• Adi Teelock : «Dans 30 ans, nous allons perdre environ 15 % des plages»
  • Comment garder la forme en été
  • Judo News : La bande à Baptiste Leroy au Sénégal
  • Wendi Madré ou les doigts de fée d’une créatrice
  • Shad, un an et demi, hospitalisé suite à une chute dans les escaliers | Ses parents : «Nous voulons des réponses…»
  • Anishta Seesurrun : au nom de ma sœur Kerina
  • Il est admis à l’hôpital de Candos depuis 16 mois : Le long calvaire du petit Shishaan à l’unité des grands brûlés
  • Metro Express : sur les rails du mécontentement
  • Et si on était Vincent Duvergé…
  • «Busy B» à Flacq : L’appel de l’Est de Béatrice Bijoux Bellepeau

Kushboo Ramnawaj : Ma nouvelle vie de Miss Mauritius

Elle fait la fierté de toute sa famille.

Elle le sait, de grandes responsabilités pèsent maintenant sur ses épaules. Mais ça ne lui fait pas peur. S’il y a bien une chose que Kushboo Ramnaraj, 24 ans, ne cache jamais, c’est son amour pour son pays, cette île «multi-coloured» qui fait battre son cœur, cette terre aux multiples facettes et dotée de qualités infinies. Elle a ainsi décidé d’apporter son «humble contribution» à cette île qui lui est si chère à travers son titre de Miss Mauritius, qui lui a été décerné samedi dernier.

Le monde, Kushboo, qui n’apprécie pas la critique facile, aime le concevoir comme elle le voudrait et reconnaît qu’elle a encore beaucoup à apprendre : «J’ai vécu intensément les semaines de préparatifs pendant le concours. Il y a beaucoup de choses que je ne savais pas et que j’ai apprises avec les autres participantes.»

Son souhait le plus cher : «faire du social», «être une Miss présente et à l’écoute» et surtout «travailler avec les femmes et les enfants» en s’intéressant de très près à certains sujets qui concernent tout le monde, comme «la sécurité de tous» ou encore «la protection de l’environnement». Ainsi, elle n’hésitera pas à se rendre dans des écoles, entre autres, pour faire ce à quoi elle espère se consacrer cette année : «Je crois dans les bienfaits de l’autodéfense et un de mes objectifs, c’est d’en faire profiter les jeunes femmes.» Ce sont, pour elle, quelques petites contributions qui pourraient aider à améliorer les conditions de vie de tout un chacun.

Détentrice d’un diplôme en Chemical Engineering de l’Université de Maurice, celle qui avoue être plus à l’aise en anglais et qui se rêve en femme entrepreneur, à la tête d’une compagnie qui traitera d’énergies renouvelables, est consciente de l’enjeu de sa nouvelle mission. Mais déterminée, elle est prête à tout pour être une bonne Miss. «J’ai toujours étudié, j’étais le plus souvent en jeans et baskets, mais ces derniers temps, grâce au concours Miss Mauritius, j’ai découvert de nouveaux aspects de ma personnalité. Je suis maintenant plus sûre de moi et très à l’aise en robe et en talons», confie la jeune femme, confortablement installée dans son salon, à Rivière-du-Poste. Et même si elle compte s’investir à fond, suivre tous les conseils et apprendre encore et encore, Kushboo souligne qu’elle fera en sorte de ne pas changer : «Je vais rester fidèle à moi-même.»

Sa participation au concours, motivée par trois des personnes les plus importantes de son entourage – Nishma Janoo, Sujata Ramnawaj et Yanish Issory –, a surtout été, pour Kushboo, une façon d’ajouter une nouvelle corde à son arc. La jeune femme a été très active au sein du conseil des étudiants de son collège, la SSS France Boyer de la Giroday, et très impliquée au sein de l’Integrity Club qui véhiculait des valeurs d’honnêteté et de sincérité qui, aujourd’hui encore, guident chacun de ses pas.

Son modèle dans la vie, c’est sa tante Anjoo, une femme qui, dit-elle, s’est construite à force d’audace et de persévérance : «Elle n’a pas eu l’occasion d’aller beaucoup à l’école, mais elle s’est donné les moyens de se créer une situation. Aujourd’hui, elle gère sa petite boutique et est toujours souriante et serviable en toutes circonstances.» C’est ce goût pour les autres qui aide Kushboo à toujours voir le meilleur dans l’autre, sans se poser de questions, sans jamais douter ou juger.

Ce n’est pas sa famille – sa mère Namita, femme au foyer, son père Kissen, agent de sécurité, sa grande sœur Karishma et la petite dernière, Kareena – qui dira le contraire. Tous sont très fiers… de leur petite reine. 

Elle fait la fierté de toute sa famille.