• Football : Cercle de Joachim concerné par une autre affaire
  • Le bénéfice du doute accordé aux tortionnaires présumés d'Iqbal Toofanny ] Sa veuve : «Cela ne veut pas dire que ces policiers sont innocents»
  • Double explosion à Beyrouth ] Salem Beydoun, consul honoraire de Maurice au Liban : «C’est un cauchemar»
  • Naufrage du Wakashio : un océan de chagrin
  • Hippisme - Barbé 2020 : White River : The Classic Winner
  • L’image d’un échec !
  • Cérémonie pour ceux décédés pendant le confinement - Jeff Clark : hommage à mon père
  • PatKat Professional Hairstylist : avec Patricia Kathan, ça décoiffe !
  • Elle l’avait projetée à terre lors d’une dispute : Vanessa Curpen écope de cinq ans de prison pour le meurtre de son bébé
  • Douleurs de l’hiver : Comment y remédier ?

Un édudiant mauricien à Oxford condamné pour pédophilie : choc et indignation

Notre compatriote a été piégé par la police anglaise, en mai dernier.

Il devra passer 18 mois derrière les barreaux. Shiraaz Kureembokus, un étudiant mauricien de la prestigieuse Université d’Oxford, a été trouvé coupable de pédophilie par la justice anglaise. Retour sur une affaire qui a choqué plus d’un.

La nouvelle a eu l’effet d’une bombe. Un article du site anglais Daily Mail, paru le jeudi 23 juillet, fait mention de la condamnation, par la justice anglaise, de Shiraaz Kureembokus, un étudiant mauricien de la prestigieuse Université d’Oxford, pour pédophilie. Ce dernier, âgé de 27 ans et originaire de Port-Louis, avait été arrêté en mai, après avoir été piégé par la police. Un officier d’une brigade spéciale traquant les pédophiles s’était fait passer pour un adolescent de 14 ans, sur un site de rencontres. Shiraaz Kureembokus l’avait alors invité à venir chez lui pour avoir des rapports sexuels. La police a, par la suite, monté une opération pour l’arrêter à son domicile.

 

Lors du procès, la poursuite a produit une série de messages échangés entre le Mauricien et celui qu’il pensait être un mineur. Pour sa défense, Shiraaz Kureembokus, qui ne nie pas les faits qui lui sont reprochés, a déclaré que le confinement l’avait «moralement affecté». Le juge a toutefois rejeté l’argument de son avocat en précisant qu’il s’agit d’une affaire très grave, notamment pour un étudiant d’Oxford. Shiraaz Kureembokus a alors été condamné à 18 mois de prison et a été expulsé de l’université anglaise.

 

À Maurice, les proches du jeune homme, qui ont appris la nouvelle via les médias locaux, sont en état de choc. «Personn pa krwar seki finn arive. Nous n’avons plus de contact avec lui car il est en détention. Toute la famille est bouleversée par cette affaire. Sa mère est inconsolable. Ses parents, ses frères et sœurs sont anéantis. Il était un garçon très populaire à Plaine-Verte. Il fréquentait plusieurs mosquées car il était très pieux. Personn pa pe aksepte sa», confie un proche dans un reportage de TéléPlus, le vendredi 24 juillet.

 

La condamnation de Shiraaz Kureembokus fait également le buzz sur les réseaux sociaux. Entre choc, tristesse et indignation, plusieurs Mauriciens d’ici et d’ailleurs se sont exprimés sur Facebook. Pour certains, cette condamnation est justifiée. Pour d’autres, «c’est intolérable» qu’un jeune «si brillant et respectueux, qui était promis à une carrière prometteuse», ait commis un tel acte. Et pour d’autres encore, c’est une nouvelle affaire qui vient souiller la réputation de la communauté mauricienne en Angleterre. 

 

Avant d’entamer son doctorat, en Angleterre, Shiraaz Kureembokus a fait des études supérieures à l’Université de Maurice, où il a décroché un diplôme en anglais, et détient également un diplôme de l’University College de Londres. Il a aussi officié comme Hafiz (NdlR : une personne qui mémorise le Coran et qui en récite des extraits lors d’événements) en Amérique, en France et en Angleterre. Il était rentré à Maurice après avoir officié au Madinah Institute, aux États-Unis, en tant que Hafiz et Youth Program Developer, avant de remettre le cap sur l’Angleterre où, cette fois, il passera les 18 prochains mois en prison.