• Football : Cercle de Joachim concerné par une autre affaire
  • Le bénéfice du doute accordé aux tortionnaires présumés d'Iqbal Toofanny ] Sa veuve : «Cela ne veut pas dire que ces policiers sont innocents»
  • Double explosion à Beyrouth ] Salem Beydoun, consul honoraire de Maurice au Liban : «C’est un cauchemar»
  • Naufrage du Wakashio : un océan de chagrin
  • Hippisme - Barbé 2020 : White River : The Classic Winner
  • L’image d’un échec !
  • Cérémonie pour ceux décédés pendant le confinement - Jeff Clark : hommage à mon père
  • PatKat Professional Hairstylist : avec Patricia Kathan, ça décoiffe !
  • Elle l’avait projetée à terre lors d’une dispute : Vanessa Curpen écope de cinq ans de prison pour le meurtre de son bébé
  • Douleurs de l’hiver : Comment y remédier ?

Deux arpents de Pas géométriques alloués à la famille Rawoo : le député Ismael Rawoo garde le silence

La nouvelle a défrayé la chronique il y a une semaine, en plus d’avoir causé du remue-ménage le vendredi 12 juin, au Parlement, lors du débat budgétaire. Deux arpents de Pas géométriques situés à Grande-Rivière-Noire, appartenant à l’État et valant Rs 250 millions, ont été alloués à Ismael Rawoo, Parliamentary Private Secretary et député de la majorité. Depuis, des questions se posent. Quel est son ressenti face à ces allégations ? Est-ce le lien politique qui a facilité l’acquisition de ce terrain ? Quand débutera le projet pour lequel le terrain a été alloué en 2018 ? Autant de questions qui, pour l’heure, sont sans réponses. Depuis que cette affaire a éclaté, le principal concerné joue aux abonnés absents. Nous n’avons pu le joindre pour une réaction, malgré nos multiples appels téléphoniques.

 

Pour rappel, dans le bail présenté au Parlement par le député travailliste Eshan Juman, il est mentionné que le ministère du Logement et des terres a alloué à Smart Clinics Ltd, dont le député Ismael Rawoo et des proches sont actionnaires, les deux arpents de Pas géométriques le 24 mai 2018, pour une période de 60 ans. Le projet est d’y construire une Dental & Wellness Medical Clinic, un restaurant et des appartements qui auraient été vendus par la suite. Le document stipule aussi que Smart Clinics Ltd se propose d’acquérir le bâtiment se situant sur le terrain pour la somme de Rs 15 050 000, payable en trois tranches.

 

La seule explication du député du no 13 (Rivière-des-Anguilles/Souillac) concernant cette affaire, a été celle faite au Parlement le vendredi 12 juin, à la demande du Deputy Speaker Zahid Nazurally : «Ceci est inacceptable. Ça n’a rien à faire avec les débats budgétaires. Je ne suis actionnaire qu’à hauteur de 0,9 % dans cette compagnie et c’est dans ma déclaration des avoirs. Tout est entièrement légal et je ne suis pas le seul député à avoir un terrain.» Depuis, c’est silence radio.