• Adi Teelock : «Dans 30 ans, nous allons perdre environ 15 % des plages»
  • Comment garder la forme en été
  • Judo News : La bande à Baptiste Leroy au Sénégal
  • Wendi Madré ou les doigts de fée d’une créatrice
  • Shad, un an et demi, hospitalisé suite à une chute dans les escaliers | Ses parents : «Nous voulons des réponses…»
  • Anishta Seesurrun : au nom de ma sœur Kerina
  • Il est admis à l’hôpital de Candos depuis 16 mois : Le long calvaire du petit Shishaan à l’unité des grands brûlés
  • Metro Express : sur les rails du mécontentement
  • Et si on était Vincent Duvergé…
  • «Busy B» à Flacq : L’appel de l’Est de Béatrice Bijoux Bellepeau

Natation : Quand Corinne Leclair illuminait les piscines

La Mauricienne en compagnie de son époux, Todd Bucholz.

Corinne Leclair a la particularité d’avoir remporté six médailles d’or lors d’une unique édition des Jeux des îles de l’océan Indien. Vingt-six ans après, celle qui vit maintenant aux States nous raconte son parcours.

La reine des JIOI 1990. C’était à Madagascar lors de la troisième édition de cette compétition inter-îles. Une jeune Mauricienne était engagée dans les épreuves de natation où l’armada réunionnaise avait l’habitude de tout rafler. Du haut de ses 20 ans, Corinne Leclair devait confirmer toutes les bonnes dispositions qu’elle affichait depuis quelque temps déjà, et de quelle manière ! 

 

En effet, la nageuse mauricienne devait, à elle seule, rafler six médailles d’or et une médaille de bronze dans les sept épreuves auxquelles elle participait. C’est ainsi que le Motherland retentit six fois à la piscine du Palais des ‘Enfants Pionniers’ grâce aux victoires de Corinne Leclair aux 100, 200, 400 et 800 nages libres, sans oublier les victoires mauriciennes aux 4 x 100 4 nages et 4 x100 nage libre. De quoi nous rappeler un certain Michaël Phelps et ses médailles d’or dans une seule compétition. Un exploit sans précèdent qui devait même surprendre l’intéressée en question.

 

« C’est pour moi une grande surprise, car je ne m’attendais pas à récolter autant de médailles. C’est une consécration qui, évidemment, fait très plaisir. Mais je dois dire, qu’en même temps, tous ces regards admiratifs me gênaient un peu», confiait la Quatrebornaiseà l’époque à notre confrère l’express. Le temps fait son chemin et malheureusement aucun Mauricien n’a pu égaler la performance de celle qu’on finit par surnommer la «Reine des Jeux»lors  de ce rendez-vous inter île hautement attendu.

 

L’année 90 devait être faste pour la championne de natation, car elle devait décrocher deux médailles d’or au championnat d’Afrique, pour ensuite être élue Sportive de l’année par le Mauritius Sport Council et la rédaction de l’express respectivement. Que de bons souvenirs que Corinne Leclair continue de chérir. « Je n’oublierai jamais ces moments, comme les médailles récoltées, l’ambiance de compétition, et celle au sein de l’équipe»,répond-elle quand on la demande de partager avec nous son meilleur souvenir comme nageuse. En 1991 elle devait remporter la médaille d’or aux Jeux d’Afrique au 200 mètres. C’est en 1993 qu’elle mit un terme à sa belle carrière de nageuse après avoir remporté l’or au 200 mètres lors des JIOI aux Seychelles.

 

Corinne Leclair vit, maintenant, aux Etats-Unis après son mariage avec Todd Bucholz en 2013. Elle a partagé son expérience avec les plus jeunes notamment à l’école privée St-Nicolas Grammar School,et aussi àl’école de natation du C.A.M.O et aussi àFlic-en-Flac avec son père Archimède Leclair, et au Riverland Sports Club. Cela avant qu’elle n’effectue le grand saut pour épouser Todd Bucholz.

 

Si elle a rangé, définitivement, ses maillots, elle continue de nager pour le plaisir ou encore pour partager ses connaissances. «J’ai débuté comme swim instructor au Harper College Palatine en Février 2014. Quelques mois après, j’ai commencé ma certification à l’American Red Cross Lifeguard. J’alterne le sauvetage et les cours de natation, suivant le modèle de l’American Red Cross teaching program où les enfants apprennent ànager, et aussi ceux sur la sécurité de l’environnement aquatique, comme par exemple demander de l’aide, reconnaître un sauveteur et un nageur en danger», explique Corinne Leclair à5-Plus dimanche.

 

Reconversion

 

Une reconversion dans un milieu qu’elle connaît bien. « Les compétitions de haut niveau ne me manquent pas. Je regarde les compétitions à la télé ou des fois sur les sites de compétitions ici. Mais sachant tout le programme d’entraînement que cela prend pour faire la compétition ça ne me manque pas du tout, surtout avec 9 séances d’entraînement par semaine», s’amuse-t-elle à dire.

 

L’ex-championne estime que la natation lui a permis d’élargir ses horizons pour forger sa personnalité. « La natation a été le seul et unique sport que j’ai pratiquéintensivement, me permettant de voyager, de nager contre plus forte que moi. Ça m’a permis de devenir très combative, pas être intimidée par l’adversaire et maintenir une bonne santé. Je me rappelle qu’une fois je n’étais pas sélectionnée en équipe nationale parce que je ne m’entraînais pas assez et j’étais démotivée. Mais àbien réfléchir, ça m’a doublement motivéeàm’entraîner et être meilleure et depuis on ne m’a plus ferméles portes en sélection», explique notre interlocutrice qui vient d’une famille de nageur. En effet, ses frères Patrice, Yvan, Jocelyn et sa sœur Maryline se sont tous jetés à l’eau pour participer àdiverses compétitions avec un certain succès

 

C’est à l’âge de 11 ans que l’ex-étudiante du collège Lorette de Quatre-Bornes s’est mise à la natation, pour suivre les traces de ses frères. Elle compte une participation aux JIOI 1985, qui avaient eu lieu sur notre sol. A l’époque, elle n’avait que 15 ans et pouvait difficilement s’illustrer face aux torpilles réunionnaises et malgaches dans la piscine Serge Alfred àBeau-Bassin. Elle devait par la suite poursuivre son bonhomme de chemin pour accumuler les honneurs notamment aux Jeux de l’Avenir de 1986 ou encore aux Championnats des Jeunes. Corinne Leclair a amélioré plusieurs records nationaux, dont certains ont été battus àl’instar de celui du 200 mètres nage par Heather Arseth en 2012.

 

« Je me dis que ça a pris du temps pour certains records d’être améliorés, certains sont restésplus de 20 ans et je pense qu’il me reste encore un ou deux records. Je suis heureuse que ces records n’aient pas été battus dans une course à laquelle jeparticipais », avoue la jeune femme qui partage son temps entre boulot et famille sans oublier de suivre l’actu de la natation mauricienne. Corinne Leclair demeure,néanmoins, une championne qu’on n’est pas prêt d’oublier.

 


 

Message à Fabienne St-Louis

 

Les problèmes de santé, liés au cancer, dont souffre la triathlète mauricienne et qui ont été révélés au grand jour à la veille de sa participation aux Jeux Olympiques 2016 ont marqué Corinne Leclair. «Ça fait peur, mais je sais, on s’occupe très bien d’elle comme elle le dit.

 

Je vois qu’elle a été très courageuse et une vrai battante, et une détermination à aller aux jeux malgré tout. Elle a agi comme une grande championne pour affronter les opérations etc. comme elle affronte sa course et je suis fière d’elle, bravo », confie l’ex-nageuse.