Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Premier League : Manchester City règne sur l’Angleterre
  • Déconfinement et déconfiture
  • Coup d’envoi de la saison hippique hier : chutes en série… et décès du jockey Nooresh Juglall
  • Les trois frères Gurroby arrêtés après la saisie record de Rs 3,7 milliards de drogue - Anna, leur mère : «C’est dur de voir mes enfants accusés à tort»
  • Aidons à sauver le Musée de la Petite Collection
  • Se divertir malgré les restrictions : comme une envie de prendre l’air
  • Autonomisation des personnes en situation de handicap : Vibhesh Santoo, 22 ans, s’engage
  • Crime à Grand-Gaube : la version de Michelle Ropa intrigue les enquêteurs
  • Covid-19 : plusieurs personnes coincées à l'étranger depuis plus d’un an - La Mauricienne Ranini Cundasawmy, en Thaïlande avec son époux : «Comment nous nous sommes retrouvés bloqués là-bas»
  • Mon expérience de la quarantaine

Christiano, 11 ans, meurt dans un accident - Kristel Amadis, sa mère : «J’ai perdu mon ange, mon pilier»

«Nous sommes tristes de l’avoir perdu dans des circonstances pareilles», confient les parents de Christiano, anéantis.

Il a perdu la vie dans des circonstances tragiques. Christiano Amadis, 11 ans, avait été faire une balade à moto avec son père lorsqu'ils ont été victimes d'un accident de la route. Le garçonnet, qui n'a pas survécu, laisse derrière lui des proches anéantis. Témoignages...

Il se démarquait toujours, de par son beau sourire et son optimisme en toutes circonstances, aux dires de ceux qui le connaissaient. Christiano Amadis, 11 ans, était aussi une véritable petite boule d’énergie. Mais le samedi 17 avril, il a quitté ce monde dans des circonstances tragiques. Le garçonnet voyageait en croupe sur la moto que conduisait son père lorsque celle-ci est entrée en collision avec un autre deux-roues. Il n’a pas survécu au choc de l’impact.

 

Le coeur lourd, Kristel Amadis, la mère de Christiano, confie : «J’ai perdu mon ange, mon pilier.» Elle revient avec douleur sur les derniers moments passés avec son fils. Le samedi 17 avril, comme c’était souvent le cas, le garçon, un passionné de bécanes, avait insisté pour que son père l’emmène faire un tour à moto, acceptant même de nettoyer la cour en échange d’une balade. «J’étais rentrée avec sa petite sœur, qui est encore un bébé, pour la faire dormir quand j’ai entendu la moto démarrer», raconte Kristel. À peine 5 minutes plus tard, un appel téléphonique a chamboulé sa journée. «Au bout du fil, j’ai eu son père, l’air paniqué, me demandant d’appeler les urgences parce qu’ils avaient eu un accident et que Christiano ne bougeait plus.»

 

En se rendant sur place, soit dans les parages de Colmar, Britannia, elle a vu son fils gisant inerte sur le sol et son époux, la jambe cassée, assis à côté de lui. «J’ai hurlé, j’ai imploré mon fils de se lever mais il ne bougeait pas.» Le conducteur de l’autre véhicule impliqué dans cet accident, dit-elle, s’était arrêté et était venu lui demander son pardon. Au même moment, poursuit Kristel, «une dame s’est arrêtée et s’est approchée. Elle m’a dit que mon enfant n’avait plus de pouls ; j’ai senti mon monde s’écrouler». Après l’arrivée du SAMU, Christiano a été conduit à l’hôpital Nehru où son décès a été confirmé.

 

Depuis ce drame, Kristel ne vit plus. Pas un instant ne passe sans qu’elle ne pense à son enfant chéri. «Nous n’avions pas une relation parent-enfant. Nous étions bien plus que cela. Après mon époux, c’était lui mon autre pilier. Nous faisions tout ensemble. Il m’aidait avec le ménage, la cuisine et aussi à m’occuper de sa petite sœur qui est née il y a quelques mois. Il lui arrivait même de lui changer sa couche. Il était un enfant vraiment responsable et mature», confie-t-elle. Sans compter qu’il était un passionné de musique : «Li ti kontan tap so ravann.»

 

Incapable de tenir en place, Christiano s’adonnait à plusieurs activités. Récemment, il avait rejoint le 1st Savanne Scout Group de Rivière-des-Anguilles et le scoutisme était devenu sa passion. Valérie Gangaram, sa chef scout, le décrit d’ailleurs comme un enfant «pas très bavard mais amical et très gentil, qui ne passait pas inaperçu avec son sourire et ses longs cheveux. Il était un très bon élément. Il apprenait vite et n’avait eu aucun problème d’adaptation auprès des autres enfants. Nous lui avions donné le surnom de Christiano Ronaldo». Elle poursuit, émue : «Nous sommes tristes de l’avoir perdu dans des circonstances pareilles ; nous sommes encore sous le choc de cette nouvelle.»

 

Des rêves, le garçonnet en avait aussi. Il voulait notamment devenir policier et souhaitait pouvoir s’offrir un jour une voiture. Malheureusement, il a rejoint sa dernière demeure sans avoir pu les accomplir. Ses funérailles ont eu lieu le dimanche 18 avril.

 

Par ailleurs, le conducteur de l’autre deux-roues impliqué dans cet accident a été arrêté. Une accusation provisoire d’homicide involontaire a été logée contre lui.

 


 

Deux autres victimes sur nos routes

 

Fin tragique pour Madhav Jhummun, un habitant de Camp-Ithier, Centre-de-Flacq, âgé de 27 ans, en début de soirée, le jeudi 22 avril. Ce vigile du casino Senator, à Flacq, rentrait chez lui à moto lorsque son deux-roues a été percuté par une voiture qui ne s'est pas arrêtée. L'accident s'est produit aux abords de la route principale de La Source à Flacq. Mandé sur les lieux, le personnel médical d'urgence n'a pu que constater le décès de Madhav Jhummun. Ce dernier laisse derrière lui une épouse et une fillette de 2 ans et demi. La police de Flacq est toujours à la recherche du conducteur de la voiture impliquée dans ce drame routier.

 

Dans la soirée du mardi 20 avril, c’est Hevin Beestobchurn, un habitant de Roches-Noires, âgé de 23 ans, qui a succombé à ses blessures après plusieurs jours d'hospitalisation. Il a rendu l'âme quelques jours après son ami Arjoon Bharuth, 22 ans. Une autopsie, pratiquée par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, chef du département médico-légal de la police, a attribué son décès à une sepsis due to multiple injuries.

 

Il a été victime d’un accident d'une violence inouïe le vendredi 9 avril, aux petites heures du matin. Ce jour-là, une voiture avec, à l’intérieur, plusieurs passagers, a dérapé dans un tournant aux abords de la route côtière de Roches-Noires, avant de terminer sa course contre un arbre. L'impact a été tel que le conducteur, Arjoon Bharuth, 22 ans, est mort sur le coup. D'après un de ses proches, les accidents sont fréquents à cet endroit précis, à cause de la mauvaise visibilité.

 

Suite à cette collision, deux autres jeunes ont été hospitalisés et Hevin Beestobchurn a été admis aux soins intensifs, dans un état critique. Malheureusement, son état de santé ne s'est pas amélioré et ses graves blessures ont eu raison de lui. Ses funérailles ont eu lieu le mercredi 21 avril.