• Ces «madam» derrière la Société Coopérative de Britannia
  • Kalpana Devi Koonjoo-Shah, ministre de l’Égalité du genre et du bien-être de la famille : «Toutes les femmes sont des frontliners...»
  • Étoile d’Espérance : la femme au cœur du combat
  • L’avocate Priyanka Gungah : pourquoi je me suis engagée au sein des «Avengers»
  • Contaminations à SKC Surat : deux jours tendus…
  • Le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal : «C’est une situation bien grave»
  • Plusieurs cas de Covid-19 recensés localement : les Mauriciens sur le qui-vive
  • Man City vs Man United : les faux frères
  • Super League : le GRSE Wanderers en plein suspense
  • Et Ramgoolam qui rit…

Ces Mauriciens qui ont acquis la PS5…

Notre compatriote Dominique Paul posant fièrement avec son nouveau joujou.

Ces chanceux risquent de faire des jaloux. Des Mauriciens ont pu acquérir la console de jeu la plus demandée de cette fin d’année. On a papoté avec deux d’entre eux…

Ça a du bon d’avoir des parents qui vous gâtent ! Kishen, par exemple, vient tout juste de fêter son anniversaire. Et les parents de ce jeune entrepreneur de 28 ans ont réussi à lui offrir une PS5, qu’ils ont acheté à un prix exorbitant (qu’ils ne nous diront pas). Même si l’on comprend que la tirelire a pris un sacré coup...

 

Car, en ce moment, les prix flambent pour acquérir la toute nouvelle console de Sony. Si ailleurs, la PS5 est à 399 dollars américains (environ Rs 16 000), à Maurice, avec le frêt, les frais d’import, entre autres, il faudra débourser pour l’instant au moins Rs 58 000, avec des prix allant jusqu’à Rs 70 000, que ce soit pour un achat local ou en passant par des sites sur lesquelles la PS5 était, à l’heure où nous mettions sous presse, sold out.

 

Bref, la console est chez Kishen qui n’en revient pas. «Pour un cadeau d’anniversaire, c’en est un ! Par contre, la question se pose : est-ce que moi, je l’aurais acheté, connaissant le prix ? Non, je ne pense pas. J’aurais attendu que les prix baissent. Et puis, acheter une console fraîchement sortie, cela inclut aussi de fortes probabilités de bugs, avec un nombre de jeux restreint pour le moment.»

 

Maintenant, direction l’Angleterre. Où notre compatriote Dominique Paul s’est débrouillé pour acquérir la PS5. Ce jeune businessman et Graphic Designer, ancien habitant de Coromandel, a posé ses valises chez les British depuis peu et a lancé sa boîte du nom de Freedom Creative Studio. «J’ai raté la période de précommande et il y avait des gens qui avaient pre-order au moins 15 PS5 pour les revendre par la suite (…) J’ai suivi carrément tous les jours les rumeurs de nouvelle précommande sur un site. Sur eBay, le moins cher était à 850 dollars, soit plus de la moitié du prix initial ! Mais le 27 novembre, j’ai pu en commander un sur Amazon. Et j’avais peur qu’ils se trompent de commande, avec des histoires de clients qui avaient eu des ustensiles de cuisine au lieu d’une PS5. Mais finalement, c’est arrivé.»

 

«Cette manette, c’est du cinéma 4D !» 

 

En tout cas, les retours sont positifs pour le moment, d’un côté comme de l’autre. «Voir les jeux en mouvement, c’est quelque chose. On sent une évolution avec un tas d’effets graphiques et au niveau des textures, comme on le voit bien avec NBA2K et Spider-Man : Miles Morales, auxquels je joue en ce moment. Par contre, petit souci de connexion sur le Playstation Network, je pense que c’est dû au fait que ce réseau fait une longue migration sur tellement de comptes», observe Kishen. Dominique Paul, quant à lui, joue à Watch Dogs : Legion, Call of Duty : Black Ops Cold War et Spider-Man : Miles Morales : «L’interface reste très familière mais c’est surtout la rapidité de l’appareil qui est bluffante. Et sur une télé 4K, c’est juste le sommet pour les jeux ! Une sacrée évolution visuelle ! Mais bon, à Maurice, attendez quand même que les prix baissent…»

 

Et les deux s’accordent à dire que cette manette PS5 est juste extra, avec une impression encore plus accrue d’entrer dans la next gen : «Difficile à décrire mais l’immersion est accrue. Sur NBA2K, on a l’impression d’avoir un ballon entre les mains, de vraiment faire des passes. C’est beaucoup plus qu’une simple vibration», constate Kishen. Dominique Paul le dit aussi : «C’est un genre de cinéma 4D ! On ressent tout : un coup de poing, une balle, même une petite interaction comme une goutte d’eau ! La manette est comme un prolongement de l’environnement visuel et sonore. De plus, il me semble que Sony a revu à la hausse son autonomie et son endurance.»

 

Assez pour vous convaincre, non ? Et vous, vous l’achèterez quand votre PS5 ?