précise Patrick Haberland.

 

Yemaya Adventures compte poursuivre sa contribution dans la promotion de l’éco-tourisme, et planche sur plusieurs projets. Outre la formation des instructeurs en kayak, elle va mettre l’accent sur la pratique de cette discipline chez les plus jeunes. L’aventure, à Caloydne, de la société de Patrick Haberland n’est pas près de s’arrêter.

 

Appel aux autorités

 

Une nécessité pour la sécurité des cyclistes. Qu’on soit des compétiteurs ou de simples usagers du vélo on est tous exposés à des risques d’accidents sur nos routes. Une des solutions demeure la mise en place des zones cyclables à travers le pays, comme c’est le cas à l’étranger et plus près de nous à l’île de La Réunion. Cela fait des lustres qu’on demande l’aménagement d’un vélodrome. Tellement longtemps que même Patrick Haberland a eu le temps de prendre sa retraite de compétiteur. Ajouter à cela, Patrick Haberland lance un pressant appel pour l’aménagement des parcours sécurisés et balisés pour le VTT. «Il existe plusieurs endroits où on peut aménager de tel parcours, il suffit juste de baliser les zones, installer des panneaux et entretenir le parcours. Tout cela ne reviendra pas à un énorme coût. C’est comme des parcours de santé, ou Monsieur tout-le-monde peut venir en famille pratiquer le VTT de manière ludique», dit-il.

 


 

Les spécialités offertes

 

Les sorties en VTT

 

 

Il existe de nombreux sentiers de VTT à Maurice. Vous devez juste savoir où ils sont ! Si vous êtes débutant, vous pourrez vous lancer sur des sentiers plats avec l’accent porté sur des aspects culturels, et si vous êtes plus expérimenté, alors rendez-vous sur des sentiers plus difficiles qui sont à votre disposition. Yemaya Adventures proposent des vélos en location pour cette activité.

 

Kayak de mer

 

 

Maurice est un lieu idyllique pour le kayak de mer. Ses magnifiques lagons, vastes et protégés, offrent un terrain idéal pour de grandes expéditions en kayak. Des labyrinthes de mangroves aux embouchures de rivières, des falaises avec des caves ainsi que d'immenses lagons cristallins et des îlots isolés. Et pour les plus expérimentés des pagayeurs, des traversées en pleine mer sont disponibles.

 

Les randonnées terrestres

 

 

Maurice a de grandes possibilités de randonnées en montagne et en forêts faisant parties des derniers sanctuaires d’espèces endémiques de l’île. Vous pourrez observer la vie des oiseaux et des insectes et en apprendre davantage sur le travail de conservation qui y est fait. Vous avez le choix entre Bras-d’Eau, la montagne du Pouce, l’île d'Ambre, ou encore les côtes du Sud.

 

Pour plus de renseignements vous pourrez consulter le site yemayaadventures.com ou en laissant un message sur la page facebook de Yemaya Adventures.

 


 

Son parcours : quand la petite reine retrouvait le sourire

 

 

Il fut un temps où Maurice peinait à s'imposer dans cette discipline. Surtout avec une concurrence venant de La Réunion, qui se permettait de remporter le Tour de Maurice. Après Éric Pitchen en 1987, il a fallu attendre 1996 pour voir un Mauricien  remporter cette compétition phare de notre calendrier. Patrick Haberland, l’étoile montante de cette discipline, à l’époque, devait mettre fin à cette disette, pour ensuite remettre ça,  un an plus tard, en 1998. Par la suite, c’est Yannick Lincoln qui devait reprendre le flambeau à partir de 2005 pour remporter consécutivement, six Tours de Maurice. Pour la petite histoire, sachez que les deux champions de cyclistes sont nés… un 30 décembre.

 

Remporter cette Grande boucle mauricienne demeure un moment inoubliable dans sa carrière. «J’ai remporté pas mal de courses, comme un championnat du monde, mais remporter le Tour de Maurice sous les clameurs des Mauriciens est quelque chose de vraiment exceptionnel», se remémore-t-il.

 

C’est à l’âge de 13 ans que Patrick Haberland s’est mis au cyclisme, avant de prendre sa retraite après les Jeux du Commonwealth, où il s'est classé 13e au contre-la-montre en 1998 et les JIOI où il avait gagné deux médailles d’or (contre-la-montre et par équipe). Il n’avait que 24 ans. Pense-t-il avoir arrêté trop jeune ? «Beaucoup de personnes m’ont posé cette question. J’ai une famille avec des enfants et une entreprise à gérer. Cela m’occupe beaucoup et ne je ne regrette pas d’avoir raccroché si jeune», répond ce père de deux filles (Kailee, 3 ans et Keearah, 16 mois) et marié à Yuvraandita.

 

 

Il dit suivre l’évolution du cyclisme mauricien de loin et apprécie l’émergence des jeunes talents. «Ça fait plaisir de voir Christopher Lagane gagner à deux reprises le Tour de La Réunion, ou Olivier Lecourt remporter le Tour de Maurice. Je vois qu’il y a pas mal de jeunes qui sont bien encadrés par la sélection. C’est bien pour le cyclisme mauricien, mais ce ne sera pas mal si on met en place des infrastructures de base pour la pratique  du vélo chez nous. La compétition c’est bien et ça fait rêver, mais que fait-on  pour Monsieur tout-le-monde qui veut faire du vélo, en toute sécurité avec sa famille ?» lance-t-il.

 

Patrick Haberland confie que la pratique du cyclisme lui a permis de s’épanouir. «Au départ ça m’a permis d’avoir une activité de loisir, puis de rencontrer des gens, de vivre en groupe lors des déplacements à l’étranger, de me discipliner et voyager pour découvrir d’autres cultures. Tous cela m’aide aujourd’hui dans mon travail, surtout quand je rencontre des clients étrangers car j’ai déjà une connaissance de leur pays d’origine».

 

L’ex-cycliste mauricien a gagné le Basco Béarnais, une course par étapes Élite, en France, en 1997, qu’il considère comme étant parmi les plus grandes réussites de sa carrière. Détenteur d’un Brevet d’état, Patrick Haberland s’est mis aussi au VTT avant de quitter le peloton pour lancer Yemaya Adventures.