• Mario Ponen dessine «Kuler nu ti zil»
  • Chanel, 18 ans : mon aventure dans la construction
  • Stage à Sheffield Utd : Expérience enrichissante
  • Ketty Lim Ka Lan : une belle aventure nommée Moka'mwad !
  • Swaranjali Group Grand-Bois : une histoire d’engagement
  • Son cas entendu devant le Privy Council : La longue quête de justice de Premchandra Bissonauth
  • Mo’Zar Espace Artistic : leur musique au-delà des frontières
  • Chaleur et perte d’appétit : comment y remédier ?
  • Astérix – Le secret de la potion magique | Tombons dans la marmite
  • Art martial japonais : Une fédération de kendo voit le jour à Maurice

Bancoult : «Amal Clooney se bat avec tout son cœur»

L’épouse de Georges Clooney  discutant avec le leader  du Groupe Refugiés Chagos.

L’épouse de George Clooney apporte un rayonnement médiatique international à la cause des Chagossiens. Le leader du Groupe Réfugiés Chagos nous en dit plus sur sa rencontre avec une avocate qui a travaillé avec les plus grands.

Les Chagossiens n’ont pas dit leur dernier mot. «Nous sommes tombés et nous nous sommes relevés. Je peux vous dire que nous sommes très touchés de voir que la cause avance. Le peuple mauricien doit être fier de la lutte que mènent les Chagossiens», déclare Olivier Bancoult, leader du Groupe Réfugiés Chagos. Cette semaine, le combat des Chagossiens est revenu au-devant de la scène et cela, sur le plan international. Alors que les law lords avaient refusé en 2008 le retour des Chagossiens sur leurs terres, le Groupe Réfugiés Chagos, mené par Olivier Bancoult, a cette fois fait appel de ce jugement devant la Cour suprême de Londres. Avec, à ces côtés, une personnalité de taille qui défendra la cause des Chagossiens à ses côtés.

 

Il s’agit d’Amal Clooney, l’avocate internationale et l’épouse de George Clooney, qui s’est jointe à la cause et fait désormais partie du panel d’avocats dirigé par Edward Fitzgerald Q.C. Elle est apparue lundi dernier devant la Cour suprême de Londres, discutant avec Olivier Bancoult, leader du Groupe Réfugiés Chagos. «Ma première rencontre avec Amal Clooney remonte au 23 avril. C’est une personne qui croit en la justice et qui connaît la loi internationale. Le plus important, c’est qu’Amal Clooney se bat avec tout son cœur. Nous n’avons pas besoin de la présenter, elle qui a travaillé avec les plus grands», confie le leader Groupe Réfugiés Chagos.

 

La présence de l’avocate n’est pas passée inaperçue puisque les tabloïds britanniques et toute la presse internationale se sont emparés de cette affaire et que la nouvelle a fait le tour du monde. Celle qui a épousé l’acteur américain George Clooney l’année dernière a, malgré elle, donné une dimension people à l’affaire des Chagos. Un rayonnement médiatique qui fait du bien à la cause, souligne Olivier Bancoult : «Jamais, depuis que nous nous sommes lancés dans la bataille, nous n’avons  bénéficié d’une telle exposition médiatique. «Ça a pris une dimension internationale et l’apport d’Amal Clooney est capital dans notre combat. Cela ne peut que sensibiliser plus de monde à notre cause.»

 

À Londres, souligne Olivier Bancoult, l’émotion chez les Chagossiens est à son comble. Le panel d’avocats, dit-il, est arrivé à établir dans sa plaidoirie qu’il y a eu maldonne du gouvernement britannique dans toute cette affaire. «Je suis très satisfait du déroulement de l’affaire en cour Suprême concernant nos droits. Le fait que les droits et la dignité du peuple des Chagos n’aient pas été respectés a été mis en avant de façon remarquable. Nos droits ont été bafoués. Il y a eu violation des droits de l’homme et une véritable injustice envers les Chagossiens», confie notre interlocuteur. Ce dernier souligne que les Chagossiens sont plus que jamais déterminés à aller jusqu’au bout du combat.

 

L’affaire des Chagos remonte à une quarantaine d’années, lorsque les Chagossiens ont été expulsés de leurs îles natales. En 1998, une bataille légale a été lancée par les habitants des Chagos pour qu’ils puissent retourner vivre sur l’archipel. Alors qu’en 2000, la cour juge que leur expulsion est illégale et statue qu’ils ont le droit de retourner y vivre, cette décision est annulée en 2004. En 2006, les Chagossiens ont de nouveau espoir lorsque la Haute Cour de Londres se range du côté des Chagossiens. Mais toutes les décisions prises jusque-là sont une fois de plus renversées en 2008, avant que le Groupe Réfugiés Chagos ne fasse appel lundi dernier.

 

En attendant la décision de la cour, qui devrait tomber dans approximativement six semaines, les Chagossiens sont confiants que justice sera faite pour qu’ils puissent enfin revenir sur leurs terres.