Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Covid-19, la récidive
  • New Children’s Act : ce qui change pour les enfants
  • Obituaire : France Jonas raconté par Tony François
  • Agression mortelle à Bambous : Nicolas Manooveloo meurt après un violent coup de couteau à la cuisse
  • Yushi Ramah, 17 ans, meurt à l’hôpital ENT - Son oncle Anil : «Nou res bet kouma linn gagn sa infeksion poumon-la alor ki so kat test Covid ti negatif !»
  • Décès de Rajah Madhewoo, Samuel Wong et Ismet Abdoolah : l’adieu à des citoyens engagés
  • IBA Act : amendements et mécontentements
  • Honte aux assassins de la démocratie !
  • Covid-19 : une nouvelle semaine sous haute tension
  • Suspension des vols avec l’Afrique du Sud : Incompréhension et affolement chez les Mauriciens de là-bas

Kris et Swan : notre maison sur la mer

La vie sur le grand bleu n’a pas de secret pour les deux mousaillons.

Coupdecoeur2.jpg

Les enfants entourent leur père qui a dédié sa vie à la navigation.

Ils ont comme terrain de jeu l’océan et pour meilleurs amis le soleil et le vent. Alors que les enfants de leur âge sont branchés iPod ou jeux vidéo, eux préfèrent la navigation et ont soif d’aventure…

Elle fait penser à une sirène et lui à un jeune loup de mer. Swan, petite, 8 ans (depuis hier), beaucoup de douceur dans les yeux et la voix, cheveux dénoués qu'un vent léger se plaît à décoiffer, paraît timide mais ne vous y fiez pas… elle a une âme d'aventurière. Son frère Kris, 12 ans, est comme un goéland, cet oiseau de mer ivre de liberté. Dès leur plus jeune âge, une passion les brûle : la mer.

Avec leur père Sunil Dowlut, 48 ans, - il vit séparé de leur mère depuis trois ans - ils se sont installés sur un catamaran devenu… leur maison sur la mer : "Depuis mon enfance, je suis fasciné par la grande dame bleue. J'ai beaucoup navigué, ayant travaillé sur plusieurs bateaux. Il y a un peu plus d'un an, j'ai eu l'idée de m'installer carrément sur la mer. J'ai vendu ma maison à Grand-Baie et, avec mes économies, j'ai acheté le catamaran sur lequel nous vivons aujourd'hui."

Les intrépides aventuriers sont comme des poissons dans l'eau sur le Swan, qui porte le prénom de la fillette, ancré depuis une semaine dans la marina du Caudan - par crainte du cyclone Dora - alors que d'habitude, il mouille à Grand-Baie. Le bateau affleure une mer étale aux reflets d'argent.

Rien ne manque à leur bonheur. "Vivre sur un bateau, c'est comme habiter dans une maison. Il y a une cuisine, un coin salon, des chambres et des toilettes", dit la fillette, élève en 3ème à l'école primaire de Roche-Terre. Kris, élève en Form II au collège Frienship à Goodlands, partage cet avis : "Le Swan est comme une maison sauf qu'il est sur l'eau. Nous allons à l'école comme les autres enfants et, à la fin de la journée, nous rentrons chez nous.On a notre coin pour faire nos devoirs."

Vent grisant du large, soleil sur la peau...

Si, de nos jours, les enfants sont férus de technologie, nos deux "marins" préfèrent sentir le vent grisant du large, le soleil sur leur peau et être bercés par le clapotis des vagues. Ayant tout le temps baigné dans l'environnement où évolue leur père - Sunil est skipper et organise des sorties en mer pour les touristes - Kris et Swan précisent qu'ils connaissent les rudiments du pilotage sur le bout des doigts.

Tenir la barre, faire le point au moyen du sextant, manier l'ancre ou manœuvrer à la voile, rien n'est difficile pour eux. Ils évoquent les sensations fortes quand ils voguent : lorsque le bateau accoste une côte, l'heure magique où l'écume, sous la lune, ourle les plages, les nuages blancs sur l'eau à l'horizon au lever du jour ou encore les plongeons depuis le pont pour chasser un reste de sommeil.

"La sensation quand on tient la barre et quand on défie les grosses vagues est géniale. C'est le frisson garanti", lance Swan, toute excitée. Pieds nus, bronzée, la fillette dit qu'elle a "le pied marin" et adore "le sentiment de liberté" qu'elle ressent en haute mer. Kris parle de sa passion pour la pêche, des poissons multicolores qui frôlent les baigneurs et les entraînent irrésistiblement dans leur danse…

Les moussaillons ne cachent pas qu'ils sont comblés car, du pays, ils en ont vu : la Corse, la Suisse, l'Italie, l'Autriche, l'Allemagne, entre autres. "Grâce au métier de papa, on a eu la chance de beaucoup voyager pendant les vacances", s'exclame Swan. "Mon plus beau voyage reste la traversée jusqu'à la Corse", ajoute Kris.

Leur rêve : vivre de la mer, sur la mer et par la mer. Ils espèrent très vite mettre le cap vers d'autres cieux et découvrir le Pacifique…

Archive: