• J SummerSoul : de la country à la musique mauricienne
  • AFED : Un rempart pour sortir de l’impasse
  • Tir à l’arc : 25 aspirants entraîneurs en formation
  • Bless Junior Huteau, 4 ans, compte sur votre générosité
  • Président de la New Chinatown Foundation : Jean-Paul Lam en cinq moments
  • L’arrestation d’une quarantaine de Bangladais provoque l’indignation !
  • Intervention chirurgicale sur les jumelles siamoises : La longue attente de toute une famille
  • Mike Mounawah : être parmi les meilleurs en Angleterre
  • The Club House : la nouvelle adresse qui vous veut du bien !
  • Drame de Mapou | Quatre amis unis dans la mort : la douleur de leurs proches

Candidate mauricienne à Runstar : Dans la bulle musicale de Céline Chowrimootoo

Elle raconte sa passion pour le chant.

 

Une voix suave. Une présence troublante… Voici Céline Chowrimootoo (Céline Lily Cole), une véritable onde de choc. Difficile de ne pas se retourner sur son passage. Qu’il s’agisse de son look ou de sa voix, ou encore de sa personnalité, tout en elle étonne et attire le regard.

Et quand elle a un micro à la main, impossible de ne pas s’arrêter pour se laisser bercer et s’embarquer dans son univers musical ! À la musique, Céline donne de son temps, de son corps, de son  âme, de ses larmes. «C’est quelque chose que je ne peux pas expliquer, c’est épidermique, ça me parcourt tout le corps», confie la Mauricienne de 24 ans, candidate dans la course Runstar à l’île de la Réunion. Loin d’être sur la réserve ou sur la défensive, elle ouvre son cœur avec une aisance presque déconcertante. «Je suis de la Cité Loyseau à Floréal. Je suis la petite dernière et l’unique fille d’une fratrie qui compte quatre garçons», raconte la jeune femme.

Si elle a toujours baigné dans la musique, c’est en tant que chanteuse au sein de la chorale Mary Ward au collège Lorette de Curepipe qu’elle a fait ses débuts. Mais comme elle a toujours voulu vivre la vie de ses rêves, Céline s’est, au fil des années, appliquée et a surtout fait ses armes au sein de diverses formations comme Riddim Factory ou encore Urban Rhymes. Elle chante divers styles – le reggae, le pop, le rock, la world music, entre autres –, qui lui permettent de vivre sa passion, qui est aussi son gagne-pain, lors de différents tours de chants dans des bars à travers l’île.  

Des références, elle en a beaucoup. «Difficile de tous les nommer», lâche-t-elle en énumérant toutefois quelques noms : Nina Simone, Rihanna, Bob Marley, Adèle… bref, tous ceux et celles qui, dit-elle, chantent avec leur cœur.

Ne cachant pas qu’elle est amoureuse, Céline, fan de tatouages – elle en a sept –, ne peut pas s’empêcher de laisser couler quelques larmes lorsqu’elle écoute Instant Crush de Daft Punk, qu’elle se passe actuellement en boucle. Dans sa playlist, il y a également Nitin Sawhney, compositeur et producteur londonien d’origine indienne, dont l’inspiration et les vibes la portent et la transportent.

La jeune femme, qui aspire à faire un album, se produit aujourd’hui en compagnie de son frère Dominique et Bryan Armoogum, Roberto Reine de Carthage et Emmanuëlle Ghem, tous du groupe Five de Hans Nayna. Ce dernier s’était aussi lancé dans l’aventure Runstar, l’année dernière.

Pour la suite de cette expérience «unique», Céline, qui fait aussi partie des Bazart Sessions, compte se donner à fond, montrer de quoi elle est capable et faire ce qu’elle sait le mieux : chanter son  âme !