• Sous le soleil (couchant) du Casela
  • HSBC : Chris Murray tire sa révérence
  • Neeshi Beehary et Damien Ng Tat Chung : la collab’ LOL qui Mett Serye
  • Ecology Bags Co. Ltd : la «green revolution» d'Ajay Jahree
  • Judo – Gala du Nord : Dans une ambiance des Jeux des îles
  • Tour de l’île à pied : la fabuleuse expérience humaine des Dunienville
  • La touche glamour de Tatiana Dabbadie
  • La vie de fashionista de Peanut
  • MBSF Snooker Challenge Cup : une surprise nommée Adeeb Moosa
  • Centre Frère René Guillemin : L’art comme arme de prévention

Lisa Ducasse : Zazie, L’Olympia et moi

La jeune Mauricienne est toute joyeuse. Le 15 novembre, celle que l’on connaît comme poète, musicienne et chanteuse, souvent tout cela à la fois, a fait la première partie du concert de Zazie à L’Olympia. Cela, grâce à un concours auquel ont participé pas moins de 340 personnes. Récit d’une aventure parsemée d’émotions et d’art.

Comment vous êtes-vous retrouvée dans une telle aventure ?

 

J’ai participé à un concours lancé par Riffx, une branche du Crédit Mutuel, organisé conjointement avec l’équipe de Zazie. Il y a eu une première étape de votes pour désigner, sur 340 participants, les 15 qui auraient une priorité d’écoute. J’ai eu la chance de faire partie de ces 15 sélectionnés grâce à une grosse mobilisation qui m’a d’ailleurs énormément touchée. À l’issue d’une séance d’écoute des morceaux proposés, Zazie a pris la décision finale pour la première partie de son concert, où j’ai proposé cinq titres chantés ainsi qu’un texte dit, accompagnée au clavier par Matthieu Leseneschal et, pour certains morceaux, par Evan Laflamme à la guitare et au saxophone. Ce sont, pour la plupart, des chansons écrites lors de mon voyage en Amérique du Sud plus tôt cette année.

 

Comment définiriez-vous Zazie ?

 

Pour moi, c’est d’abord quelqu’un qui écrit. Elle est reconnue dans le monde de la chanson française pour la qualité de ses textes. Il n’y a qu’à voir ceux pour qui elle a écrit. C’est aussi une artiste qui a su se réinventer au fil des années et qui continue de le faire.

 

Qu’est-ce qui rapprocherait vos univers musicaux ?

 

Ils sont très liés. Petite, je chantais déjà mais je suis arrivée à me mettre plus sérieusement à la chanson ici à travers les textes, la poésie. C’est mon univers le plus proéminent et celui qui a toujours été une évidence. À mon arrivée à Paris il y a quatre ans, j’ai commencé à me produire avec mes textes, puis à le faire, cette fois accompagnée par des musiciens. De là à l’écriture de chansons, il y a eu beaucoup de petits et de grands pas qui ont été faits aussi grâce aux gens qui m’ont entourée et encouragée en chemin.

 

Quel est votre sentiment, en tant qu’artiste et en tant que mauricienne, par rapport à cette opportunité qui vous a été offerte ?

 

C’était énorme pour moi de chanter dans cette salle. J’ai grandi dans l’admiration de chanteurs comme Brel, Barbara, Yves Montand, tous ces gens qui s’y sont produits. De savoir qu’il y a cette histoire-là, cette vie-là, sous les planches, c’est tout simplement magique.

 

Après cette première partie, quelle est la suite ?

 

Je compte continuer à faire vivre ces chansons de voyage en me produisant avec elles, dans un format solo piano-voix, et dans de petits lieux à Paris et dans d’autres villes. Le temps de lentement faire grandir le projet... Pour le côté poésie, je prévois la sortie d’un second recueil en début d’année prochaine, également en partie inspiré de ce voyage.

 


 

T’es qui toi ?

2015 – Boursière du Lycée La Bourdonnais
2017 – Premier recueil de poésie, Midnight Sunburn and 17 Footsteps
2018 – Sort un EP de trois titres, Louvoie, puis s’envole pour un long voyage en Amérique du Sud