• Boxe thaï : première édition de «La Nuit des Nak Muay»
  • Badminton : les Internationaux de Maurice à Côte-d’Or
  • Trois univers artistiques à découvrir
  • Handicap et vie professionnelle : un pas de plus vers l’inclusion
  • Mayotte au rythme des crises
  • Une rare éclipse totale traverse l’Amérique du Nord : des Mauriciens au coeur d’un événement céleste spectaculaire 
  • World Thinking Day : les guides et la santé mentale
  • Mama Jaz - Sumrrà : prendre des risques musicaux avec le jazz
  • Karine Delaitre-Korimbocus : Kodel, une nouvelle adresse dans le paysage de Belle-Rose
  • Oodesh Gokool, le taximan attaqué au couteau : «Mo remersie piblik»

Ras Zen : l’honneur d’être à l’affiche du Festival Reggae Donn Sa

Cool, zen comme son nom, sensible aussi. Le 5 novembre au Green Village du Morne, il donnera la réplique à ses amis locaux et rodriguais mais aussi à des incontournables internationaux de reggae comme Tiwony, Pierpoljak et Daddy Mory. On parle ici de la nouvelle édition du Festival Reggae Donn Sa, qui débute dès 18 heures et où nous retrouverons Ras Zen, voix du reggae mauricien qui se confirme depuis plusieurs années.

 

L’artiste, de son vrai nom Rajen Tylamman, nous le dit d’emblée : «Je viens à chaque fois au festival mais cette fois, c’est un honneur d’être sur scène, de la partager avec des noms connus d’ici et d’ailleurs, une fierté de faire perdurer l’héritage reggae et un beau moment de partage», nous dit l’habitant de Baie-du-Tombeau, qui nous a offert l’album La mizik la vie en 2020.

 

Et si l’on connaît aussi Ras Zen à travers ses nombreuses collaborations – il a bossé avec Denis Fricot, Ras Minik et Cool is I, avec un apprentissage aux côtés de George Coret et Rodoman, vétéran musicien rasta –, l’homme va aussi nous proposer ses nouvelles compositions dans le futur, à commencer par la scène du Festival Reggae Donn Sa. «Trois nouveaux singles sortiront pour le reste de l’année. Le premier s’intitule Sovaz et je devrais le présenter lors du festival. C’est une chanson très engagée, qui parle beaucoup de la société d’aujourd’hui et des injustices, et je me suis essayé aussi à plusieurs expérimentations ; il y aura du funk, de l’Afrobeat… Mais le plus important reste pour moi le message et c’est pour ça que le reggae est toujours vivant ; c’est une musique qui véhicule l’amour et dénonce les préjugés, deux choses dont on a bien besoin en ce moment.»

 

Rendez-vous donc le 5 novembre pour découvrir tout ça…