• Adi Teelock : «Dans 30 ans, nous allons perdre environ 15 % des plages»
  • Comment garder la forme en été
  • Judo News : La bande à Baptiste Leroy au Sénégal
  • Wendi Madré ou les doigts de fée d’une créatrice
  • Shad, un an et demi, hospitalisé suite à une chute dans les escaliers | Ses parents : «Nous voulons des réponses…»
  • Anishta Seesurrun : au nom de ma sœur Kerina
  • Il est admis à l’hôpital de Candos depuis 16 mois : Le long calvaire du petit Shishaan à l’unité des grands brûlés
  • Metro Express : sur les rails du mécontentement
  • Et si on était Vincent Duvergé…
  • «Busy B» à Flacq : L’appel de l’Est de Béatrice Bijoux Bellepeau

Océane Cassignol : Comme un poisson dans l’eau

La jeune sportive fait la fierté de  sa famille.

C’est une ado qui collectionne les titres. Et la nageuse n’a pas fini de montrer de quoi elle est capable. En vacances dans l’île, la championne d’Europe junior nage libre sur 5 km nous parle de sa passion et de son rêve olympique. Rencontre avec une jeune demoiselle pleine de promesses…

Elle en… brasse la vie. Et est animée par une seule chose : toujours se surpasser, dépasser ses limites, avec pour objectif de gagner. Du haut de ses 16 ans, Océane Cassignol n’a pas froid aux yeux. Ambitieuse, franche, avec un caractère bien trempé et la langue joliment pendue, elle ne passe pas par quatre chemins pour dire ce qu’elle pense. Le ton posé, sûre d’elle, Océane est de ceux qui sont bien dans leur tête, leur corps et leurs baskets.

 

«J’aime être parmi les meilleurs. Je vise toujours plus haut, plus loin»,nous confie-t-elle lorsque nous la rencontrons, face à la mer, il va de soi ! D’emblée, elle propulse son côté confiante et déterminée avec la même ferveur qu’elle met à se projeter dans un bassin. La jeune Franco-Mauricienne, actuellement en vacances dans l’île, fait en sorte de venir se ressourcer au moins deux fois l’an après les longs mois d’entraînements qui rythment sa vie. Car, voilà quelques années déjà que s’écrit la belle histoire d’amour entre celle qui porte bien son prénom et la natation, devenue sa grande passion, voire sa raison de vivre.

 

«Surdouée»

 

Et son palmarès parle de lui-même : vice-championne du monde junior 7,5 km eau libre (un titre qui date de quelques semaines), médaillée de bronze  au 4 x 1 250 m en France, championne d’Europe junior nage libre sur 5 km, triple championne de France minime sur 400, 800 et 1 500 m, championne de France de 200 m nage libre cadette, 1re sur 400 m, 2e sur  800 m et 2e sur 1 500 m, championne de France catégorie jeune sur le 5 km et le 10 km, et vice-championne de France sur le 5 km et 10 km toutes catégories, sans oublier son titre de championne toutes catégories lors de l’Aquathlon de Vittel. Y’a pas à dire : dans ce domaine, elle est comme un poisson dans l’eau !

 

Pas étonnant que des sites Internet font son éloge, à l’instar de trimes.orgqui parle de l’adolescente comme d’«une athlète surdouée» ouencore de midilibre.fr qui la qualifiede «surdouée»qui «nage sur les traces de Manaudou».Ce dernier article va même plus loin en décrivant l’adolescente comme un «véritable phénomène du sport, à la fois nageuse, athlète et cavalière émérite».

 

Puisque, en sus d’être une nageuse hors pair, la jeune femme – qui peut compter sur le soutien de ses parents Eric et Patricia – a plusieurs autres cordes à son arc qui touchent aussi de près au monde sportif : «J’ai commencé l’équitation à l’âge de 7 ans, la natation à 11 ans et j’ai découvert la course à 11 ou 12 ans.»

 

Philippe Lucas

 

Elle a intégré l’équipe de Philippe Lucas à Narbonne, celui-là même qui a acquis une notoriété avec les succès de Laure Manaudou, nageuse qu’il a formée et entraînée jusqu’en mai 2007. «Avec Philippe, tu marches, tu le suis ou tu crèves. Le reste, il s’en fout», nous dit la jeune championne qui reconnaît que les séances d’entraînement sont rigoureuses et difficiles, mais qu’elle accepte de faire avec, poussée par son envie de bien faire : «Je n’aime pas décevoir et être déçue.» Une fois dans le bain, Océane ne lâche jamais prise : «Je sais ce que je veux et où je veux aller. Mon objectif, c’est d’intégrer, l’année prochaine, l’équipe de France senior et d’accéder au championnat du monde toutes catégories en eau libre.»  

 

Celle qui reste modeste par rapport aux commentaires élogieux à son égard sur le Net  et qui compte suivre attentivement la performance de l’équipe de France lors des Jeux olympiques qui se déroulent actuellement chérit aussi le rêve de vivre à son tour ces jeux magiques : «Si tout se passe bien, ce sera à Tokyo.» En attendant, elle va porter une attention toute particulière, précise-t-elle, au parcours de sa bonne copine Aurélie Muller, championne du monde du 10 km en eau libre en compétition lors des JO : «C’est ma bonne copine et elle est la favorite !»

 

Sinon, Océane, jeune fille bien de son temps malgré son train de vie très particulier, profite, le temps de ses vacances, de tout ce que Grand-Baie peut offrir, entre ciel et mer. Tout un programme pour celle qui, dans l’eau ou pas, en… brasse la vie !