Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Vente illégale de vieille ferraille, pollution, routes impraticables… : Les habitants de Rughooputh Lane, Quatre-Bornes, montent au créneau
  • Festival du Livre de Trou-d’Eau-Douce : trois bonnes raisons d’y aller
  • Champions de cross-country - Rencontre avec Sébastien et Christopher Bonnapen : deux frères, une seule passion
  • Yogesh Siraz, côté jardin
  • Santé oculaire : ENL sensibilise les pêcheurs
  • Sahib Meerhossen condamné à perpétuité après l’assassinat de Lara Rijs - Son épouse Nazmeen : «Santans-la tro lour»
  • Ces Mauriciens «so in love» de La Casa de Papel
  • Athlétisme - Charge provisoire de détournement de fonds : Vivian Gungaram accusé et soutenu
  • Met Gala : attention les yeux !
  • À Montréal : quand la vie se conjugue avec la Covid-19

Frédéric Feuillet, père du judoka Rémi Feuillet : «Je suis heureux et fier comme tout père le serait»

Il y a une dizaine de jours, Rémi Feuillet se qualifiait pour les Jeux olympiques de Tokyo. Sur les conseils de son père Frédéric, ancien Directeur technique national de judo (DTN) de 1991 à 1994, le jeune homme décida de porter les couleurs mauriciennes. Un choix payant et qui fait la fierté de son père, qui, aujourd’hui encore, garde toujours Maurice dans son cœur. Ce dernier partage ses émotions dans le mini-entretien qui suit.   

Votre fils est qualifié pour les JO de Tokyo. Qu'est-ce que cette qualification représente pour vous ?

 

La qualification pour les JO est un objectif difficile à atteindre, d'autant plus que Rémi ne bénéficie pas des moyens optimaux matériels, humains et financiers pour bien préparer l’objectif visé. Rémi fait de nombreux sacrifices depuis plusieurs années dans l’espoir de vivre des moments intenses comme les J.O. Alors je suis heureux pour lui et fier comme tout père le serait.

 

Vous avez été un guide dans son choix de représenter Maurice. Peut-on dire que ce choix a été payant ?

 

Au départ, j’ai effectué les démarches avec l’aide de Michael Glover, Priscilla Chery et Joseph Mounawah pour que Rémi puisse combattre avec l’équipe mauricienne de judo avec un peu l’idée de la transmission d’un patrimoine. J’avais vécu des moments forts avec les judokas mauriciens, j’avais travaillé avec les pionniers du judo mauricien et je les avais aidés à construire leurs premiers résultats sportifs probants. Je voulais que Rémi découvre cela. Je voulais que Rémi vive l’ambiance colorée de Maurice et j’avais pensé aux Jeux des îles et aux championnats d’Afrique. Aujourd’hui Rémi se sent tellement à l’aise sous les couleurs mauriciennes qu’il dépasse mes espoirs du départ. Alors oui Maurice était le bon choix.

 

Maintenant qu'espérez-vous de lui à Tokyo ?

 

A Tokyo, je souhaite qu’il vive pleinement ce moment unique que représentent les JO au Japon, terre du judo. Je sais qu’il donnera le meilleur de lui-même face à des adversaires de très grands talents.