• Anjanita Mahadoo : Son rêve américain
  • Wilfried N’Sondé : littérature, esclavage et jeunesse
  • Trail – Gaël Aliphon : Un Mauricien sur le Mont Blanc
  • Shyama Goohee, accro au crochet
  • Polémique autour de la jetée de Trou-d’Eau-Douce
  • Un ado déguisé en collégienne dans un collège de filles : Le recteur de la Bambous SSS consigne une «precautionary measure»
  • Future Hope : L’éducation pour briser les codes
  • Yatin Varma : «Je suis pour un débat dépassionné sur la décriminalisation de l’homosexualité à Maurice»
  • Lutte contre l’acné : Quand l’alimentation entre en jeu
  • Hippisme 24e journée | Split The Breeze renverse les favoris

Muay Thai : Ranini Cundasawmy, l’or lui va si bien

La Mauricienne a, une nouvelle fois, fait honneur au pays en décrochant une médaille d’or dans une compétition à laquelle elle a failli ne pas participer. Un succès qu’elle dédie aux Mauriciens.

Une victoire ô combien symbolique. Le pays vient de célébrer ses 50 ans d’Indépendance et en guise de cadeau, Ranini Cundasawmy vient d’offrir un joli cadeau à sa manière, c’est-à-dire en réalisant ce qu’elle sait mieux faire. Offrir un titre mondial à l’île Maurice dans une compétition de muay thai. Cela s’est passé le vendredi 16 mars à Bangkok en Thaïlande lors des Championnats du monde de la World Muaythai Federation (WMF).

 

Elle s’est distinguée en finale en amateur des moins-de-48 kg face à l’Ukrainienne Jiona Kinchen par K.-O. Une victoire qui fait plaisir à Ranini Cundasawmy et qu’elle dédie au peuple de l’île Maurice. Et dire qu’elle a failli ne pas faire le déplacement pour cette compétition en raison d’une absence d’aide financière due à un imbroglio administratif. Il a fallu qu’un élan de solidarité voie le jour pour permettre à la championne de muay thai de participer à ce tournoi mondial.

 

« Je n’arrivais pas à contenir ma joie lorsque j’ai remporté cette victoire. Sur le coup j’étais contente et par la suite, lorsque je suis rentrée à l’hôtel, je ne cessais de sautiller sur moi-même pour célébrer cette victoire. Je voulais tellement remporter cette victoire pour les Mauriciens qui m’ont soutenue pour réaliser ce déplacement. Je pensais à eux dans mon cœur lorsque j’étais sur le ring. Cette médaille est pour eux et je suis très contente de pouvoir l’offrir aux Mauriciens. C’est une victoire pour Maurice entière. Je tiens à remercier tous ceux qui m’ont aidée financièrement et pour leur  support. J’ai une pensée spéciale pour mon époux, qui est aussi mon coach, et qui m’aide énormément pour préparer tactiquement les combats », se réjouit la combattante.

 

En action en Pro-Am

 

La moisson n’est peut-être pas terminée pour Ranini Cundasawmy dans cette compétition. Elle sera en action cette fois en Pro-Am (pro-amateur) chez les moins de 46 kg où elle défendra un titre qu’elle a avait acquise l’année dernière dans cette compétition. C’est une Ukrainienne qui se dresse sur son chemin, et à l’heure où nous mettions sous presse on n’avait aucune indication sur l’heure et le jour de ce combat.

 

Dev Sunnasy, responsable de Smart Citizen se dit très content de constater que Ranini Cundasawmy ait réussi dans son entreprise. «Je suis heureux de voir que Ranini ait réussi dans son entreprise. Il y avait une injustice où une championne ne pouvait vivre son rêve et au niveau de Smart Citizen, nous avons mis en place un fund raising pour venir en aide à cette personne. L’objectif derrière cette initiative était, avant tout, de permettre à cette personne de vivre sa passion et ce qui est beau c’est que des citoyens se sont levés pour la soutenir dans sa quête. Il faut aussi savoir qu’en participant à ce tournoi de muay thaï Ranini vise également le milieu professionnel de la discipline. Niveau qu’elle ne peut atteindre à travers d’autres organismes», commente Dev Sunnasy.

 

Il ajoutera cependant que l’action de Smart Citizen ne s’arrête pas là. Selon lui son organisation va continuer à accompagner Ranini Cundasawmy au-delà de l’aspect sportif afin que cette dernière puisse à son tour se stabiliser sur le plan professionnel et économique, notamment à travers la formation et d’autres soutiens. 

 

Pour rappel, Ranini Cundasamy, 33 ans, a remporté le titre de championne du monde chez les moins de 50 kg et de vice-championne chez les +54kgs en 2016 lors du championnat du monde, organisé par la World Kick Boxing Federation (WKF). L’année dernière elle avait remis ça avec un titre mondial à Bangkok en brillant chez les moins-de-46 kg (Pro-Am) et aussi décroché la médaille d’argent dans la catégorie des moins-de -48 kg (amateur).

 

Rehade Jhuboo et Qadeer Hoybun